Aller au contenu principal

Faire face à un monde sans repères mené par la logique de l'innovation

Noriap a invité Luc Ferry à livrer son analyse sur le pourquoi de nos peurs.

Luc Ferry : des repères pour comprendre le monde.
Luc Ferry : des repères pour comprendre le monde.
© AAP


Le principe de précaution est-il un frein à l'innovation? Luc Ferry, agrégé de philosophie et de sciences politiques, ancien ministre de l'Education nationale, et auteur de nombreux ouvrages, était invité à s'exprimer sur ce sujet à l'issue de la réunion d'information de la coopérative Noriap, le 17 décembre dernier à Amiens. Sa réponse est positive, tranchée. "C'est le truc le plus aberrant qu'on ait inséré dans la constitution depuis qu'elle existe", affirme-t-il avant de s'étendre longuement sur la raison de ce principe : la peur de nos contemporains face à un monde qui a davantage changé en cinquante ans qu'en cinq cents ans.
Il y a des aspects positifs dans ce bouleversement comme l'allongement de la durée de vie et la formidable amélioration du niveau de vie. Mais en même temps on a assisté à la déconstruction totale des valeurs traditionnelles, d'où la perte des repères, on ne sait plus d'où l'on vient ni où l'on va.

Perte du sens de l'histoire
Pourquoi cette déconstruction qui pose beaucoup de problèmes ? "Si vous voulez comprendre le monde, il faut répondre à cette question", insiste Luc Ferry. La philosophie cartésienne, la Révolution française, les mouvements des artistes et étudiants "bohè­mes" au XIXè siècle, des pré "soixantehuitards", ont préparé cette déconstruction, explique-t-il. Elle trouve son moteur dans le capitalisme et l'émergence de la mondialisation libérale, "une structure dans laquelle l'innovation devient vitale".
Cette mondialisation découle dans un premier temps de l'émergence aux XVIIè et XVIIIè siècles de la science moderne qui tient pour la première fois un seul et unique discours mondial porteur d'un projet de civilisation : le progrès qui va libérer l'homme de la tyrannie de la superstition (sous entendu la religion) et de la nature. Dans un deuxième temps, dans les années 1980-90, ce projet humaniste se perd dans une compétition mondiale entre les peuples, les cultures, les entreprises. "L'histoire va changer de sens. L'innovation devient la règle absolue du monde actuel. Si vous n'innovez pas, vous êtes laminé, explique Luc Ferry. On n'est plus dans un grand projet à réaliser dans l'avenir, il y a désormais l'obligation mécanique, automatique, aveugle d'innover en permanence sous peine de crever".
Et pour Luc Ferry, c'est bien là que se trouve la racine de nos peurs. On a perdu le sens de l'histoire et les politiques nationales n'ont aucune efficacité. "Croire que Bercy peut faire revenir la croissance, c'est idiot. Les politiques sont restées étatiques, nationales, mais le marché est mondial".
Cette logique de l'innovation ne va pas sans difficultés, poursuit Luc Ferry. Il y a beaucoup de freins, il faut pouvoir investir. Dans un premier temps, l'innovation est destructrice d'emplois, mais aussi de valeurs. Elle fait peur. On est dans un mouvement permanent qui rend aujourd'hui obsolète ce qui était hier à la pointe. "L'innovation est vitale et suscite plein de réticences. Elle produit à la fois de bons effets et des effets délétères", le problème de fond étant la perte de sens, de finalité.

La civilisation européenne : le recours
"Alors comment reprendre la main", s'interroge Luc Ferry. "Je suis fédéraliste parce que je suis souverainiste, répond-il. Pour lui, paradoxalement, il faut passer par l'Europe pour redonner du pouvoir à l'Etat nation. "Le détour par l'Europe est indispensable pour reprendre un pouvoir sur le cours du monde qui nous échappe". Mais pour Luc Ferry, l'Europe, ce n'est pas l'UE, celle des eurocrates, c'est le continent qui a porté la seule civilisation ayant amené l'homme à l'âge adulte. "La civilisation de l'autonomie, pas seulement sur le plan politique ; mais aussi sur le plan des moeurs". Il faut donc "proposer ce projet d'autonomie au reste du monde. Le problème ajoute-t-il, c'est que "nos politiques ne sont pas de vrais politiques mais des technocrates, c'est inquiétant". Luc Ferry reste cependant optimiste : les valeurs européennes ont envahi le monde, on n'y reviendra pas".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde