Aller au contenu principal

Excelience vient d'inaugurer une station de semences à Avesnes-lès-Bapaume

Exelience, nouvelle union des coopératives Advitam (Unéal), Noriap, InVivo-Semences de France et Natup, vient d’inaugurer une station de semences à Avesnes-lès-Bapaume (62). Un investissement de 30 millions d’euros dédié à la production de céréales.

© D. R.



Impossible de manquer cet édifice géant qui trône au sommet d’une colline au sud de Bapaume. Avec sa tour de traitement de 29 mètres de haut et ses 108 cellules de stockage du grain, la nouvelle station de semences d’Exelience symbolise à elle seule tout le poids que représente la filière céréales à paille dans le paysage régional.

«Un projet commun très haut de gamme»
La construction de cet outil industriel a été rendue possible par l’union de quatre acteurs des Hauts-de-France, de Normandie et du Centre-Val de Loire : Advitam, Noriap, InVivo-Semences de France et Natup. «Cela fait cinq ans que nous avons imaginé et travaillé à cette constitution. Plutôt que d’avancer chacun de notre côté, nous avons opté pour un projet commun très haut de gamme, indique Jean-Charles Deschamps, président d’Exelience et de Natup. C’est une force d’avoir rassemblé les expertises et le savoir-faire de chaque structure, de la génétique à la mise en marché, pour proposer aux agriculteurs adhérents une offre de semences certifiées efficiente et compétitive.»
Avec cette structuration naissante, Exelience entend «répondre aux besoins» des professionnels et «renforcer sa présence sur un marché de la semence concentré», «tout en prenant en compte les contraintes environnementales et sociétales». Le chantier de dix-huit mois a nécessité un investissement de plus de 30 millions d’euros, financé par chaque actionnaire au prorata des volumes prévisionnels de semences consommés. «Avec des perspectives d’évolution, Exelience est un organe ouvert, en capacité d’accueillir d’autres partenaires, annonce Jean-Charles Deschamps. L’Union de coopératives de l’arrondissement de Clermont (Ucac, 60) devrait, par exemple, prochainement nous rejoindre.»

De la multiplication à la commercialisation
La station d’Avesnes-lès-Bapaume bénéficie d’une localisation stratégique proche des grands axes routiers et autoroutiers, à proximité des pays Nord-Europe et au sein du bassin de production céréalier des Hauts-de-France. «D’une capacité de production de 45 à 47 000 tonnes de semences par an, elle s’étend sur près de 5 hectares, dont 16 000 m2 de surface bâtie», précise Wilfried Noël, directeur d’exploitation du site. Sur place, les semences produites par un réseau d’agriculteurs multiplicateurs sont réceptionnées, ensilées, triées, traitées et conditionnées avant d’être expédiées. Plusieurs corps de métier et quatorze salariés y travaillent donc. Ce chiffre peut être amené à doubler en période estivale, durant la moisson (jusqu’à 2 000 t de blé peuvent être accueillies chaque jour). «L’unité bénéficie d’équipements de triage et de protection de la graine dernière génération, en particulier des trieurs optiques garantissant la pureté des céréales et l’élimination des graines malades pour une sécurité sanitaire optimale», explique Etienne Regost, directeur d’Exelience.
Elle est également équipée de technologies de pointe en matière d’enrobage des semences, notamment avec l’arrivée progressive des biostimulants pour la protection des plantes. Dans cette continuité, la station, qui entrera en pleine production en juillet, va permettre d’engager des programmes de recherche sur des espèces dont la valorisation peut être variée : seigle, lentille ou avoine.


Que va devenir la station d’Achiet-le-Grand ?
La station de semences historique d’Unéal, située à Achiet-le-Grand (62), entre en pleine reconversion suite à la construction du site d’Exelience à Avesnes-lès-Bapaume. Cinq kilomètres séparent ces deux communes. C’est Plein champ, filiale du groupe Advitam, actuellement basée à Boiry-Sainte-Rictrude (62), qui va venir s’installer dans les locaux existants. «La société va y développer ses activités de conditionnement en sacherie et en vrac, dévoile Cédric Cogniez, directeur général de la coopérative Unéal. Le déménagement est prévu dans un an, après travaux.» Plein champ compte une trentaine de salariés et commercialise pour la GMS des aliments pour les animaux de basse-cour (chiens, lapins, oiseaux…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde