Aller au contenu principal

Energies renouvelables : des opportunités au sol comme au ciel

Le Syndicat mixte Baie de Somme-Trois vallées accompagne les agriculteurs de son territoire dans la production d’énergies renouvelables. Revue de détail des possibilités.

En injection ou co-génération, chaque type de méthaniseur a ses avantages  et inconvénients.
En injection ou co-génération, chaque type de méthaniseur a ses avantages et inconvénients.
© Franck Mechekour

Parmi la vingtaine d’agriculteurs qui ont répondu présent à l’invitation du Syndicat mixte Baie de Somme-Trois vallées et de la chambre d’agriculture, lundi 21 juin, pour une réunion d’information sur les énergies renouvelables dans le monde agricole, à Abbeville, il y avait ceux qui produisent déjà du gaz ou de l’électricité, ceux qui sont entrés dans une phase «projet» et ceux qui se posent encore des questions. Sur le territoire du syndicat mixte BS3V, où un Plan climat air énergie territorial (PCAET) est engagé, les objectifs sont ambitieux puisque le territoire qui compte aussi un Parc naturel régional couvrant 134 communes vise un taux d’autonomie énergétique de 48 % à l’horizon 2030. Pour y arriver, le territoire mise sur la combinaison de différentes sources – photovoltaïque, méthanisation, géothermie ou encore pourquoi pas l’agrivoltaïsme –, «dans le respect du paysage et du patrimoine», a souligné Christian Lesenne, son vice-président chargé de l’environnement. 

 

Du photovoltaïque sur bâtiments

Au menu de la rencontre animée par la chambre d’agriculture, Cerfrance Picardie Nord de Seine, la société d’économie mixte Somme Énergie et GRDF, des interventions multiples pour préciser les enjeux et contours de chaque source d’énergie. Premier intervenant à se lancer, Antoine Pépin (Cerfrance) qui écarte d’entrée de jeu l’éolien : «Politiquement, aujourd’hui, c’est compliqué de parler d’éolien», constate-t-il. Quant au montage de projets, «cela est difficile sans passer par un promoteur». En ce qui concerne le micro-éolien, autrement dit l’installation d’une petite machine dans une cour de ferme par exemple, «le retour sur investissement n’est pas bon. Si on se lance là-dedans, c’est d’abord par idéologie…» 

Et le photovoltaïque ? Malgré un certain nombre de critiques, notamment sur les conditions de rachat de l’électricité produite, l’installation de panneaux photovoltaïques continue de recevoir un certain nombre de faveurs : «L’idéal est d’avoir une toiture à rénover, explique Romain Six (chambre d’agriculture). Le tarif de rachat n’est plus aussi élevé qu’il y a quelques années, mais cela reste intéressant avec un chiffre d’affaires qui va dépendre de la surface.» Le retour sur investissement s’obtient à partir de 11,2 ans, «un peu plus tôt dans certains cas», poursuit le technicien. Et ce dernier de mettre en garde de potentiels investisseurs sur le coût de raccordement de l’installation au réseau de distribution d’électricité. Pour une installation de 100 kwh, soit 650 m2 de panneaux, le montant de l’investissement est estimé entre 80 et 90 000 €, «hors raccordement». Le business plan pour ce type d’installation est établi sur une durée de vingt ans. Aussi, pour Romain Six, «le photovoltaïque ne fera pas de vous un millionnaire, mais cela est plus intéressant qu’un placement bancaire si on a cette somme disponible…» 

Du côté du Cerfrance Picardie Nord de Seine, l’analyse est semblable : «L’idéal est de coupler l’installation de panneaux photovoltaïques à un projet de construction de bâtiment, détaille Antoine Pépin. Le photovoltaïque ne paie plus un bâtiment comme par le passé, mais l’investissement devient vraiment intéressant si on auto-consomme étant donné que le tarif de l’électricité augment.» Qu’ils soient conseiller à la chambre d’agriculture ou au Cerfrance, chacun s’accorde enfin sur la méfiance dont il faut faire preuve face à des offres trop alléchantes : «Quand on vous propose un bâtiment à 1 contre l’installation de panneaux photovoltaïques, il faut se méfier des coûts cachés et des petites lignes du contrat», assure ainsi Romain Six.

 

Plein feu sur la métha

Parmi les solutions qui ont le vent en poupe, et qui ont déjà fait leurs preuves, vient ensuite la méthanisation. «On est sur une courbe exponentielle», constate-t-on ainsi chez GRDF. Les projets les plus nombreux concernent l’injection de gaz dans le réseau – 41 installations dans les Hauts-de-France – devant la cogénération. Parmi les conditions de réussite d’un projet de méthanisation, on cite en vrac : évaluation du gisement de matières destinées à alimenter le méthaniseur, la connaissance du pouvoir méthanogène, l’évaluation de la production énergétique, la sécurisation des apports de substrat…Pour Romain Six, «il ne faut pas avoir d’a priori sur un type d’installation plutôt qu’un autre. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients». 

Contrairement à une installation de panneaux photovoltaïques, l’investissement dans une unité de méthanisation se faire rarement seul avec des montants pouvant atteindre plusieurs millions d’euros. À la clé, le rapport n’est pas non le même et penche en faveur de la méthanisation. Pour qu’un projet aille à terme, «il faut aussi travailler à son acceptabilité», rappelle Benoît Deltour (GRDF). Un aspect détaillé par Jean-François Gaffet, agriculteur à Canaples, qui est revenu sur la méthode qu’il a employé pour faire accepter son unité dans le paysage : «On a d’abord rencontré le maire de la commune, puis les voisins avec le dossier sous le bras. Une fois qu’on a fait cela, on a eu la chance d’avoir l’un de ces voisins qui est devenu un ambassadeur». Depuis que le méthaniseur est en route, aucune opposition. Ce qui n’empêche pas Jean-François Gaffet de continuer à « choyer » ses voisins : «De temps en temps, on leur offre du digestat pour le jardin…» Pour les agriculteurs engagés, le même digestat est source d’amendement organique pour les cultures. Outre le revenu financier et agronomique qu’elle offre, l’installation d’un méthaniseur permet enfin d’améliorer le bilan carbone d’une exploitation. Quid enfin de la micro-méthanisation ? Synonyme de projet de moindre importance, la formule peut intéresser des éleveurs disposant d’un cheptel d’une cinquantaine d’animaux, pour un investissement compris entre 200 et 300 000 €. «La micro-méthanisation, c’est d’abord une façon de valoriser autrement ses effuents d’élevage», indique Benoît Deltour. Ce que confirme Jean-François Gaffet qui, une fois qu’il a ré-endossé sa casquette de président de la coopérative Noriap, rappelle que cette dernière propose des solutions clé en main. 

 

Vers un financement extra-budgétaire pour le développement du biométhane

Le Sénat a adopté, le 18 juin, l’amendement déposé par le gouvernement en vue d’un financement extra-budgétaire de la filière biométhane, dans le cadre du projet de loi Climat. Cet amendement vise à mettre en place une nouvelle source de financement du développement de l’injection de biométhane, à côté du mécanisme actuel de subventions. L’État imposerait de nouveaux objectifs à la filière sans en indemniser les surcoûts. Lors de la discussion à l’hémicycle, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a expliqué les grandes lignes de ce projet de dispositif additionnel, qui tend à imposer aux fournisseurs de gaz naturel une obligation de restitution à l’État de certificats de production de biogaz : «Les fournisseurs (de gaz, comme Engie ou GRDF, ndlr) pourront s’acquitter de cette obligation nouvelle, soit en produisant directement du biogaz, soit en acquérant des certificats auprès de producteurs qui ne bénéficient pas d’un soutien par tarifs d’achat.».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Ynsect et Pompili
Ÿnsect au petit-déjeuner de ministres européens
La ministre française de la Transition écologique invite ses homologues européens à découvrir le chantier quasi-achevé de l’usine…
SIA
SIA 2022 : « Mon souhait est de le maintenir », déclare Julien Denormandie
Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, ne s’est pas franchement prononcé ce mardi 4 janvier sur la tenue de la 58
Yann Joly espérait faire reconnaître le «trouble de voisinage» causé par les éoliennes sur son troupeau. Le TGI de Paris l’a débouté, mais il souhaite faire appel.
Yann Joly, débouté, poursuit son combat face au parc éolien
Après l’audience du 16 novembre dernier, le tribunal judiciaire de Paris a rendu son verdict : Yann Joly, qui a vu son troupeau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde