Aller au contenu principal

Ferme d’Antan : un nouveau départ

Le 20 février dernier, l’association Les Amis de la Ferme d’Antan organisait son assemblée générale.

De gauche à droite : Jean-Louis Guesnard, membre de l’association ; Eric Capron, maire de Creuse ; Jean-Jacques Stoter, conseiller départemental ; Franck Beauvarlet, vice-président du Conseil départemental et président de Somme Tourisme ; Jean-Etienne Lefin, président de l’association ; Michel Flandrin, secrétaire général de l’association ; et Bernard Carlier, trésorier.
De gauche à droite : Jean-Louis Guesnard, membre de l’association ; Eric Capron, maire de Creuse ; Jean-Jacques Stoter, conseiller départemental ; Franck Beauvarlet, vice-président du Conseil départemental et président de Somme Tourisme ; Jean-Etienne Lefin, président de l’association ; Michel Flandrin, secrétaire général de l’association ; et Bernard Carlier, trésorier.
© AAP


Un vent nouveau souffle sur la Ferme d’Antan. D’une part, son président, Jean-Etienne Lefin, après onze années de loyaux services, a décidé de passer la main. D’autre part, la structure va connaître une révolution. «Le projet conduit par la FDSEA prévoit d’utiliser des espaces de notre ferme inutilisés pour y installer des activités diversifiées. Mais nous sommes également conscients que Paris ne s’est pas bâti en un jour, et qu’il faudra beaucoup de temps pour monter un tel projet, de sa conception à sa réalisation», disait Jean-Etienne Lefin, dans son discours d’introduction.
Retour dans le passé. Créée par des nostalgiques de l’agriculture des temps anciens, la vocation de l’association des Amis de la Ferme d’Antan est de présenter de vieux matériels agricoles, récupérés auprès des agriculteurs de la Somme. Manque cependant le lieu où tous ces «trésors» pourraient être exposés à la vue de tous. La situation se débloque quand une ferme, dans la commune de Creuse, est en vente. Banco : ces passionnés constituent une SCI immobilière pour acheter le bien. L’association voit son rêve aboutir. Elle dispose enfin d’un lieu où elle va pouvoir monter un musée pédagogique aux portes d’Amiens pour les groupes scolaires et le grand public.
Si la Ferme d’Antan connaît un réel succès avec les visites pédagogiques, les autres visites, les trois principales fêtes organisées, à savoir Nature en avril, Moisson en août et Automne en octobre, et le festival Musique au Bois, la structure n’échappe pas à une baisse de fréquentation, de l’ordre de 30 % en 2012. Elle traverse alors de fortes turbulences, qu’elle n’arrive pas à pallier faute de moyens. La Ferme d’Antan est sur le point de péricliter. La SCI immobilière se demande si l’heure n’est pas venue de vendre la ferme.

Le phoenix renaît de ses cendres
Mais la volonté des membres de l’association, comme celle de la FDSEA de la Somme (impliquée depuis les débuts dans cette aventure) de préserver ce patrimoine va créer un nouvel élan, éloignant de fait l’idée de vendre les lieux.
Certes, le nombre d’entrées en 2015, soit 8 942, est en augmentation significative par rapport en 2014, et celui des adhérents, de 97 en 2015 contre 72 en 2014, apporte à tous une bouffée d’oxygène. Mais ils savent que la structure ne peut rester en l’état. La FDSEA propose alors un nouveau projet pour la Ferme d’Antan. Coût estimé de l’opération : 700 000 €.
L’idée est de créer sur le site trois pôles d’activité. Le premier porte sur le renforcement de l’activité pédagogique, en s’appuyant sur les compétences des activités de Picardie Lait auprès des établissements scolaires. Dans cette même orientation scolaire, il est proposé de faire une contractualisation avec Amiens Métropole afin de toucher les scolaires de tout le département de la Somme.

Agri-culturel et circuits courts
Le deuxième pôle est le pôle agri-culturel. Si ce pôle a parmi ses objectifs de consolider les grandes fêtes organisées sur site et l’accueil du festival Musique au Bois, l’idée est également de mettre à disposition les lieux pour des séminaires d’entreprise, des mariages et autres célébrations. Cet accueil pourra être couplé avec la visite de la ferme ou une journée à thème. De même, ce pôle sera le lieu des expositions permanentes (matériels anciens agricoles) et temporaires (l’évolution de l’agriculture dans la Somme, expositions photos, etc.).
Pour ce faire, un travail en étroite collaboration avec la mairie de Creuse est prévue. D’ores et déjà, l’association a le soutien du premier magistrat de la commune, Eric Capron, ainsi que du Conseil régional, du Conseil départemental, d’Amiens Métropole et de Somme Tourisme.
Enfin, le troisième pôle est dédié aux circuits courts. L’idée est de rassembler les producteurs de la métropole amiénoise pour leur permettre d’avoir un point de vente sur la ferme, ouvert une à deux fois par semaine (cela reste à préciser, ndlr), ainsi qu’une boutique pour les produits secs. Très attentive au développement des circuits courts, la Chambre d’agriculture de la Somme a d’ores et déjà voté une subvention destinée à une étude de marché sur les circuits courts et la mise en place d’un pôle vente de produits locaux et drive.
La FDSEA a pris, elle, à sa charge, toute l’ingénierie du projet, ainsi que la prestation d’un économiste de la construction. Le comité de pilotage mis en place pour le suivi du projet a vu l’arrivée des retraités de l’agriculture, désireux tout autant que l’association et le syndicat agricole de défendre ce patrimoine samarien.
Loin de toute nostalgie des uns et des autres, ce lieu souhaite pour demain faire le lien entre l’agriculture d’hier et d’aujourd’hui, comme présenter toutes les filières existantes sur le territoire. Avec le secret espoir, peut-être en chacun, même si les temps sont durs pour les agriculteurs, de susciter des vocations. Allez savoir.

Chiffres clés 2015

Nombre d’adhérents au 31 décembre : 97
Nombre d’entrées : 8 942
Visites pédagogiques :
1 557 personnes, dont
1 077 enfants
Autres visites : 5 581
Fréquentation des trois fêtes : 1 140 personnes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde