Aller au contenu principal

Main d'oeuvre
Entraide, coup de main et ensilage, comment ça marche ?

Le coup de main « bénévole » et l’entraide sont des notions courantes dans le monde agricole, mais beaucoup d’exploitants s’interrogent sur les conditions à respecter. L’entraide et le coup de main bénévole sont des notions assez proches, mais juridiquement bien distinctes. Il convient donc de bien les distinguer.

ensilage
© A. Mercier

L’entraide est une forme simple et traditionnelle de coopération. Entraide et coup de main : rappel des règles pour les ensilages entre agriculteurs voisins. Elle se définit comme un échange gratuit de services entre des agriculteurs en activité. Il ne doit pas y avoir de rémunération en nature ou en espèces. L’entraide doit être effectuée entre agriculteurs et les services rendus doivent avoir la même importance. Le bénévolat ou «coup de main bénévole» est bien distinct de l’entraide. Il n’est pas défini réglementairement, mais l’usage veut qu’il s’agisse d’une prestation fournie par une personne sans en attendre de rémunération. Par ailleurs, le coup de main «bénévole » ou «occasionnel» se caractérise par les trois critères suivants.


Il doit être :

• non-permanent,

• non-planifié,

• non-indispensable à la mise en valeur de l’exploitation


La notion de non-planification est importante pour caractériser le coup de main bénévole. En effet, si une personne aide un exploitant agricole à rattraper une bête qui vient de s’échapper d’une pâture, il s’agit bien d’un coup de main bénévole, car non-planifié. En revanche, la personne qui vient aider un agriculteur sur un chantier de moisson, d’ensilage ou tout autre travail saisonnier n’effectue pas un coup de main bénévole, car le chantier en question est planifié et est indispensable à la mise en valeur de l’exploitation.

Sécuriser son activité en déclarant le personnel présent

Lorsqu’une personne n’ayant pas la qualité d’exploitant agricole (retraité, voisin non exploitant, ami…) est amenée à intervenir sur un chantier agricole (moisson, ensilage, etc…), il n’y a donc pas entraide ou coup de main bénévole. Dans ce cas, pour sécuriser son activité, l’exploitant agricole doit déclarer les personnes intervenant sur son exploitation. Pour cela, il convient de faire une déclaration préalable à l’embauche auprès de la MSA. Cette déclaration doit être faite préalablement à l’embauche (au plus tard le matin des travaux). Dans le cas de travaux de courte durée (moins de trois mois), l’exploitant pourra utiliser le Tesa (Titre emploi simplifié agricole), outil qui simplifie les démarches, car il permet de remplir plusieurs formalités en un seul document (déclaration d’embauche, contrat de travail, immatriculation du salarié, bulletin de paie…). Le défaut de déclaration peut être caractérisé de travail illégal et engager la responsabilité de l’exploitant. Mais, surtout, cette déclaration est indispensable, car elle permet de protéger le salarié en cas d’accident.

Et le coup de main sur son ancienne exploitation ?

Dans de nombreux cas, le départ à la retraite de l’exploitant signifie la reprise de la ferme par le conjoint ou un enfant. Dans ce cas, comment ne pas leur donner un coup de main ? Cela semble même logique dans la transmission de l’exploitation et du savoir-faire, mais attention, un coup de main ne signifie pas continuer à travailler comme auparavant. Cette tolérance est soumise à certaines conditions. Si la transmission de l’exploitation a lieu dans le cadre familial (conjoint, enfant), le coup de main est autorisé (peu importe que le retraité ait conservé ou non une parcelle de subsistance).

En effet, le ministère de l’Agriculture autorise le retraité à donner un «coup de main» à son successeur sur son ancienne exploitation entre 10 et 15 heures en moyenne par semaine, et pas plus ! A l’inverse, si la transmission s’est faite en dehors du cadre familial, le retraité doit obligatoirement avoir conservé une parcelle de subsistance pour aider son repreneur. Dans cette situation, le coup de main est alors considéré comme de l’entraide qui impose un échange réciproque de services accessoires et gratuits entre le retraité et le nouvel exploitant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde