Aller au contenu principal

Etourneaux : la Fdsea demande de répondre à la consultation publique

L'étourneau sansonnet n'est plus classé nuisible.

Le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage a retiré l'étourneau sansonnet de la liste des nuisibles estimant que les arguments pour justifier son classement sont insuffisants.
Le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage a retiré l'étourneau sansonnet de la liste des nuisibles estimant que les arguments pour justifier son classement sont insuffisants.
© Stéphane Leitenberger

Le classement des espèces nuisibles est de plus en plus «laborieux». Aujourd'hui, ce n'est qu'après la parution d'un arrêté ministériel, pris sur proposition du préfet et après avis de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage, que certaines espèces peuvent être classées nuisibles dans les départements. C'est le cas de la belette, la fouine, le putois, le renard, le corbeau freux, la corneille noire, la pie bavarde, le geai des chênes et l'étourneau sansonnet.
La première étape est donc l'envoi par le préfet d'une demande de classement de certaines espèces. Pour être retenue cette demande doit s'appuyer sur les critères définis par les textes et précisés par la jurisprudence. Il faut prouver que les dégâts causés par l'espèce en question sont significatifs. Le département doit établir les preuves de ces dégâts : nombre de plaintes témoignages circonstanciés, études épidémiologiques, évaluation chiffrée des dégâts. Si les dégâts ne peuvent être qualifiés de significatifs faute d'éléments probants, le département doit alors établir un état des lieux montrant que l'espèce est répandue sur le territoire et menace les intérêts protégés.
La Fdsea et la Fédération des chasseurs de la Somme avaient donc préparé un dossier avec des attestations et en détaillant les caractéristiques départementales pour demander le classement en nuisibles des espèces mentionnées ci-dessus. Or, le 28 juin dernier, le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage a retiré l'étourneau sansonnet de la liste des nuisibles estimant que les dégâts agricoles ne sont pas assez chiffrés et que les arguments étaient insuffisants pour justifier son classement. La Fdsea estime que cette situation est dommageable pour les éleveurs compte tenu du danger potentiel que représentent les étourneaux sansonnets pour la santé de la plupart des animaux d'élevage. Lors de rassemblements intempestifs à proximité des bâtiments d'élevage, ces oiseaux peuvent en effet contaminer les abreuvoirs, les auges ou encore les lieux découverts de stockage des aliments. De plus, ils causent des dégâts à la fois aux récoltes et aux silos pour l'alimentation des animaux.
C'est pourquoi, la Fdsea appelle à réagir rapidement : l'arrêté nuisible est mis en consultation publique sur le site du ministère jusqu'au 24 juillet sur le site http://www.consultations-publiques.développement-durable.gouv.fr/nuisibles-g2. Elle demande aux personnes concernées de répondre à cette consultation et d'en parler autour de soi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde