Aller au contenu principal

Faire place nette de gibier avant la fauche

Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles mettent à disposition des agriculteurs pour épargner la petite faune sauvage lors de la réalisation des travaux de fauche.

Se faire «chatouiller» ou bousculer plutôt que de finir broyé ou amputé, c’est l’alternative qu’offre à la petite faune sauvage l’installation d’une barre d’effarouchement à l’avant d’un tracteur qui s’apprête à récolter une parcelle en herbe. Trivial, mais terriblement efficace. Dans les cinq départements des Hauts-de-France, les fédérations des chasseurs ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles mettent à disposition (gratuitement) des agriculteurs. Dans la Somme, six barres sont disponibles et mobilisables pour différents types de travaux, de l’entretien de bandes enherbées, des SIE, pressage de paille à la destruction des couverts en passant par les travaux de fenaison. 

 

Bruit et contact

Agriculteur et gérant d’une entreprise de travaux agricoles à Loeuilly, à une quinzaine de kilomètres au sud d’Amiens, Jean-Philippe Hermant est un utilisateur régulier de l’une de ces barres d’effarouchement. C’est également chez lui que l’une des six barres samariennes est stockée à l’abri lorsqu’elle n’est pas empruntée. Avant de laisser pâturer ses animaux – il est éleveur bovin et ovin –, M. Hermant réalise ainsi chaque printemps une coupe d’herbe. Installer la barre d’effarouchement devant sa faucheuse est devenu un réflexe : «Depuis pas mal de temps, j’avais en tête de m’équiper, explique-t-il. On a toujours mal au cœur de voir des animaux déchiquetés au sol après le passage de la faucheuse ou du broyeur. J’ai même pensé à m’équiper moi-même avant de profiter de celle mise à disposition par la fédération des chasseurs.» Pour l’utiliser, il suffit d’avoir un tracteur muni d’une prise hydraulique à l’avant. Réalisée en acier galvanisé, la barre est composée de trois éléments dé-montables – le bâti mesure 2,80 m auquel on ajoute un bras à droite de 3,5 m et un bras à gauche (en option) de 2 m - sur lesquels sont installés des peignes et des chaînes lestées par un marteau. Grâce à ce double système conçu par la société MCL, «c’est autant le bruit que le contact qui fait fuir les ani-maux», constate Nicolas Portois, administrateur de la fédération des chasseurs et agriculteur. 

 

Réservation et géolocalisation

Lorsqu’il l’utilise, Jean-Philippe Hermant adapte sa vitesse de travail, et donc le débit de chantier : «Le maximum auquel on puisse rouler, c’est 6 km/h. Au-delà, ce n’est plus efficace, les animaux n’ont pas le temps de réagir.» Les animaux qu’il «dérange» - c’est pour leur bien -, sont principalement des faisans et des lièvres. Le seul inconvénient, c’est finalement le gabarit : «C’est assez large à l’avant. Il faut faire attention en roulant pour ne pas accrocher les bas-côtés…», explique l’agriculteur. Hormis cette précaution à prendre, Jean-Philippe Hermant se dit «surpris» par le manque d’intérêt d’autres agriculteurs pour l’utilisation de cet outil, lui qui n’est pas chasseur. Est-ce la faute à la complexité pour fixer la barre à l’avant du tracteur ? «Pas du tout, estime M. Hermant, c’est simple comme tout et ça ne prend pas beaucoup de temps.» Lorsque la barre est posée à plat, à l’horizontal, une dizaine de minutes tout au plus suffisent. Une fois dans la parcelle prête à être fauchée, déployer le bras équipé des peignes et des marteaux ne prend aussi qu’un court instant. 

Du côté de la fédération des chasseurs de la Somme, pour assurer le suivi de ces outils, un boitier Karnott a été installé sur chacune des barres : «Cela permet de les géolocaliser, de savoir si elles sont utilisées et dans quelles conditions», rapporte Aurélie Thaureau, chargée de mission en agro-environnement à la fédération des chasseurs de la Somme. Dernier avantage, le boitier permet aussi de connaître la disponibilité d’une barre dans un secteur donné. À la fin de chaque saison de fenaison, un bilan de l’utilisation des barres d’effarouchement devra être établi et communiqué aux financeurs de ces équipements (Fédération régionale et départementale des chasseurs Hauts-de-France, Office français de la biodiversité, Conseil régional des Hauts-de-France). En attendant, pour en bénéficier, «c’est facile», souligne Aurélie Thaureau. Il suffit d’appeler la fédération avec un numéro dédié (06 02 00 72 49) et on s’organise pour la mise à disposition». Aussi simple d’un coup de peigne. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde