Aller au contenu principal

Horticulture
Entre crise sanitaire et tradition populaire, quelle place pour le muguet ?

A quelques jours du 1er mai, le ministère de l’Agriculture précise les conditions dans lesquelles la vente du muguet pourra avoir lieu.

L’an dernier, à la même époque, la mise en place d’un confinement strict avait contrarié les fleuristes et vendeurs particuliers de muguet.
© Pixabay

L’an dernier, à la même époque, la mise en place d’un confinement strict avait contrarié les fleuristes et vendeurs particuliers de muguet. Qu’en sera-t-il cette année, alors que les mesures de lutte contre la propagation de la Covid-19 ne seront pas encore entièrement levées ?

Dans un communiqué du 26 avril, le ministère de l’Agriculture détaille les conditions dans lesquelles la vente de muguet pourra avoir lieu. « Dans le contexte sanitaire actuel, un dispositif particulier est prévu pour permettre à la fois la célébration de cette tradition populaire et le respect du protocole sanitaire en vigueur », indique-t-on Rue de Varennes.  

La vente de muguet sera ainsi autorisée cette année dans les commerces déjà ouverts et listés dans le décret du 19 mars 2021 – autrement dit, il s’agit des fleuristes, des jardineries et enseignes de la grande distribution -, ainsi que « dans les points de vente tenus sur la voie publique par des associations et par des particuliers, dans le respect de la limite des rassemblements à 6 personnes ».

Le ministère de l’Agriculture rappelle toutefois que « les mesures de restriction des déplacements demeurent au 1er mai ». « Ainsi, la collecte de muguet par les particuliers devra se faire entre 6h et 19h et dans la limite d’un périmètre de dix kilomètres autour de leur lieu d’habitation ».

A l’occasion d’un déplacement en Loire-Atlantique, demain, mardi 27 avril, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises visiteront la société de production maraichère « Les 3 Moulins », spécialisée dans la production et la vente de muguet. Installée à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, l’exploitation se situe à un peu moins d’une trentaine de kilomètres de Nantes. A lui seul, le bassin de production nantais produit en moyenne 50 millions de brins par an, soit environ 85 % de la production nationale.

Les deux représentants du gouvernement iront à la rencontre du responsable de l’exploitation et des employés pour échanger sur leurs métiers. Lors de la mise en place des mesures de restrictions en mars dernier, le gouvernement a permis que la vente des végétaux et des fleurs soit maintenue dans l’ensemble des canaux de distribution de la filière : fleuristes, jardineries, marchés, grande distribution. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde