Aller au contenu principal

Faire le point sur la qualité de ses prairies

En ce milieu d’hiver, les sommes des températures journalières et les températures élevées pour la saison réveillent déjà la nature et les prairies. Avant que l’on puisse intervenir dans les parcelles, il est opportun de vérifier leur état. Le diagnostic d’une prairie intègre de multiples observations, réflexions et prises de décisions qui, très souvent, peuvent permettre de fortes améliorations de celle-ci et ce, à faible coût.



Les premières questions à se poser sont : «Cette parcelle m’a-t-elle donné satisfaction les années précédentes ?» «Comment se situe-t-elle par rapport aux autres parcelles voisines ?» Il convient d’intégrer dans cette notion la qualité globale des prairies sur l’exploitation et pour chacune des parcelles, la quantité, la qualité, la saisonnalité de la production, l’adaptation de la flore à l’utilisation attendue, mais aussi la morphologie du couvert, le recouvrement et la présence de plantes moins désirables. Compte-tenu du nombre de points à vérifier, il est important de réaliser un diagnostic avec méthode.  

Éliminer la ou les causes de dégradation
Plusieurs causes peuvent expliquer une situation dégradée, comme le surpâturage ou la fauche trop rase, le sous pâturage avant l’hiver, une fertilisation mal raisonnée, l’absence de déprimage les années précédentes, une mauvaise activité biologique dans le sol, la sénescence simultanée des plantes, la flore présente mal adaptée à l’usage, des événements inhabituels (inondation, sécheresse, gel exceptionnel, dégâts de sangliers, de taupes), apport de fumier mal émietté ou trop jeune. Selon les cas, il faudra donc faire évoluer ces pratiques.

Apprécier le recouvrement
La végétation, même rase, ne doit pas permettre de voir le sol. Des événements tels que de la mortalité hivernale de plantes, des coulées de boue, des taupinières ou dégâts des sangliers peuvent créer des vides qui sont autant d’espaces qui seront colonisés par des plantes de peu d’intérêts comme le mouron ou le pâturin annuel. Si ces vides sont supérieurs à l’équivalent d’une assiette au m², il est indispensable d’y effectuer un sursemis.

Apprécier la morphologie du couvert
Celui-ci doit être gazonnant et non pas en touffes. Dès qu’un couvert se présente en touffes, l’appétence diminue. Les touffes peuvent avoir pour cause une dégradation du sol par piétinement, une mortalité éparse de plantes. Certaines plantes comme la houlque, la canche ou les joncs sont prédisposées à se mettre en touffes. Pour éviter la mise en touffes, il faut que la surface de la prairie soit la plus plane possible d’où l’intérêt du hersage pour aplanir. De plus, il sera nécessaire de faucher ou broyer régulièrement ces refus.

Apprécier l’homogénéité de la parcelle
Une prairie est rarement homogène du fait de la nature du sol qui peut varier, mais aussi du comportement des animaux : zone de couchage et de déjections, zone d’ombre, d’abreuvement. Si le phénomène est très prononcé, il sera nécessaire d’aller jusqu’à une modification du parcellaire. Identifier les espèces présentes, mais aussi leur répartition sur la surface, si elles sont intimement mélangées ou, au contraire, regroupées en mosaïques.  Il est essentiel de reconnaître au moins cinq graminées de premier ordre (ray-grass anglais, dactyle, fétuque élevée, fétuque des près, fléole), ainsi que des graminées de moindre intérêt (fétuque rouge, houlque laineuse, vulpin des près, agrostides, pâturins, crételle, fromental). Un outil d’identification des graminées au stade herbacé est disponible sur le site www.prairies-gnis.org. Une fois les graminées identifiées, il peut être intéressant de connaître leur phytoécologie ; la phytoécologie étant la somme des événements et circonstances qui sélectionnent les espèces. Elle permet de corriger des erreurs de conduite.

Prendre les bonnes résolutions
Si à chaque échantillon prélevé, soit trente prises environ par hectare (par exemple, une motte prélevée à la bêche), on trouve la présence d’au moins une espèce de premier ordre, même si elle est petite, on peut alors améliorer la prairie par le mode d’exploitation et la fertilisation. Si les bonnes espèces sont absentes des échantillons, il faut les introduire par semis et aussi adapter le mode d’exploitation et de fertilisation.


Pour réussir le sursemis de prairie

Pratiquer le sursemis de prairie est un compromis pour améliorer rapidement, à faible coût, sans soustraire la parcelle du cycle de production. Néanmoins, cette méthode exige de la rigueur pour réussir. On peut résumer en dix points ces règles essentielles :
• Comprendre et éliminer les causes de dégradation
• Intervenir sur une végétation rase et un sol aplani (hersage de fin d’hiver)
• Ouvrir le sol avec un outil à disques ou à dents
• Veiller à loger la graine à 1 cm dans la terre (et non dans la matière organique de surface)
• Rappuyer le sol ou faire piétiner pour avoir un bon contact terre/graines
• Ne pas amener d’azote avant la bonne implantation des plantules issues du semis
• Surveiller la levée et surtout que l’ancienne végétation n’étouffe pas le jeune semis, auquel cas, faire pâturer ou broyer
• Choisir des espèces rapides d’installation : ray-grass anglais, hybride, trèfle violet, trèfle blanc
On peut réaliser un sursemis au réveil de la végétation en mars-avril ou en mai, derrière un ensilage ou, enfin, en août, lors du repos végétatif naturel de la prairie et avant son redémarrage. Dans ce cas, on sèmera juste après les pluies, dans une terre chaude assurant une levée rapide.
Pour les sursemis d’été, la présence d’agrostide peut altérer le résultat. En effet, cette espèce possède des propriétés allélopathiques, c’est-à-dire qui inhibent la germination. Il faut alors prévoir de réduire l’agrostide par un hersage dynamique, deux mois avant le sursemis.
Il est donc important d’arpenter ses prairies dès maintenant et de les observer, de savoir identifier les différentes graminées au stade feuillu pour en tirer des enseignements, puis de prendre les bonnes décisions. Les améliorations sont alors souvent faciles à mettre en place dès maintenant ou pendant toute l’année. Ces pratiques se feront généralement à faible coût.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde