Aller au contenu principal

En Wallonie, on peut chasser jusqu'à 4 personnes

Alors que les chasseurs français restent suspendus à des dérogations aux règles de confinement lié au Covid-19, la province belge de Wallonie autorise la pratique à condition de ne pas rassembler plus de 4 personnes.

Sans chasse, la région wallonne craint une explosion des dégâts liés à la présence de grands animaux.
Sans chasse, la région wallonne craint une explosion des dégâts liés à la présence de grands animaux.
© Pixabay

« C'est mieux que rien », estiment certains chasseurs installés de l'autre côté de la frontière franco-belge. Le 29 octobre, suite à des instructions liés à l'interdiction de certaines activités en Belgique pour faire face à la pandémie de Covid-19, le ministre chargé de l'Agriculture en région wallonne, Willy Borsus a précisé que « toutes les pratiques de chasse réunissant plus de quatre personnes sont interdites ».

Autrement dit, les pratiques de chasse réunissant jusqu'à 4 personnes maximum – c'est le cas par exemple de la chasse à l'affût -, « restent autorisées moyennant un strict respect des règles sanitaires élémentaires ». Parmi ces mesures, le port du masque, la distanciation sociale, le lavage des mains...

Pour le ministre Willy Borsus, « la priorité absolue doit être la santé publique et la sécurité sanitaire », a-t-il déclaré le 29 octobre. Quid des conséquences de l'interdiction des chasses collectives sur les populations de gibier et les dégâts qui pourraient être occasionnés par une trop grande présence d'animaux ? « Je suis conscient qu'une telle mesure d'interdiction aura des conséquences importantes sur les possibilités de prélèvements de gibier », explique le ministre wallon à la tête d'une délégation large qui englobe l'économie, le commerce extérieur, la recherche et l'innovation, le numérique, l'agriculture ou encore l'aménagement du territoire.

Gérer la question des dégâts

Le risque est d'autant plus important que ces nouvelles mesures de suspension des chasses collectives viennent s'ajouter aux contraintes liées à la peste porcine africaine (PPA). Pour Willy Borsus, il pourrait donc bien y avoir des difficultés à « boucler » certains plans de chasse. Quant à la question des dégâts occasionnés par la faune sauvage et leur indemnisation, il s'agit pour le membre du gouvernement wallon « d'une question qui doit également être gérée ».

Une rencontre sur « les conséquences de cette interdiction » devait se tenir aujourd'hui, vendredi 30 octobre, dans la matinée, avec le Département de la nature et de la forêt (DNF), les représentants des chasseurs ainsi que les villes et communes propriétaires de domaines forestiers, indique un communiqué du ministère de l'Agriculture auquel la chasse est rattachée en Wallonie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde