Aller au contenu principal

Horticulture
Entre crise sanitaire et tradition populaire, quelle place pour le muguet ?

A quelques jours du 1er mai, le ministère de l’Agriculture précise les conditions dans lesquelles la vente du muguet pourra avoir lieu.

L’an dernier, à la même époque, la mise en place d’un confinement strict avait contrarié les fleuristes et vendeurs particuliers de muguet.
© Pixabay

L’an dernier, à la même époque, la mise en place d’un confinement strict avait contrarié les fleuristes et vendeurs particuliers de muguet. Qu’en sera-t-il cette année, alors que les mesures de lutte contre la propagation de la Covid-19 ne seront pas encore entièrement levées ?

Dans un communiqué du 26 avril, le ministère de l’Agriculture détaille les conditions dans lesquelles la vente de muguet pourra avoir lieu. « Dans le contexte sanitaire actuel, un dispositif particulier est prévu pour permettre à la fois la célébration de cette tradition populaire et le respect du protocole sanitaire en vigueur », indique-t-on Rue de Varennes.  

La vente de muguet sera ainsi autorisée cette année dans les commerces déjà ouverts et listés dans le décret du 19 mars 2021 – autrement dit, il s’agit des fleuristes, des jardineries et enseignes de la grande distribution -, ainsi que « dans les points de vente tenus sur la voie publique par des associations et par des particuliers, dans le respect de la limite des rassemblements à 6 personnes ».

Le ministère de l’Agriculture rappelle toutefois que « les mesures de restriction des déplacements demeurent au 1er mai ». « Ainsi, la collecte de muguet par les particuliers devra se faire entre 6h et 19h et dans la limite d’un périmètre de dix kilomètres autour de leur lieu d’habitation ».

A l’occasion d’un déplacement en Loire-Atlantique, demain, mardi 27 avril, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises visiteront la société de production maraichère « Les 3 Moulins », spécialisée dans la production et la vente de muguet. Installée à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, l’exploitation se situe à un peu moins d’une trentaine de kilomètres de Nantes. A lui seul, le bassin de production nantais produit en moyenne 50 millions de brins par an, soit environ 85 % de la production nationale.

Les deux représentants du gouvernement iront à la rencontre du responsable de l’exploitation et des employés pour échanger sur leurs métiers. Lors de la mise en place des mesures de restrictions en mars dernier, le gouvernement a permis que la vente des végétaux et des fleurs soit maintenue dans l’ensemble des canaux de distribution de la filière : fleuristes, jardineries, marchés, grande distribution. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde