Aller au contenu principal

Sécheresse
FDSEA et JA tirent la sonnette d’alarme sur les conséquences de la sécheresse

Suite à la réunion du bureau de la FDSEA du mardi 9 août pour un point sur les situations liées à la sécheresse, la FDSEA et les JA ont formulé diverses demandes auprès de la préfecture de la Somme.

sécheresse
© FranceAgriTwittos

En premier lieu, les syndicats demandent de mettre du bon sens dans les contraintes administra- tives. « Les conditions de travail de sol sont tellement difficiles, et les chances de levée tellement faibles qu’il est parfaitement aberrant et inutile d’implanter des Cipan », ont souligné les élus de la FDSEA.

L’urgence vient surtout des intercultures courtes, après des récoltes antérieures au 15 juillet, pour lesquelles l’obligation d’implantation théorique est fixée au 15 août. Même si l’espoir d’une pluie d’ici la fin du mois pourrait faire croire à une situation plus simple, les Cipan et SIE sont dans la même situation, avec un intérêt agronomique qui sera dégradé pour des éventuels semis tardifs. Sur ces points, exprimés par ailleurs lors du comité de gestion de la rareté de l’eau du mercredi 10 août en préfecture, l’administration préfectorale s’est dit attentive à ce que les « administrations veillent à ne pas finir dans des situations absurdes et inutiles ».

Toujours côté réglementation, il a été demandé de pouvoir semer des espèces fourragères plus résistantes au stress hydrique que les espèces herbacées dans les prairies.

Côté irrigation, FDSEA et JA demandent à veiller à permettre l’achèvement des cycles culturaux, compte tenu des efforts déjà engagés pour tenir jusqu’ici, et des risques de pénuries alimentaires à l’échelle européenne ou mondiale. L’autre volet des demandes porte sur l’intégration des surfaces fourragères comme cultures prioritaires, ou le fait de ne pas « obérer le volume de gestion volumétrique » d’un irrigant si celui-ci met son forage à disposition d’un voisin pour une culture fourragère à destination de son cheptel.

Enfin, une demande de dégrèvement de TFNB a été formulée, pour l’ensemble des terres arables et des prairies. D’autres demandes spécifiques, notamment sur le soutien des filières d'élevage seront étudiées avec le Conseil départemental et le Conseil Régional des Hauts-de-France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde