Aller au contenu principal

Enfilez gants et gilet orange pour une région propre

Du 16 au 18 mars, la Région et les fédérations régionales de chasseurs et de pêche renouvellent leur opération «Hauts-de-France propres, ensemble nettoyons notre région !»

L’année dernière, 40 000 participants ont ramassé 1 000 tonnes de déchets dans toute la région. 
L’année dernière, 40 000 participants ont ramassé 1 000 tonnes de déchets dans toute la région. 
© Région Hauts-de-France


Il y a cinq ans, les fédérations des chasseurs et de pêche de la Somme s’associaient pour créer un événement original : «Som’propre», qui a permis la collecte de 685 tonnes de déchets et la participation de plus de 33 000 personnes lors des trois éditions. Pour la deuxième année, l’action de récupération des détritus a pris une ampleur régionale. Plus de 800 points de ramassage sont enregistrés à ce jour pour des «Hauts-de-France propres, ensemble nettoyons notre région», les 16, 17 et 18 mars.
«L’année dernière, j’ai mis les gants et le gilet à Rouvroy (59), confiait Xavier Bertrand, lors du lancement de l’action, le 8 mars, à Lamotte-Brebière. Il m’a fallu cela pour me rendre compte à quel point les gens ne faisaient pas attention. Mille tonnes ramassées en 2017, ça en fait des saloperies qu’on balance dans la nature !» Plus qu’en tant que politique, le président de la Région souhaitait témoigner en tant que citoyen, car ce week-end doit servir de «prise de conscience pour tous».

Triés sur place
L’enjeu sera encore de taille cette année, car les déchets sont en nombre. «Avec les grandes marées, les laisses de la mer sont très nombreuses. Elles sont remontées au moins jusqu’à Abbeville, sur les bords de la Somme», assure Michel Blanchard, président de la Fédération de pêche 80. Sacs, gants et gilets floqués du nom de l’action défileront donc dans la nature et le long des rivières. Les déchets, eux, sont triés sur place, puis envoyés en déchetteries et centres de tri de chaque intercommunalité.
L’organisation de points de ramassage est ouverte à tout volontaire. Les particuliers peuvent consulter les points de ramassage organisés près de chez eux, familles bienvenues. Il est également possible d’organiser un ramassage en se rendant à l’une des réunions de secteur, ou en se rapprochant d’un référent départemental. La liste des réunions et les informations pratiques sont disponibles sur le site Internet de l’opération.
Lors de ces réunions, la fédération organisatrice présente l’opération, les règles de sécurité et de tri. Elle enregistre également tous les points de ramassage proposés et est à disposition des volontaires pour les aider à l’organisation des ramassages. Les organisateurs reçoivent un kit de communication pour inviter le plus grand nombre à participer et communiquer sur le ramassage.

Une journée supplémentaire
La nouveauté cette année : l’opération est étendue à la journée du vendredi 16 mars, avec l’objectif d’une mobilisation encore renforcée avec la participation des écoles, des lycées et de davantage d’entreprises. Plus de 1 500 enfants sont inscrits, de la maternelle au lycée, et avec cela l’opportunité de «sensibiliser ces éco-citoyens en herbe à la protection de la nature».
La participation des entreprises est, pour Xavier Bertrand, l’un des enjeux de l’opération. «Si cette deuxième année est encore une réussite, et j’en file mon billet, nous pourrions interpeller l’Etat pour que cela devienne une journée nationale.» «Som’propre», «Hauts-de-France propres», «France propre». Une évolution séduisante.

Les particuliers peuvent consulter les points de ramassage organisés près de chez eux en consultant la carte interactive sur www.hautsdefrance-propres.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde