Aller au contenu principal

Europe : stabilisation du revenu agricole par actif

Selon la Commission européenne, la valeur de la production agricole de la ferme européenne augmenterait d’ici 2030.

© V. Marmuse/CAIA

La Commission européenne dresse un panorama de l’agriculture européenne à l’horizon de 2030 dans une étude de 124 pages intitulée «EU Agriculture outlook, for markets and income, 2018-2030». Elle se livre chaque année à cet exercice, mais l’édition 2018 revêt un caractère particulier puisque la prochaine réforme de la Pac va bientôt être débattue. Et de nouvelles orientations devront être prises. Or, les prévisions économiques de la commission sont établies dans le prolongement des tendances observées les années passées, sans même intégrer l’impact de la transition agro-écologique de l’agriculture européenne. Elle est juste évoquée.
En fait, l’agriculture européenne simulée à l’horizon de 2030 est complètement inscrite dans la mondialisation. Les agriculteurs sont livrés à eux-mêmes, face aux lois du marché, alors que les autres grands pays exportateurs renforcent leur politique agricole. D’ici 2030, la valeur de la production agricole de la ferme «Union européenne» augmenterait en volume, et surtout en valeur (exemples de prix pris en référence : 195 €/t pour le blé, 395 €/t pour le lait) par rapport aux années 2016-2018.
Un mix de produits à plus forte valeur ajoutée contribuerait essentiellement à la hausse du chiffre d’affaires des fermes européennes. Toutefois, la valeur de la production agricole des treize pays européens, qui ont rejoint l’Union européenne en 2004, sera encore, dans douze ans, cinq fois inférieure à celle des quinze pays occidentaux. Le taux annuel de croissance de la production agricole de 2,7 % ne suffira pas pour compenser les écarts de richesses produites entre l’ouest et à l’est du continent.
Par ailleurs, la hausse attendue du chiffre d’affaires de la ferme européenne serait juste suffisante pour compenser celle des coûts de production. Ces derniers devraient augmenter de 2 % environ par an d’ici 2030 tirés par les prix de l’énergie et, par conséquent, des engrais et des carburants. En conséquence, le revenu par actif européen serait stable en termes réels. Mais sans prendre en compte la baisse du nombre d’actifs agricoles, il serait inférieur de 20 %, en 2030, par rapport aux années 2016-2018. Autrement dit, les gains de productivité et la valeur supplémentaire de la production agricole ne profiteraient pas à l’agriculture européenne.

Le bio «ne sera pas le Pérou»
D’ici 2030, l’agriculture biologique sera encore en Europe, une filière de production plus riche en emplois que l’agriculture conventionnelle, mais pas forcément plus rémunératrice. Par ailleurs, les pays européens ne seront pas sur le même pied d’égalité. Mises bout à bout, les charges de production par hectare des exploitations en bio sont supérieures à celles des exploitations conventionnelles en France et en Allemagne de 400 € à 500 €/ha. Mais en Autriche et en Pologne, produire en bio coûte moins cher. La différence de charges porte sur 500 € en Pologne.
L’interaction de plusieurs facteurs explique ces différences. Tout d’abord, le coût de la main-d’œuvre est plus élevé en France qu’en Allemagne et, bien sûr, qu’en Pologne. C’est un facteur déterminant. Les charges d’exploitation d’un hectare agricole en bio s’élèvent en moyenne, en France à 2 100 €, contre 1 800 € en Allemagne et 700 € en Pologne. Dans un environnement concurrentiel, les exploitations bio avec des salariés à rémunérer seront donc économiquement plus vulnérables si les prix des produits vendus ne sont pas suffisamment rémunérateurs. Les salaires sont des charges fixes. Or, en Pologne, la main-d’œuvre est familiale et sa rémunération plus flexible. Enfin, l’agriculture bio polonaise et autrichienne valorisent des conduites de systèmes déjà très extensifs. Par conséquent, les charges baissent, car la consommation en intrants est plus faible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde