Aller au contenu principal

Agriculture du futur
Entre eau et énergie, le dilemme des fermes verticales

Selon une étude américaine, les fermes verticales auraient une consommation énergétique supérieure au plein champ. Toutefois, elles sont aussi moins gourmandes en eau, ce que confirme un projet qui a vu le jour à Dubaï en juillet dernier.

ferme verticale
© ECO

Les fermes verticales seraient environ 100 fois plus énergivores que les exploitations maraîchères de plein champ, selon un rapport annuel sur l'agriculture indoor publié en décembre par deux start-up américaines du secteur, dédié cette année à leur bilan environnemental.

Basé sur les réponses de 336 entreprises du secteur, les auteurs estiment que la consommation d’énergie des fermes verticales s’élève en moyenne à 38,8 kWh/kg (5,4 kWh/kg pour la production sous serre classique), et les ordres de grandeurs restent les mêmes à type de production équivalente. 

En comparant ces données à celles d’une étude datant de 2015 selon laquelle un kilogramme de salade en plein champ nécessitait 0,3 kWh, les auteurs montrent que les fermes verticales ont bien une consommation d’énergie « significativement supérieure ».

Le rapport précise que ces calculs n'intègrent pas - par manque de données - la dépense énergétique liées au transport et au stockage des productions. Il faut toutefois rappeler – toujours selon ce rapport – que 66% des exploitations indoor utilisent entre 90-99% d’eau en moins que les exploitations en plein air.

La plus grande ferme verticale du monde aux Emirats arabes

Le 21 juillet dernier, Emirates Crop One (ECO) - joint-venture entre Emirates Flight Catering (EKFC) et Crop One, spécialiste de l’agriculture verticale - a ouvert ce qui, à ce jour, semble être la plus grande ferme verticale au monde.

Appelée Bustinica, cette unité de production de légumes et plantes diverses est située près de l'aéroport international Al Maktoum à Dubaï. L'installation de 30 500 mètres carrés a été conçue pour produire plus de 1 000 tonnes de légumes-feuilles (laitues, roquette, épinards…) par an.

Selon ses propriétaires, elle nécessite « 95 % d'eau en moins que l'agriculture conventionnelle ». Grâce à la pulvérisation et un procédé de recyclage, l’économie réalisée en comparaison d’un système en plein air représente « 250 millions de litres d’eau chaque année pour un rendement similaire », certifie ECO. La ferme permettra ainsi de cultiver plus d'un million de plantes, ce qui représente une production de 3 000 kg par jour.

Compte tenu du partenariat conclu entre Emirates Flight Catering et Crop One Holdings, les compagnies aériennes desservies par EKFC à Dubaï, y compris Emirates, serviront bientôt des légumes verts cultivés de manière durable dans leurs repas en vol. « Les produits de Bustanica seront aussi mis à disposition de tous les consommateurs des Émirats arabes unis dans la plupart des supermarchés locaux. Bustanica prévoit enfin de se lancer dans la production et la vente de fruits et légumes », indiquait il y a quelques semaines un communiqué d’ECO.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde