Aller au contenu principal

Filière bovine : la France ne produit pas pour son marché

Au-delà des difficultés conjoncturelles liées à des prix trop bas, une trésorerie exsangue et un endettement excessif, Michel Reffay du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), pointe des handicaps structurels de la filière bovine.

La demande en viande bovine s’inscrit désormais dans une tendance à la baisse en Europe occidentale.
La demande en viande bovine s’inscrit désormais dans une tendance à la baisse en Europe occidentale.
© JC Gutner

Si la consommation de viande bovine continue de progresser dans le monde, tel n’est pas le cas dans l’Union européenne. Et si elle arrive à se maintenir difficilement dans les 28, à cause des derniers arrivants, la demande en viande bovine s’inscrit désormais dans une tendance à la baisse en Europe occidentale. Les crises sanitaires, le bien-être animal, les campagnes d’opinion contre l’élevage finissent par atteindre le but recherché.
Chaque Français en consomme de moins en moins : ses besoins ne sont plus que de 23,1 kg par an, contre 25 kg, il y a seulement quatre ans en 2010. Mais si la consommation totale de viande bovine décline, il est un segment qui a le vent en poupe, c’est le steak haché frais et surgelé. La demande s’accroît au rythme de 4 à 5 % par an.
D’où l’observation de Michel Reffay du CGAAER, à l’issue d’une mission commandée par le ministre de l’Agriculture, début 2015 : la valeur que cherche à fabriquer les éleveurs en amont «est déconstruite par la massification du marché» dans la filière. Autrement dit, «faut-il produire de la viande de qualité à partir de races de qualité pour faire de la viande hachée ?», s’interroge-t-il. D’une façon générale, d’ailleurs, les Français consomment de la vache de réforme qu’on doit importer pour une bonne partie au détriment des jeunes bovins qui ne trouvent leurs débouchés qu’à l’exportation.

Croisement industriel
Autre observation de Michel Reffay, l’importance des races laitières dans la production de viande en France, qu’il estime à 34 %. Or, le pilotage de la production laitière appartient désormais aux groupes laitiers depuis la fin des quotas. «Le lait est un déterminant fort de la production de viande.» En ce sens que les éleveurs peuvent capitaliser ou décapitaliser sur leur troupeau laitier en fonction du prix du lait et de ses perspectives, sans se soucier de ses effets induits sur le marché de la viande.
L’auteur d’un rapport sur l’élevage s’est également intéressé aux coûts de production en élevage. Qu’a-t-il constaté ? Une importante dispersion d’un élevage à l’autre. Conclusion : «Il y a des marges de progrès à réaliser», notamment en matière de mécanisation, qui constitue le premier poste de coût. Il déplore aussi le tassement tendanciel des exportations de viande bovine et de broutards, notamment sur l’Italie.
Et pour les destinations plus lointaines, hors Union européenne, les effets négatifs des événements sanitaires et politiques sur les courants d’exportation. «On fait du zapping», au gré de l’ouverture ou de la fermeture des marchés, sans politique suivie et coordonnée : «autrement dit, du dégagement», déplore-t-il.
Autre observation au regard de ce qui se passe ailleurs. Le culte de la race pure en France et le refus des croisements. «Pourquoi le secteur bovin viande se refuse-t-il au croisement ?», interroge Michel Reffay, qui, dans certaines conditions, pourrait mieux valoriser l’élevage français.
Ceci étant, la France dispose néanmoins d’atouts, notamment au regard de l’agro-écologie. «L’élevage français est vertueux et peut être un moteur dans la captation du carbone.» A condition, bien entendu, que «les bovins restent des ruminants et ne deviennent pas omnivores».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde