Aller au contenu principal

Européennes : les attentes des agriculteurs de la Somme

Quelle Pac pour demain ? Dans la profusion des listes en lice pour les élections européennes, les programmes proposés sont-ils à la hauteur des attentes des agriculteurs ? Le point avec Françoise Crété, présidente de la Chambre d’agriculture de la Somme.

Françoise Crété : «Nous attendons de la future Pac qu’elle prenne plus en compte le premier maillon de l’agriculture, autrement dit l’agriculteur.
Françoise Crété : «Nous attendons de la future Pac qu’elle prenne plus en compte le premier maillon de l’agriculture, autrement dit l’agriculteur.
© F. G.



Quelles sont vos attentes par rapport à la future Pac ?

Quand on fait le bilan, on se rend compte que nous sommes allés au bout du bout de la politique des prix bas des produits agricoles. A tel point qu’un agriculteur a aujourd’hui du mal à renouveler son matériel sans passer par la banque et n’est pas en capacité de se projeter dans l’avenir en raison d’une trésorerie insuffisante. C’est donc qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans la Politique agricole commune.
Aussi nous attendons de la future Pac qu’elle prenne plus en compte le premier maillon de l’agriculture, autrement dit l’agriculteur, afin d’assurer le renouvellement des générations et pouvoir répondre aux attentes sociétales. Cette prise en compte des agriculteurs dans la Pac doit passer par une meilleure rémunération, soit un juste prix de leurs productions. La loi Egalim, à défaut d’avoir apporté une solution, a du moins mis le doigt là où ça fait mal, soit la répartition de la valeur entre les agriculteurs, les transformateurs et la grande distribution. Des Etats généraux de l’alimentation à l’échelle européenne serait une bonne chose pour travailler plus profondément cette question et apporter des réponses sur les prix payés aux agriculteurs.
Les autres paramètres que la Pac devraient inclure concernent le volet fiscal et le volet social dans l’agriculture pour harmoniser les coûts, les modes de production et arriver à mettre fin aux distorsions de concurrence entre les pays européens.
Nous attendons aussi de l’Europe qu’elle soit plus claire dans sa stratégie. Que veut-elle en priorité ? Une politique qui prenne en compte les enjeux alimentaires ou uniquement les enjeux environnementaux ? On ne le sait pas. La situation doit être clarifiée sur ce point afin qu’on nous rémunère en conséquence.

Vous évoquez les enjeux environnementaux. Est-ce que les aides doivent être conditionnées aux enjeux écologiques et sous quelle forme ?
Ce qui est certain, c’est qu’il faut des aides qui aient des résultats. Autrement dit, plutôt que d’avoir des aides conditionnées à des postures idéologiques, celles-ci doivent donner les moyens d’aller jusqu’au bout des expérimentations nouvelles, quitte à réajuster ensuite selon les résultats.
Dans tous les cas, les aides liées aux enjeux environnementaux doivent être cohérentes avec la réalité des territoires et les projets innovants. Ce qui ne va pas dans le système actuel, c’est que l’on nous demande des normes plus importantes que les autres alors qu’on nous paie le même prix que les autres, sans compter les interdictions absurdes.

En matière d’accords commerciaux, l’agriculture doit-elle sortir des accords de libre-échange ?
On nage en pleine contradiction sur ce sujet. Là encore, on se retrouve confrontés à des produits venant d’ailleurs qui n’ont pas les mêmes contraintes de production, ni les mêmes coûts. A notre avis, l’agriculture devrait rester dans les accords de libre-échange, mais il faut y intégrer des taxes qui pénalisent les pays en fonction des modes de production, des interdictions, des normes sociales, fiscales et sanitaires. Ce sera le seul moyen pour que les agriculteurs soient rémunérés au juste prix.
Au final, ce que l’on attend de l’Europe, c’est, comme disait Xavier Beulin, plus d’Europe et mieux d’Europe. Il faut remettre de la cohérence, tant à l’échelle économique que sociale et environnementale en matière agricole. L’Union européenne doit être plus ambitieuse pour l’agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde