Aller au contenu principal

Faire rimer autonomie et économie dans l’alimentation des vaches

La notion d’autonomie est très régulièrement mise en avant dans les réflexions d’avenir des élevages. Mais, au fait, de quoi parle-t-on ? S’agit-il d’autonomie en fourrages, en concentrés, en protéines, voire en énergie pour des systèmes plus herbagers ? Le point avec Avenir conseil élevage (ACE).

C’est avant tout l’optimisation des fourrages qui permettra de diminuer les achats extérieurs de correcteurs azotés et énergétiques.
C’est avant tout l’optimisation des fourrages qui permettra de diminuer les achats extérieurs de correcteurs azotés et énergétiques.
© Avenir conseil élevage

Au-delà d’une volonté technique ou «philosophique», la recherche d’autonomie doit s’inscrire dans une démarche globale afin de valider la viabilité et la durabilité des changements à opérer et ne pas remettre en cause le revenu économique. Comme toujours, l’évolution requiert une méthode et un plan. 

 

Une SFP* cohérente pour plus d’autonomie 

La recherche d’autonomie fourragère est d’abord l’occasion de faire une analyse du système fourrager et de vérifier sa cohérence. Pour cela, le calcul des volumes de fourrages produits et des besoins des effectifs permet de voir si la balance est positive ou négative. Dans ce deuxième cas, avant de modifier le système, il convient de vérifier l’adéquation entre l’effectif et le volume de lait à produire. À production de lait équivalente, la quantité de fourrages nécessaires peut varier dans des proportions non négligeables en fonction du nombre de vaches, de leur efficacité alimentaire (kg de lait /kg MS ingérée), des génisses présentes (nombre, âge au vêlage), de l’objectif de niveau de production… D’après les données marge brute (MB) d’Avenir conseil élevage, pour produire 100 000 litres de lait, le besoin fourrager théorique varie de plus de 20 % selon ces différents éléments. La première étape est donc de comparer les apports réels de fourrages avec les besoins théoriques afin d’améliorer l’efficacité alimentaire.

Parallèlement, et de la même manière, le volume de fourrages produits doit être mis en relation avec les variables d’ajustements possibles : mes rendements sont-ils conformes au potentiel de la SFP actuelle ? Dans certains cas concrets, l’amélioration du pâturage (date de sorties, suivi de la pousse de l’herbe et de ses stades végétatifs, fertilisation…) a suffi à fournir le surplus de stock fourrager pour sécuriser un bilan et limiter, voire supprimer, les achats extérieurs.

Lorsque ces points sont validés et qu’il n’est plus opportun d’améliorer les leviers précités, alors il faut se tourner vers les solutions pour accroître l’offre fourragère. L’augmentation de la proportion de SFP dans la SAU est à arbitrer selon le résultat du calcul d’intérêt par rapport aux cultures de vente et la volonté d’atteindre l’autonomie. Il peut être économiquement plus intéressant d’acheter un complément de fourrage.

 

Même méthode, mêmes effets

D’après les chiffres des élevages en suivi économique marge brute ACE, 16 à 17 tonnes de matière azotée totale sont distribuées pour produire 100 000 litres de lait. Pour aller vers plus d’autonomie protéique (ou énergétique), le principe de réflexion est identique à ce qui a été expliqué précédemment. Autrement dit, le traitement des incohérences (efficacité des apports, gaspillages) est essentiel. Il peut s’agir, par exemple, de revoir le rationnement d’une catégorie d’animaux afin d’optimiser les apports. Cela passe par des questions concrètes : quel aliment est distribué, à quelle période, à quelle catégorie et pour faire quoi ?
Ces ajustements peuvent avoir un effet immédiat. Ensuite, l’autonomie protéique passe par la qualité des fourrages, leur stade de récolte et leur conservation. En complément, il faut peut-être expérimenter d’autres espèces plus adaptées aux besoins en termes de rendement, MAT, UF… C’est avant tout l’optimisation des fourrages qui permettra de diminuer les achats extérieurs de correcteurs azotés et énergétiques. Le pourcentage d’autonomie protéique (MAT produites/MAT utilisées) augmentera grâce aux choix et à la qualité des fourrages, et ensuite par la pertinence et l’efficacité des concentrés distribués.

Finalement, pour orienter un élevage vers davantage d’autonomie, nous regarderons d’abord à ajuster les apports et, seulement après, nous entamerons le travail pour réduire les achats. La recherche d’autonomie favorise la remise en question. C’est un objectif qui peut faire bouger les lignes de votre système fourrager pour le rendre plus efficace et plus cohérent. C’est aussi un travail qui peut être perçu différemment : besoin de s’affranchir des fluctuations de marchés, de limiter son impact environnemental en produisant sur place plutôt qu’à l’extérieur… Ces volontés doivent s’accorder avec les besoins économiques de l’élevage, attention à ne pas aller trop loin et trop vite. 

*SFP = Surface fourragère principale

 

Tableaux
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde