Aller au contenu principal

Festival des Ecrémés à Conty

Chaque année, le festival des Ecrémés anime la campagne de Conty, à Contre exactement, le temps d’une journée : activités, ateliers, concerts… Cette année, rendez-vous est donné le 18 mai.



Tout a commencé dans un jardin d’une habitation de Sentelie, près de Conty, en 2005. «Nous voulions que les habitants du coin puissent profiter de différentes expressions culturelles à la campagne. Nous voulions leur proposer quelque chose dont ils n’ont pas l’habitude, chez eux. Alors nous avons organisé une sorte de mini festival à la maison», raconte Bilal Ajouz, président de l’association Thé-Ô-Soleil.
L’événement prend alors le nom des Ecrémés, puisqu’à l’origine, il est organisé dans une ancienne laiterie. Aujourd’hui, le festival a pris une sacrée ampleur. «Il a lieu à Contre, dans un site magnifique, plus grand, avec une salle des fêtes au cas où la météo soit capricieuse. Mais nous sommes toujours restés à la campagne.» L’année dernière, pour sa douzième édition, les Ecrémés ont accueillis 1 300 personnes à la journée. Les organisateurs donnent cette fois rendez-vous le 18 mai, à partir de 15h.
Le principe, lui, est toujours le même. «L’après-midi est très familial. Des activités sont proposées, comme de la pêche, du canoë, des jeux en bois, du maquillage… Un village associatif est aussi monté. Puis des spectacles pour tous sont programmés.» Vincent Gougeat, conteur, et Afric Cadences, danses et percussions, animent la fin d’après-midi.
L’apéro musical démarre dès 19h, avec La Goulue, un groupe de chanson française, mélange de swing, de rock et de ska. Puis deux concerts clôturent la soirée : Lamuzgueule, de l’électro swing, funk, «un peu hip hop, sur lequel vous êtes obligés de bouger et de danser», et Les SKAmarades, «du ska festif qui va crescendo». «Des genres qui peuvent plaire à tout le monde», assure Bilal Ajouz.

«Meuh vivre ensemble»
Car accueillir la diversité est bien l’esprit des Ecrémés, ce festival qui prône le mélange des genres pour «meuh vivre ensemble». «L’idée est de pouvoir sortir en famille, et que tout le monde, parents comme enfants, puissent s’y amuser. Nous mettons donc un point d’honneur à ce que ce festival reste gratuit.» Même la restauration est étudiée pour tous les goûts. «Les amateurs de viande comme des végétariens y trouveront leur compte.» Le festival se veut aussi «écolo». «Nous avons un partenariat avec Trinoval (le Syndicat mixte interdépartemental de ramassage et de traitement des ordures ménagères de la Picardie ouest, ndlr), et nous proposons des écocup, avec consigne, par exemples.»
Chaque année, l’art de la récup’ est mis en avant. Pour cette treizième édition, l’association organisatrice Thé-Ô-Soleil propose, entre autres, une activité de confection de bijoux à partir de produits du quotidien recyclés, comme des capsules de café. Et le résultat est bluffant !

Programme

Le 18 mai, à partir de 15h.
Entrée gratuite
Village associatif : la Savonnerie des Hauts-de-France, les Esserres, Origast, le Grenier à bois, Thé-Ô-Soleil, le Mail…
Activités : pêche, canoë, paddle, jeux en bois, cirque, création de bijoux, maquillage
Spectacles : Vincent Gougeat, conteur, à 16 et 17h ; Afric Cadences (danses et percussions) à 17h30
Apéro musical : dès 19h, avec La Gouloue
Concert : dès 20h30, avec Lamuzgueule et les SKAmarades

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde