Aller au contenu principal

Encore des «marges de progrès» dans les négociations commerciales

Le troisième et ultime comité de suivi des négociations commerciales, orchestré par le gouvernement, s’est réuni le 22 février. Si des améliorations sont notées sur la filière laitière, le ministre de l’Agriculture a estimé qu’«il y a des marges de progrès».

Stéphane Travert a annoncé la création d’un comité de suivi de la Charte «pour son équitable répartition au sein 
des filières agroalimentaires françaises».
Stéphane Travert a annoncé la création d’un comité de suivi de la Charte «pour son équitable répartition au sein
des filières agroalimentaires françaises».
© Actuagri

«Il y a encore des marges de progrès», s’est exclamé Stéphane Travert, le 22 février, à la sortie du troisième comité de suivi des négociations commerciales. Il a annoncé la création d’un comité de suivi de la Charte «pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises», signée par l’ensemble des acteurs, fin avril. «Au-delà des négociations, il y avait d’autres choses dans cette charte», a-t-il souligné.
Pour Delphine Geny-Stephann, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, «il existe une pression importante différenciée en fonction de la catégorie des produits». Elle évoque une grande vigilance de la part de la DGCCRF sur les menaces de déréférencement, les centrales d’achat internationales et les problèmes de logistique impliquant des pénalités sur les fournisseurs. Elle se refuse à un discours «binaire» sur ces négociations commerciales entre la distribution et les industriels, qui révèlent selon elle «une grande hétérogénéité des pratiques».

180 contrôles
«L’Etat est là pour rappeler les règles du jeu, pour faire l’arbitre», a conclu Stéphane Travert qui réaffirme que le gouvernement «ne lâchera rien». Il souhaite également lancer un groupe de travail pour affiner les chiffres donnés par les observatoires des prix des différents acteurs (FCD, Ania, Ilec, Coop de France) et mieux analyser la situation.
Plus de 180 contrôles ont été effectués par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF), qui doit cependant «attendre que les négociations soient achevées pour pouvoir agir», selon Delphine Geny-Stephann. De son côté, à la sortie du comité de suivi, Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), a annoncé «des hausses de tarifs de 0,7 à 2 % en fonction des produits» et des «hausses significatives pour les produits laitiers de 2 à 10 %» avec «une volonté de s’inscrire dans la ligne des Etats généraux de l’alimentation».

Chantages et pressions
De son côté, Christiane Lambert, président de la FNSEA, a dénoncé des «mesures coercitives de la part de la distribution, des chantages sur les questions logistiques» vis-à-vis des industriels. «Les hausses ne viennent pas compenser les baisses affichées depuis des années», continue-t-elle. «On dirait que nous n’avons pas assisté à la même réunion», a-t-elle ironisé. Catherine Chapalain, directrice générale de l’Ania et également présente au comité, a «totalement cautionné» les propos de Christiane Lambert.

Les négociations au point mort

Dans un communiqué commun, l’Ania, Coop de France, la FNSEA et l’Ilec en appellent à l’Etat pour mener à bien les négociations commerciales 2018 avant la date butoir du 1er mars. «La charte signée le 14 novembre est bafouée», assurent-ils. La situation n’a pas beaucoup évolué depuis le 30 janvier, date de la dernière réunion du comité de suivi. «La majorité des entreprises n’a pas encore signé d’accord ou très peu avec la grande distribution», explique le communiqué. Rappelant les engagements pris lors des EGA, ils appellent les grandes enseignes à leurs responsabilités. Les représentants des agriculteurs, coopératives et industriels, demandent à l’Etat «d’utiliser tous les moyens de contrôle, mais aussi les moyens de sanctions financières et administratives pour faire respecter la loi et condamner les distributeurs hors la loi».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde