Aller au contenu principal

Festival : les Jardins des Hauts-de-France se mettent en scène

Jusqu’au 23 septembre, la Région lance son festival «Jardins en scène». Au programme : théâtre, cirque, chanson, musique, arts de la rue… Suivez le guide.



Quand les Hauts-de-France associent l’amour de la nature et celui de la culture, cela produit un beau festival dans des écrins paysagers et patrimoniaux de belle facture. La saison 2018 de «Jardins en scène» conjuguera la danse avec la musique, le théâtre, le cirque et les arts de la rue au travers d’une trentaine de spectacles dans différents lieux des Hauts-de-France. De Saint-Valéry-sur-Somme, joyau de la Baie de Somme, en passant par Argoules, Saint-Arnoult, Beauvais, Soissons, Lanon, Neuville-sous-Montreuil, Tilloy-lès-Mofflaines, Saint-Jans-Cappel ou encore Hazebrouck, jardins et monuments s’animeront de jour, comme de soirée, le temps d’un spectacle.
Et parce qu’il est toujours de bon temps de commencer par le début, le festival a débuté par une histoire d’arbres, ou plutôt celle de «L’homme qui plantait des arbres», d’après l’œuvre de Jean Giono, une fable écologique et humaniste mise en scène par Stella Serfaty. Pour ceux qui seraient passés à côté de ce spectacle de théâtre d’objets, pas de panique, il sera encore joué dans le Nord (le 14 septembre à Villers-Saint-Sépulcre, le 15 septembre à Breuil-le-Sec), dans l’Aisne (le 16 septembre à Largny-sur-Automne), dans le Pas-de-Calais (le 21 septembre à Séricourt et le 22 septembre à Nortkerque), et dans la Somme (le 23 septembre à Argoules).

Danse et cirque
Pour les amoureux du cirque, Barto, un drôle de clown quelque peu excentrique, jouera avec le feu dans le parc d’horticulture de Soissons, le 15 septembre. Un autre de ses jeux préférés est l’imitation des animaux avec pour seul accessoire un gant de vaisselle rose. Une nouvelle façon de reconsidérer ces fichus gants au moment de faire la vaisselle et de retrouver, dans cette corvée, le sourire. Toujours dans le même monde du cirque, «Eux», soit Lucile Guin et Francis Albiero, l’ange et l’ogre, convoqueront le poétique et l’irréel pour vous embarquer dans un rêve bien à eux sur un mode décalé et absurde, au Logis abbatial, à Laon. Pour les amateurs de guinguette et de cirque, la Compagnie Les Mains Goch’ propose, à Saint-Valéry-sur-Somme, le 23 septembre, du cirque en guinguette. Quèsaco ? Une déambulation dans les rues avec des circassiens, des musiciens, des jongleurs et des échassiers.
Côté danse, la chorégraphe Nathalie Perrette a concocté «La figure du gisant» avec sa compagnie, en s’inspirant des gisants de pierre de la cathédrale de Laon. Rendez-vous est donné le 15 septembre, devant le parvis de la cathédrale de Laon. Autre univers, celui des danses serpentines de Loie Füller, pionnière de la danse moderne, ressuscitée par la chorégraphe polonaise Ola Maciejewska. Une performance haute en mouvement et en couleurs, notamment grâce à des robes très particulières que la chorégraphe a confectionnées. A découvrir à la Maladrerie de Saint-Lazare, à Beauvais, le 15 septembre. Autre univers, celui du collectif québécois de folklore urbain, qui interprétera, le 15 septembre, à Saint-Jans-Cappel, puis le 16 septembre, à Hazebrouck, de la danse percussive. Un spectacle entre claquettes, hip-hop et acrobaties chorégraphiées.

Théâtre et musique
Entre Amiens et Beauvais, la Compagnie Les Esserres investira, les 15 et 16 septembre, un ancien site horticole à Lavacquerie, pour fêter «Les Automnales», au travers d’expositions, d’une déambulation théâtrale et du théâtre chanté. Les amoureux de Barbara ne manqueront pas «Barbe à rats» de la Compagnie A, qui revisite la chanson «Nantes» de la chanteuse française par une chorégraphie d’objets sur sable, le tout en ciré. On ne vous en dit pas plus.
Autre choix, autres cieux, au Parc du Manoir, à Tilloy-lès-Mofflaines, le 15 septembre, avec la Compagnie Les Bonimenteurs qui joueront les «Lecteurs publics», soit trois personnages lisant les grands textes au public, célèbres et inconnus, d’ici et d’ailleurs. Même lieu, même endroit, une demi-heure plus tard, Les Bonimenteurs séviront encore avec «Shake, shake, shake». Une performance théâtrale et aérienne où humour et complicité n’ont d’égale que l’extravagance des ryhtmes disco qui l’accompagne.
Dans le cadre de «Quai en fête», à Saint-Valéry-sur-Somme, une «Menace d’éclaircie» est attendue le 23 septembre, avec la Fanfare rock improbable, cinq rockeurs qui jouent dans la rue des valses raccommodées, des boogies celtes, des tangos vosgiens… Si vous préférez les cuivres, qu’à cela ne tienne, rendez-vous dans les rues de Tilloy-lès-Mofflaines, le 15 septembre, pour bouger sur les musiques de The Brass Couss Band, des agités de l’embouchure. Ne reste plus qu’à se mettre au vert et choisir son rendez-vous.

Retrouvez la programmation complète de «Jardins en scène» sur www.hautsdefrance.fr/jardins-en-scene

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde