Aller au contenu principal

Sécheresse
FDSEA et JA tirent la sonnette d’alarme sur les conséquences de la sécheresse

Suite à la réunion du bureau de la FDSEA du mardi 9 août pour un point sur les situations liées à la sécheresse, la FDSEA et les JA ont formulé diverses demandes auprès de la préfecture de la Somme.

sécheresse
© FranceAgriTwittos

En premier lieu, les syndicats demandent de mettre du bon sens dans les contraintes administra- tives. « Les conditions de travail de sol sont tellement difficiles, et les chances de levée tellement faibles qu’il est parfaitement aberrant et inutile d’implanter des Cipan », ont souligné les élus de la FDSEA.

L’urgence vient surtout des intercultures courtes, après des récoltes antérieures au 15 juillet, pour lesquelles l’obligation d’implantation théorique est fixée au 15 août. Même si l’espoir d’une pluie d’ici la fin du mois pourrait faire croire à une situation plus simple, les Cipan et SIE sont dans la même situation, avec un intérêt agronomique qui sera dégradé pour des éventuels semis tardifs. Sur ces points, exprimés par ailleurs lors du comité de gestion de la rareté de l’eau du mercredi 10 août en préfecture, l’administration préfectorale s’est dit attentive à ce que les « administrations veillent à ne pas finir dans des situations absurdes et inutiles ».

Toujours côté réglementation, il a été demandé de pouvoir semer des espèces fourragères plus résistantes au stress hydrique que les espèces herbacées dans les prairies.

Côté irrigation, FDSEA et JA demandent à veiller à permettre l’achèvement des cycles culturaux, compte tenu des efforts déjà engagés pour tenir jusqu’ici, et des risques de pénuries alimentaires à l’échelle européenne ou mondiale. L’autre volet des demandes porte sur l’intégration des surfaces fourragères comme cultures prioritaires, ou le fait de ne pas « obérer le volume de gestion volumétrique » d’un irrigant si celui-ci met son forage à disposition d’un voisin pour une culture fourragère à destination de son cheptel.

Enfin, une demande de dégrèvement de TFNB a été formulée, pour l’ensemble des terres arables et des prairies. D’autres demandes spécifiques, notamment sur le soutien des filières d'élevage seront étudiées avec le Conseil départemental et le Conseil Régional des Hauts-de-France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde