Aller au contenu principal

Transports
Feuilles mortes et faune sauvage ralentissent les trains (si, si !)

Des trains régionaux en retard dans les Hauts-de-France ? C'est la faute à la présence de feuilles mortes sur les rails et d'animaux sauvages sur les voies, a défendu le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, sur France Info, le 2 décembre.

TER
© Région Hauts-de-France

Les clients qui empruntent régulièrement les lignes reliant la Picardie à la Capitale comme d’autres lignes qui sillonnent la région le savent trop bien : les retards et annulations sont monnaie courante. Ce qui a fini par faire sortir de leurs gonds les élus du Conseil régional des Hauts-de-France qui ont décidé depuis mercredi 1er décembre de suspendre de suspendre le paiement des sommes dues à la société de transport ferroviaire par la Région. Montant de l’addition ? 44 millions rien que pour le mois de novembre, selon le vice-président en charge des Transports, Franck Dhersin. Invité de France Info, hier, le PDG de l’entreprise s’est expliqué de ces disfonctionnements. 

En entendant les propos de M. Farandou sur FranceInfo, certains ont pu penser que nous étions le 1er avril. Mais au final, non, c’est bien le 2 décembre que Jean-Pierre Farandou a avancé le plus sérieusement du monde au moins trois raisons pour justifier les retards des trains régionaux dans les Hauts-de-France. « La SNCF n'a pas anticipé un certain nombre de difficultés. C'est là qu'il faut faire un peu notre mea culpa », a-t-il déclaré, beau joueur.

« Tous les ans, on a une difficulté et c'est vieux comme le chemin de fer : à l'automne, les feuilles tombent. Ça, on le sait, on ne le découvre pas ! Mais ces feuilles sont écrasées par les trains. Il y a une pellicule grasse qui se met sur les rails et les trains, quand ils freinent, patinent. Et ça abîme les roues. Et quand les roues sont abîmées, on est obligés de faire passer les engins à l'atelier pour reprofiler les roues. Ça, c'est classique. Mais ce qu'on a eu cette année, ce sont les experts qui le disent, c'est que la végétation a été particulièrement luxuriante. Il y a eu beaucoup de feuilles et les feuilles sont tombées massivement », a expliqué Jean-Pierre Farandou.

Le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, sur le plateau de France Info, le 2 décembre 2021.
© France Info

Seconde explication du PDG de la SNCF, les collisions entre la faune sauvage et les trains : « On a beaucoup de chocs avec le gibier qui prolifère, les sangliers, les chevreuils. Quand on tape un gibier, ça abime ».

La troisième raison est liée au contexte sanitaire. Avec la reprise de l’épidémie de Covid, le PDG de la SCNF constate « un absentéisme qui repart ».

Ce vendredi 3 décembre, une rencontre entre la Région Hauts-de-France, le directeur national des TER et son directeur régional a eu lieu « pour trouver les solutions au très mauvais service des TER

depuis plusieurs mois », a indiqué Franck Dhersin, sur Twitter. Et tenter de trouver une issue à cette crise. Pas satisfaite, la Région maintient ses sanctions envers la SNCF. Et le vice-président en charge des Transports du Conseil régional des Hauts-de-France de l’assurer : « Il est de la responsabilité politique et morale (de la collectivité, ndlr) de maintenir la suspension des paiements tant que la SNCF ne mettra pas en place de vraies solutions pour les usagers du TER ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde