Aller au contenu principal

Filière lait : optimiser les réglages de son robot de traite

Le nombre de robots de traite dans la Somme est une des rares données qui augmente en élevage laitier. Quelques éléments à prendre en compte.

© Michel Portier


Cent cinquante robots de traite seraient en fonction dans la Somme, début 2018. Malgré une valorisation du lait qui reste trop juste, il permet une meilleure valorisation de la main-d’œuvre ou des bâtiments existants. Une fois que le pas de la traite robotisée est franchi, il y a tout de même quelques précisions à apporter.
Les constructeurs de robots de traite ont réussi à démocratiser différents concepts de la traite robotisée. Cependant, tous doivent réaliser des performances équivalentes en termes de production annuelle. On observe sur le terrain des robots de traite capables de traire 800 000 litres par an, quand d’autres n’en font que la moitié. Certaines charges sont fixes - les frais d’entretien et de fonctionnement du robot, mais aussi l’annuité de l’investissement. Encore une fois, le discours sera productiviste, mais le lien entre charges fixes et dilution par le volume semble évident. Pour améliorer la productivité de votre robot de traite, il faut tenir compte d’un complexe de points interagissant entre eux.
L’alimentation est une des composantes du complexe, et les systèmes qui se ressemblent sont rares. Où présenter le concentré à la vache ?
Quel type de concentré par rapport au fourrage ? Quelle dose de concentré ? Quelques règles de base sont connues pour ce qui est de sa distribution. La ration à l’auge doit être équilibrée pour la moyenne troupeau (5 litres). Il doit y avoir minimum 1,5 kg de concentré au robot. La vache ingère 500 g à la minute de concentré granulé.
Avec ces grandes lignes, il reste encore beaucoup de réglages à peaufiner selon la marque du robot et les autres éléments du complexe élevage robotisé. Pour ce qui est de l’alimentation en fourrage, on dispose de moins de solutions de court terme pour optimiser l’alimentation. La distribution doit être rigoureuse pour assurer une fréquentation convenable des animaux.
Cet exemple permet d’aborder le système de circulation des animaux. Un optimum de 2,6 traites/jour/vache est à atteindre. Tous les animaux n’ont pas besoin d’être trait quatre fois par jour. Bien souvent différente aussi, la circulation impacte directement la fréquentation du robot. Un robot optimisé réalisera de 160 à 180 traites par jour. Il est possible de filmer la circulation de l’élevage sur 24 ou 48h pour identifier les points clés de la circulation propre à chaque élevage. Ce principe d’audit vidéo est souvent très révélateur de point d’engorgement ou de zone de non fréquentation.
Une fois ces deux grandes composantes étudiées, il reste une multitude de paramètres à prendre en compte, comme la génétique, la disponibilité de l’éleveur, la période de vêlage, le rang de vêlage, le pâturage, pour optimiser les performances du robot de traite.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde