Aller au contenu principal

Ensilage de maïs : 14 000 UF par hectare

Voici l’accroche choisie par les conseillers d’Avenir conseil élevage pour la journée spéciale maïs, organisée le 7 septembre dernier, à Belloy-Saint-Léonard, sur une parcelle de maïs du Gaec Chemin d’Abbeville.

Cinq ensileuses ont effectué des démonstrations avec différents réglages. 
Cinq ensileuses ont effectué des démonstrations avec différents réglages. 
© © ACE



En juin 2018, les associés du Gaec avaient déjà accueilli le Forum d’Avenir conseil élevage et, à cette occasion, une démonstration de binage avait été organisée. Cette fois, cinq ensileuses ont effectué des démonstrations avec différents réglages. L’objectif était de visualiser concrètement l’importance de l’attention portée à la longueur de coupe et à l’éclatement des grains, le jour de la récolte.
Avant cela, la quarantaine de personnes présentes a assisté à une revue de détail des principaux critères de réussite de l’ensilage de maïs. En voici l’essentiel.

Plutôt denté ou corné ?
Tout débute lors du choix des variétés parmi un catalogue variétale toujours plus important. Le choix peut très vite s’avérer complexe. Pour s’y retrouver, il faut s’appuyer sur des critères adaptés à l’exploitation et à la ration distribuée.
L’indice de précocité est le critère que tout le monde regarde prioritairement. C’est, en effet, un point important pour choisir des variétés adaptées à notre région, considérée froide pour le maïs. Attention, cet indice n’est pas toujours identique selon les producteurs de semences. Pour plus de fiabilité dans les comparaisons, il faut préférer la somme de températures base 6°C.
Ensuite, ce sont les pratiques de l’éleveur qui vont déterminer les variétés à employer. La digestibilité, critère calculé et connu sous les initiales DMOna, permet de caractériser les variétés sur la dégradabilité des tiges et des feuilles dans le rumen. Les maïs «HDI» ont une très bonne digestibilité, mais leur taux d’amidon est plus faible. Ce sont des variétés adaptées aux élevages avec une ration de maïs en «plat unique». Dans une situation où la ration est diversifiée, il faut rechercher un taux d’amidon supérieur.

Plutôt 45 ou 75 ?
Une fois les variétés choisies, une attention toute particulière doit être portée au semis. Lors de cette étape, l’écartement entre deux rangs est toujours sujet à questions. Selon les expériences et essais menés, aucun des deux écartements ne permet d’obtenir un rendement significativement différent. Avec un écartement de 75 cm, l’implantation des adventices est favorisée. Le plus important est d’obtenir un peuplement homogène de 100 000 pieds par hectare. Pour cela, le semoir doit être précis et la vitesse de semis adaptée pour déposer la graine à la bonne profondeur sur toute la parcelle.
En amont, l’apport de fumier est à éviter dans les trois mois précédents le semis afin d’échapper au phénomène de faim d’azote.

Quelle longueur de coupe ?
Comme souvent, il n’y a pas une seule longueur de coupe adaptée à toutes les situations. La nature de la ration, le stade de maturité et l’outil de distribution doivent être pris en compte afin de définir la bonne longueur de coupe. Le jour de l’ensilage, un tamisage permet d’ajuster les réglages en matière de longueur, mais aussi d’éclatement des grains.
Les nouvelles techniques de coupes longues peuvent avoir un intérêt pour les rations de type «maïs plat unique», pour ne plus mettre de paille, par exemple.

Une conservation au top
Le principal facteur de conservation est le stade de récolte. Un maïs trop humide contient trop d’eau pour un abaissement rapide du pH alors qu’un maïs trop sec est difficile à tasser. Le tassage doit être minutieux avec suffisamment de poids sur le silo. Il faut compter 400 kg pour chaque tonne de MS ensilée par heure, soit, pour un débit de 2 ha par heure et un rendement de 16 t MS par hectare, au moins 12,8 t sur le silo.
Le principal facteur de réussite d’un ensilage de maïs est, sans conteste, le stade de maturité. Entre 30 et 35 % de MS, un hectare de maïs devrait fournir
14 000 UFL. Le plus important est donc de caler la date idéale pour ensuite veiller au bon déroulement de l’ensilage : organisation du chantier, réglages de la machine, tassage et couverture du silo. Pour cela, l’observation des parcelles et les analyses de MS avant récolte sont des étapes indispensables en raison des enjeux économiques !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde