Aller au contenu principal

Fertilisation azotée des prairies : ce qu'il faut savoir

Depuis le 1er septembre 2018, la réglementation concernant la fertilisation azotée des prairies dans la région Hauts-de-France a évolué. Ce qu’il faut savoir.

© AAP



Les tableaux ci-dessus permettent de connaître la dose d’azote plafond annuelle (kg N/ha) en fonction du chargement moyen de l’exploitation et du potentiel de la prairie. Le potentiel de la prairie est déterminé en fonction des caractéristiques suivantes. En potentiel bon, les prairies ont peu de facteurs limitant le potentiel de rendement.  On retrouve ces caractéristiques dans des sols profonds (limons, limons-argileux), qui présentent peu ou pas d’asphyxie, une faible sensibilité à la sécheresse d’été et une flore de qualité.
En potentiel moyen, les prairies présentent un seul facteur limitant le potentiel de rendement : manque ou excès d’eau, pente, sol superficiel… Enfin, en potentiel réduit, les prairies présentent structurellement plusieurs facteurs limitant le potentiel de rendement : sol superficiel, réserve utile réduite pouvant occasionner une sécheresse, pente…
Le chargement moyen correspond à la surface totale des prairies pâturées et mixtes (pâturées et fauchées) divisée par le total des UGB pâturants.

Valoriser les engrais de ferme
Les effluents d’élevage de type lisier doivent être épandus au moment où la plante en a besoin, soit 200°C base 1er janvier. Un apport peut aussi se faire en fin d’été pour une valorisation d’automne de la pousse d’herbe (exemple : 30 m³ x 2U N/m³ = 60 U N/ha).
Dans tous les cas, il est encore possible également d’épandre du fumier sur prairies à condition qu’il soit bien fait ou, encore mieux, composté. Toutefois, l’effet de l’azote sera plus lent qu’avec des engrais minéraux ou du lisier. Il est fortement recommandé d’effectuer des analyses de ces différents produits pour gérer plus finement la fertilisation.
D’une manière générale, il vaut mieux réserver les épandages de fumier et lisier aux prairies destinées à la fauche. A noter que les déjections de volailles sont à exclure sur prairies à cause des risques sanitaires liés à ces produits.
Enfin, les épandages d’effluents d’élevages ne peuvent se réaliser que dans le respect de la réglementation en vigueur (périodes d’interdiction d’épandage, distances vis-à-vis des tiers, des cours d’eau….).

Fractionner les apports
Il est conseillé de fractionner les apports lorsque la dose annuelle à apporter est supérieure ou égale à 80 unités équivalent minéral. Ce fractionnement permet d’étaler la pousse de l’herbe, que ce soit pour la fauche ou le pâturage. L’étalement des apports évitera de se retrouver avec trop d’herbe en même temps.
Pour les parcelles fauchées, il est recommandé d’apporter 2/3 de la dose annuelle pour la première coupe, et le reste pour les fauches suivantes. En épandage de lisier, veillez à ne pas dépasser 20 m³/ha à chaque passage pour ne pas créer une acidification de surface néfaste à l’assimilation des nutriments.
Sur votre exploitation, la fertilisation des prairies se raisonne selon le mode d’exploitation des parcelles. A bientôt au travers des chroniques de mesures des pousses d’herbe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde