Aller au contenu principal

Agriculture du futur
Entre eau et énergie, le dilemme des fermes verticales

Selon une étude américaine, les fermes verticales auraient une consommation énergétique supérieure au plein champ. Toutefois, elles sont aussi moins gourmandes en eau, ce que confirme un projet qui a vu le jour à Dubaï en juillet dernier.

ferme verticale
© ECO

Les fermes verticales seraient environ 100 fois plus énergivores que les exploitations maraîchères de plein champ, selon un rapport annuel sur l'agriculture indoor publié en décembre par deux start-up américaines du secteur, dédié cette année à leur bilan environnemental.

Basé sur les réponses de 336 entreprises du secteur, les auteurs estiment que la consommation d’énergie des fermes verticales s’élève en moyenne à 38,8 kWh/kg (5,4 kWh/kg pour la production sous serre classique), et les ordres de grandeurs restent les mêmes à type de production équivalente. 

En comparant ces données à celles d’une étude datant de 2015 selon laquelle un kilogramme de salade en plein champ nécessitait 0,3 kWh, les auteurs montrent que les fermes verticales ont bien une consommation d’énergie « significativement supérieure ».

Le rapport précise que ces calculs n'intègrent pas - par manque de données - la dépense énergétique liées au transport et au stockage des productions. Il faut toutefois rappeler – toujours selon ce rapport – que 66% des exploitations indoor utilisent entre 90-99% d’eau en moins que les exploitations en plein air.

La plus grande ferme verticale du monde aux Emirats arabes

Le 21 juillet dernier, Emirates Crop One (ECO) - joint-venture entre Emirates Flight Catering (EKFC) et Crop One, spécialiste de l’agriculture verticale - a ouvert ce qui, à ce jour, semble être la plus grande ferme verticale au monde.

Appelée Bustinica, cette unité de production de légumes et plantes diverses est située près de l'aéroport international Al Maktoum à Dubaï. L'installation de 30 500 mètres carrés a été conçue pour produire plus de 1 000 tonnes de légumes-feuilles (laitues, roquette, épinards…) par an.

Selon ses propriétaires, elle nécessite « 95 % d'eau en moins que l'agriculture conventionnelle ». Grâce à la pulvérisation et un procédé de recyclage, l’économie réalisée en comparaison d’un système en plein air représente « 250 millions de litres d’eau chaque année pour un rendement similaire », certifie ECO. La ferme permettra ainsi de cultiver plus d'un million de plantes, ce qui représente une production de 3 000 kg par jour.

Compte tenu du partenariat conclu entre Emirates Flight Catering et Crop One Holdings, les compagnies aériennes desservies par EKFC à Dubaï, y compris Emirates, serviront bientôt des légumes verts cultivés de manière durable dans leurs repas en vol. « Les produits de Bustanica seront aussi mis à disposition de tous les consommateurs des Émirats arabes unis dans la plupart des supermarchés locaux. Bustanica prévoit enfin de se lancer dans la production et la vente de fruits et légumes », indiquait il y a quelques semaines un communiqué d’ECO.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde