Aller au contenu principal

En Hauts-de-France, un élevage bovin avant tout laitier

Combien de bovins compte la région ? Ou sont-ils installés ? Pour quels types de productions les élèvent-on ? Quelle est la race star de nos élevages. Éléments de réponse avec une enquête d’Agreste Hauts-de-France.

La Prim’holstein en lait et la charolaise en viande sont en tête dans les élevages de la région. 
La Prim’holstein en lait et la charolaise en viande sont en tête dans les élevages de la région.
© Pixabay

En 2019, le cheptel bovin des Hauts-de-France s’élève à 1,2 million d’animaux, dont 39 % de vaches, 35 % d’autres bovins de plus d’un an et 26 % d’autres bovins de moins d’un an. La région possède 6,4 % du cheptel français, ce qui la place en 9e position des régions françaises. Les élevages de la région comprennent 300 000 vaches laitières, soit 8,4 % du cheptel national. Les vaches allaitantes sont presque moitié moins nombreuses : elles sont 162 000, soit 4 % du cheptel français. Les principales régions de vaches laitières sont la Bretagne, la Normandie et les Pays de la Loire. Elles concentrent à elles trois la moitié du cheptel français. Les régions herbagères du centre de la France, Nouvelle Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes, arrivent en tête pour le nombre de vaches allaitantes. 

 

Un cheptel bovin concentré

En 2019, 9 600 exploitations de la région détiennent des bovins. Parmi elles, 6 900 ont des vaches allaitantes et 5 300 des vaches laitières (3 600 exploitations ont les deux). La taille moyenne d’un troupeau de bovin est de 124 bêtes dans la région, contre 115 en France métropolitaine. Le cheptel est relativement concentré. Près de la moitié (46 %) des exploitations ne détiennent que 16 % des vaches. Symétriquement, 54 % des exploitations détiennent 84 % des vaches. Ces chiffres sont proches de la moyenne nationale. 

Les bovins se répartissent inégalement sur le territoire régional. Ils sont avant tout présents dans le Pas-de-Calais (31 %) et le Nord (27 %),
un peu moins dans l’Aisne et dans la Somme (16,5 % chacune) et peu dans l’Oise (9 %). L’élevage bovin se localise surtout sur la façade ouest de la région (près du littoral et le long de la Normandie) et au nord-est de la région (Thiérache et Hainaut). 

 

La Holstein dépasse toutes les autres races 

Dans la région, neufs bovins de race laitière sur dix sont de race Holstein (contre 68 % au national), ce qui laisse peu de place aux autres races, les Montbéliardes ou Normandes constituant respectivement 5 % et 2 % des bovins lait. La Bleue du nord, originaire du Hainaut belge, et la Rouge Flamande sont des races pour lesquelles 9 bêtes sur 10 sont présentes dans la région. Les races allaitantes sont plus variées : 33 % de Charolaises, 23 % de Blondes d’Aquitaine (le double du national), 18 % de Croisées, 11 % de Limousines (moitié moins qu’au national). Parmi les autres races figure en tête la Blanc bleu dont la moitié des effectifs sont présents dans la région.

cheptel
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde