Aller au contenu principal

Fermes ouvertes : montrer la réalité des exploitations

Menée à l’initiative de la Fnsea, l’opération Fermes ouvertes a célébré cette année ses 25 ans lors du lancement dans la Marne, le 19 mai.

Une belle opportunité de parler du métier aux petits citadins.
Une belle opportunité de parler du métier aux petits citadins.
© Actuagri

Depuis 25 ans, Fermes ouvertes permet à des agriculteurs de recevoir des classes d’enfants du CE2 au CM2 sur leur exploitation pour faire découvrir leur travail quotidien. Cette année, l’opération s'est déroulée du 18 au 23 mai et a mobilisé 55 départements, dont la Marne où l’inauguration nationale s’est tenue le 19 mai, sur la ferme de Céline et Damien Martin-Prin à Braux-Saint-Rémy.
Pour l’exploitante qui participait pour la première fois à l’opération, il s’agit avant tout d’une «belle opportunité de parler de notre métier», en particulier aux petits citadins qui se montrent «plus étonnés et plus intéressés». L’agricultrice s’avoue surprise de la méconnaissance et du vocabulaire utilisé par les enfants qui disent par exemple «traiter» au lieu de traire, et découvrent que le lait ne vient pas de la brique.

Travail pédagogique
Sur l’exploitation, plusieurs stands expliquent aux élèves différentes facettes du métier : élevage des ânes et produits réalisés à base de lait d’ânesse (bonbons, savonnettes…), culture du blé, machines agricoles… Et si la visite ne suscite pas des vocations, les enfants sont tous ravis de cette journée, une bonne partie n’ayant jusqu’alors jamais mis les pieds dans une ferme.
Pour que la découverte soit source de connaissance au-delà de la visite, le travail pédagogique est au cœur de l’opération : outre la préparation en amont avec les professeurs des écoles, un livre documentaire, un livret de l’élève et du matériel pédagogique sont à leur disposition. «Il faut un travail en classe avec l’enseignant, pour que ce ne soit pas juste une visite et puis plus rien», confirme l’inspecteur d’académie adjoint, présent à l’inauguration.

Transparence
Car l’objectif principal de cette opération est bien d’entamer un dialogue entre le monde agricole et les consommateurs de demain. «Il est très important d’expliquer l’origine des produits alimentaires», commente Hervé Lapie, président de la Fdsea de la Marne. «On veut trop souvent montrer l’image du passé, d’une agriculture qui ne fait qu’entretenir le paysage», renchérit Luc Smessaert, vice-président de la Fnsea et responsable de Fermes ouvertes, «or l’agriculture est actrice du territoire, en matière d’économie, d’environnement…». Avec des métiers modernes qui ont évolué avec leur temps : on conduit aujourd’hui les tracteurs à l’aide de GPS ou de satellites, par exemple.
Mais pour préparer l’avenir, il faut d’abord répondre aux problématiques du présent. Fermes ouvertes permet aussi de prendre en compte les interrogations que la société fait peser de plus en plus fortement sur les pratiques agricoles. «Il faut montrer pourquoi on intervient sur les cultures, comment on soigne nos animaux», explique Xavier Beulin.
Riche de 25 ans d’existence, l’opération entend bien continuer sur sa lancée et ambitionne de mobiliser encore plus de partenaires, plus de départements, et plus d’exploitants avec cet objectif toujours affiché par Luc Smessaert : 36 000 exploitations participantes, soit l’équivalent d’une ferme par village.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde