Aller au contenu principal

Filière betterave : les défis de l’après-quota

Dans sa première campagne après la fin des quotas sucriers, la CGB travaille son plan d’action pour accompagner les planteurs de betteraves dans leurs nouveaux défis, liés à une volatilité plus forte.

La production s’annonce record cette année, en France, soit autour de 44,2 Mt, pour un rendement de 93 t/ha.
La production s’annonce record cette année, en France, soit autour de 44,2 Mt, pour un rendement de 93 t/ha.
© © J.-C. Gütner


«Cette campagne est véritablement la première sans quotas, après cinquante ans de régulation», a souligné Eric Lainé, président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB), lors d’une conférence de presse, le 7 décembre. Une situation qui offre des opportunités nouvelles comme l’export, mais qui rend également les planteurs de betteraves plus vulnérables face à une volatilité accrue des cours.
Pour les accompagner au mieux, la CGB a d’abord relevé le défi de la compétitivité. L’allongement de la durée de campagne, passée de cent jours en moyenne l’année passée à cent trente jours, est une réponse à la nécessité d’amortir les coûts de fonctionnement des usines, qui fermeront cette année leurs portes fin janvier, voire début février, a précisé Pierre Rayé, nouveau directeur de la CGB.
Cette nouvelle organisation nécessite cependant de trouver des ajustements, par exemple pour mieux compenser les pertes de volumes liés à un arrachage plus précoce. «Un jour supplémentaire de fonctionnement d’usine représente un euro d’économisé par tonne de sucre. Il faut partager ces gains de production», indique Pierre Rayé.
Pour assurer les besoins en sucre qui augmentent au niveau mondial, les betteraviers français ont, en tout cas, augmenté les surfaces de 20 % lors de cette campagne, passant de 405 000 ha à 475 000 ha. La production s’annonce record cette année, autour de 44,2 Mt, pour un rendement de 93 t/ha. La France, historiquement premier exportateur de sucre européen, entend bien répondre davantage à la demande mondiale.
Sur les 6,1 Mt de sucre de cette campagne, 1,7 Mt sont destinées, comme l’année passée, à la consommation domestique, 2,4 Mt vers l’Union européenne, avec des incertitudes liées cependant aux accords de libre-échange, qui pourraient donner plus de contingents aux clients français, et au Brexit, car le marché britannique représente 20 % des exports français en Union européenne. Enfin, 1,1 Mt sont destinées au marché international. «La difficulté aujourd’hui est de n’avoir aucun chiffre fiable à donner sur le prix de la betterave», explique Timothé Masson, chargé d’affaires économiques et responsable de l’international à la CGB. L’état actuel du marché indique une betterave à 22 €/t, mais ne reflète que le début de campagne et le marché spot.
Face à une volatilité accrue, la CGB défend le renforcement d’une large palette d’outils de gestion des risques, demandant la mise en place d’une épargne de précaution dans le cadre de la réforme de la fiscalité agricole prévue en 2018, et propose l’expérimentation d’un fonds mutuel sectoriel qui permettrait de constituer une réserve de crise en cas de situation de marché très dégradée.

Le grand défi de l’environnement
Parallèlement, la CGB poursuit ses efforts pour allier compétitivité avec préservation de l’environnement, comme l’illustre son engagement, aux côtés d’une trentaine d’organisations agricoles, dans le «contrat de solutions». Si l’interdiction du glyphosate est un problème pour 25 % des surfaces betteravières, les planteurs sont davantage inquiets de l’interdiction programmée des néonicotinoïdes.
L’absence d’alternative pourrait provoquer une chute de rendement de 10 à 20 % au niveau national, et une perte d’environ 150 M€ pour la ferme betteravière française, alors que l’utilisation de ces produits pour la betterave, qui n’a ni fleur ni pollen, n’impacte pas les pollinisateurs. La CGB demande donc une dérogation d’utilisation la plus longue possible (au moins jusqu’en 2020) pour répondre aux spécificités de la culture betteravière.
Par ailleurs, le bioéthanol offre des perspectives croissantes à la filière betteravière française, qui fournit 50 % des 12 MhL. La période est plutôt propice, puisque le marché des essences retrouve des couleurs depuis 2014, le SP95-E10 étant désormais la première essence française en parts de marché, malgré une présence limitée à 60 % des stations-services.
Plus confidentiel, le superéthanol E85 poursuit néanmoins son essor avec une progression de 20 % de ses volumes vendus, progression qui devrait s’accélérer avec l’homologation imminente des boîtiers E85 permettant, pour 700 €, de transformer la plupart des voitures essence en voitures «flex-fuel», compatibles avec ce carburant. La CGB alerte néanmoins sur certains points qui pourraient nuire à ce développement : l’incorporation en progression de dérivés d’huile de palme hydrotraitée en raffinerie dans les essences, et qui ne répond pas aux exigences environnementales élevées de la production de bioéthanol.
En outre, la directive européenne RED 2 inquiète également la filière puisqu’elle vise à réduire l’incorporation dans les transports des biocarburants de première génération, au profit de la deuxième génération. La CGB souhaite le maintien des biocarburants conventionnels à hauteur de 7 % au moins. Le Parlement européen doit se prononcer sur cette question le 2 février 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde