Aller au contenu principal

Ets Laboulet : l’issue de la procédure se fait attendre

Redressement judiciaire des Ets Laboulet : contestations de créances et prochaine audience le 22 février.

Cela va faire un an que la procédure de redressement judiciaire des Ets Laboulet a été ouverte par le tribunal de commerce d’Amiens. Le 5 octobre 2012, ce même tribunal se prononçait à nouveau en faveur de la poursuite de la période d’observation et ce jusqu’au 22 février 2013, date à laquelle a lieu la prochaine audience. Les procédures de redressement judiciaire sont généralement longues. La patience est donc de rigueur dans ce type de procédure.
Et de patience il va encore falloir s’armer au vu de l’issue probable de la prochaine audience du 22 février 2013. Plusieurs scénarios sont envisageables. Le tribunal pourrait se prononcer en faveur de la continuité de l’activité des Ets Laboulet ou au contraire en faveur de la liquidation judiciaire de la société. Mais au vu de l’«avancée» du dossier, il est fort probable que le tribunal décide à nouveau de prolonger la période d’observation, et ce pour une durée maximale de six mois. Le sort des Ets Laboulet ne sera certainement pas fixé le 22 février, mais les choses peuvent commencer à se décanter.
Après la phase de déclaration de créances vient celle de la vérification. Le mandataire judiciaire vérifie les créances déclarées, en principe en présence du débiteur. Certaines créances peuvent apparaitre à leurs yeux contestables en tout ou partie. Dans ce cas un courrier de contestation est envoyé au créancier ou à son avocat.

La phase de contestation de créances
Concernant les multiplicateurs s’étant adjoint les services d’un avocat, les courriers de contestation ont directement été envoyés à leur avocat qui se chargera d’y répondre.
Pour ceux qui ont déclaré par eux-mêmes leurs créances, les courriers de contestation leur sont directement envoyés. S’ils ne sont pas d’accord avec l’objet de la contestation ou avec les montants proposés, ils doivent répondre au mandataire dans le délai imparti de 30 jours, et ce par courrier recommandé avec avis de réception. Ce courrier devra contenir leurs explications ainsi que tous justificatifs utiles. (Pour toute information contacter l’Amsbpr au 03 22 53 30 17).
Bon nombre des contestations sont dues à des factures de semences impayées. Il s’agit de manière générale de factures de semences de la récolte 2012. Ces factures, pour la plupart, n’avaient pas été transmises aux multiplicateurs et n’avaient donc pas pu être réglées. Les multiplicateurs voyant leur créance contestée sur la base de ces factures doivent vérifier s’ils les avaient reçues et réglées. En l’absence de règlement, une compensation est opérée. Le créancier n’a donc pas à régler ces factures qui seront déduites de ses créances détenues au passif des Ets Laboulet.
Le sort de ces créances ne sera connu qu’au terme de la procédure à savoir lors de la prochaine audience à la fin du mois de février ou plus certainement lors d’une autre audience en cas de prolongement de la période d’observation.
Si la continuation de l’activité des Ets Laboulet est envisagée, une proposition de remboursement par étalement de 100% de la créance sur un à dix ans ou d’abandon d’une partie des créances contre paiement en une seule fois, devrait être faite aux créanciers. Cette consultation n’a à ce jour pas été effectuée. Ce qui laisse pour seules hypothèses au 22 février, la prolongation de la période d’observation à la demande du Procureur ou la liquidation. En cas de liquidation judiciaire, les créances seront remboursées sur les fonds éventuels issus de la vente des actifs de la société, restant après paiement des créanciers privilégiés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde