Aller au contenu principal

Main d'oeuvre
Entraide, coup de main et ensilage, comment ça marche ?

Le coup de main « bénévole » et l’entraide sont des notions courantes dans le monde agricole, mais beaucoup d’exploitants s’interrogent sur les conditions à respecter. L’entraide et le coup de main bénévole sont des notions assez proches, mais juridiquement bien distinctes. Il convient donc de bien les distinguer.

ensilage
© A. Mercier

L’entraide est une forme simple et traditionnelle de coopération. Entraide et coup de main : rappel des règles pour les ensilages entre agriculteurs voisins. Elle se définit comme un échange gratuit de services entre des agriculteurs en activité. Il ne doit pas y avoir de rémunération en nature ou en espèces. L’entraide doit être effectuée entre agriculteurs et les services rendus doivent avoir la même importance. Le bénévolat ou «coup de main bénévole» est bien distinct de l’entraide. Il n’est pas défini réglementairement, mais l’usage veut qu’il s’agisse d’une prestation fournie par une personne sans en attendre de rémunération. Par ailleurs, le coup de main «bénévole » ou «occasionnel» se caractérise par les trois critères suivants.


Il doit être :

• non-permanent,

• non-planifié,

• non-indispensable à la mise en valeur de l’exploitation


La notion de non-planification est importante pour caractériser le coup de main bénévole. En effet, si une personne aide un exploitant agricole à rattraper une bête qui vient de s’échapper d’une pâture, il s’agit bien d’un coup de main bénévole, car non-planifié. En revanche, la personne qui vient aider un agriculteur sur un chantier de moisson, d’ensilage ou tout autre travail saisonnier n’effectue pas un coup de main bénévole, car le chantier en question est planifié et est indispensable à la mise en valeur de l’exploitation.

Sécuriser son activité en déclarant le personnel présent

Lorsqu’une personne n’ayant pas la qualité d’exploitant agricole (retraité, voisin non exploitant, ami…) est amenée à intervenir sur un chantier agricole (moisson, ensilage, etc…), il n’y a donc pas entraide ou coup de main bénévole. Dans ce cas, pour sécuriser son activité, l’exploitant agricole doit déclarer les personnes intervenant sur son exploitation. Pour cela, il convient de faire une déclaration préalable à l’embauche auprès de la MSA. Cette déclaration doit être faite préalablement à l’embauche (au plus tard le matin des travaux). Dans le cas de travaux de courte durée (moins de trois mois), l’exploitant pourra utiliser le Tesa (Titre emploi simplifié agricole), outil qui simplifie les démarches, car il permet de remplir plusieurs formalités en un seul document (déclaration d’embauche, contrat de travail, immatriculation du salarié, bulletin de paie…). Le défaut de déclaration peut être caractérisé de travail illégal et engager la responsabilité de l’exploitant. Mais, surtout, cette déclaration est indispensable, car elle permet de protéger le salarié en cas d’accident.

Et le coup de main sur son ancienne exploitation ?

Dans de nombreux cas, le départ à la retraite de l’exploitant signifie la reprise de la ferme par le conjoint ou un enfant. Dans ce cas, comment ne pas leur donner un coup de main ? Cela semble même logique dans la transmission de l’exploitation et du savoir-faire, mais attention, un coup de main ne signifie pas continuer à travailler comme auparavant. Cette tolérance est soumise à certaines conditions. Si la transmission de l’exploitation a lieu dans le cadre familial (conjoint, enfant), le coup de main est autorisé (peu importe que le retraité ait conservé ou non une parcelle de subsistance).

En effet, le ministère de l’Agriculture autorise le retraité à donner un «coup de main» à son successeur sur son ancienne exploitation entre 10 et 15 heures en moyenne par semaine, et pas plus ! A l’inverse, si la transmission s’est faite en dehors du cadre familial, le retraité doit obligatoirement avoir conservé une parcelle de subsistance pour aider son repreneur. Dans cette situation, le coup de main est alors considéré comme de l’entraide qui impose un échange réciproque de services accessoires et gratuits entre le retraité et le nouvel exploitant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde