Aller au contenu principal

Feu vert au nouveau régime d’enregistrement des élevages de porcs

Une mesure pour encourager l’investissement et la modernisation des élevages.

Jean-Michel Serres, président de la FNP : "un compromis acceptable, à condition d’encadrer le pouvoir des préfets".
Jean-Michel Serres, président de la FNP : "un compromis acceptable, à condition d’encadrer le pouvoir des préfets".
© AAP

La mise en œuvre d’un nouveau régime d’enregistrement pour la production porcine devrait voir le jour prochainement. A l’assemblée générale de la Fédération nationale porcine (FNP) qui s’est déroulée le 14 juin à Aurillac dans le Cantal, Stéphane Le Foll, a indiqué que Jean-Marc Ayrault ferait une annonce dans ce sens prochainement. «Cette proposition sera intégrée dans l’ensemble des mesures que le Premier ministre présentera dans le cadre de la simplification administrative, le 4 juillet prochain». Le dispositif issu des réflexions du plan stratégique pour la production porcine, prévoit la création d’un nouveau régime d’enregistrement, sans enquête publique, pour les élevages dont la taille est comprise entre 450 et 2000 places. Sans attendre l’annonce du ministre, Jean-Michel Serres avait réagi positivement à une telle décision. «Il s’agit d’un compromis acceptable, à condition d’encadrer le pouvoir des préfets.
C’est une mesure qui nous rendrait service. Il faut la valider rapidement pour encourager l’investissement et la modernisation des élevages».

Viande porcine française
Sur le dossier Viande porcine française, pour lequel la FNP est très mobilisée pour retrouver sur le marché, les 20 à 30 centimes qui manquent à la production française, Stéphane Le Foll souhaite la mise en place d’une démarche commune à l’ensemble des viandes.
Il a invité les interprofessions viandes à rédiger, début juillet, un cahier des charges qui préciserait non seulement l’origine (né, élevé, abattu et transformé en France), mais aussi des indications sur le respect des normes sociales, environnementales et de bien être animal en France.
Dans l’immédiat, cependant, la FNP compte aussi sur le médiateur qui vient d’être nommé pour mettre au point les modalités de revalorisation du prix du porc à la production.
La demande porte d’abord sur la viande fraîche, ce qui représenterait un peu moins de 10 centimes/kg. Jean-Michel Serres a appelé également de ses vœux la mise en place d’un fonds de modernisation de l’élevage par les céréaliers, souhaitant qu’il soit réservé en priorité aux productions qui consomment des céréales, le porc et la volaille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde