Aller au contenu principal

Filière porcine : après avoir retrouvé du prix, les éleveurs veulent retrouver du lien

Avec une conjoncture économique favorable, les éleveurs porcins, réunis en assemblée générale le 14 juin, dans les Côtes d’Armor, semblent retrouver la confiance, sans pour autant baisser la garde sur les dossiers clés.

Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP), le 14 juin, à Saint-Quay-Portrieux (22).
Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP), le 14 juin, à Saint-Quay-Portrieux (22).
© © D. R.



Si la période actuelle est plutôt favorable aux éleveurs porcins, c’est une situation économique dont il faut profiter pour «se préparer, s’armer, se muscler pour que demain on soit en capacité de résister», rappelle Guillaume Roué, président d’Inaporc. La filière n’a, en effet, pas été épargnée ces dernières années par les prix très bas, et il reste un décalage de l’ordre de 15 centimes d’euros de moins par kilo par rapport aux autres pays producteurs européens. Cependant, la hausse des cours, portés par l’augmentation de la demande chinoise liée à la peste porcine africaine, est une bonne nouvelle pour les éleveurs, d’autant que la France reste, pour l’instant, indemne de la maladie, en dépit de la proximité géographique.
Présent à l’assemblée générale de la Fédération nationale porcine, le 14 juin, à Saint-Quay-Portrieux (Côtes d’Armor), le ministre de l’Agriculture a d’ailleurs été félicité sur la gestion de la crise. «La zone blanche était la solution», insiste Paul Auffray, président de la FNP. Didier Guillaume a, de son côté, rappelé que la France restait mobilisée auprès de la Belgique sur ce dossier sensible, puisqu’un seul cas de peste porcine africaine détecté en France aurait pour conséquence immédiate la fermeture des frontières chinoises aux exportations françaises. «Nous pensons que nous avons obtenu la régionalisation de la part de la Chine», a cependant précisé le ministre, exhortant les producteurs porcins à mieux saisir les opportunités d’export que leurs «cousins producteurs de viande bovine».
Sur le sujet de l’aide aux investissements, demandés par les éleveurs, dans le cadre du décret biosécurité, qui entraîne des aménagements à mettre en place avant le 1er janvier 2021, ainsi que sur les demandes concernant l’aide à la modernisation nécessaire des exploitations (par exemple, sous la forme de suramortissement), Didier Guillaume ne s’est pas davantage engagé et a incité les Régions à prendre leur part dans l’accompagnement financier.
Revenant, par ailleurs, sur les Etats généraux de l’alimentation, le ministre a estimé, comme les producteurs, que «le compte n’y est pas. Cette répartition de la valeur, on la fera à marche forcée, avec le pieu dans le dos, mais on y arrivera», s’est-il engagé. L’enjeu est important car, pour la filière, le marché national reste essentiel. «Nous devons mettre un terme à ces négociations commerciales d’un autre âge», souhaite Paul Auffray, qui demande un fonctionnement multipartite. «La contractualisation est une partie de la solution», a précisé le président de la FNP.

Agribashing
Une grande partie des discussions a cependant tourné autour de l’agribashing et de sa dernière déclinaison, les intrusions dans les élevages, à l’exemple de celle du député Bastien Lachaud (La France Insoumise) dans une exploitation porcine bretonne.
Au-delà de l’image négative que ces événements véhiculent, les éleveurs dénoncent aussi l’impact psychologique très fort de ce qui est vécu comme une agression, mais reste peu sanctionné par la loi. «Il y a un gros vide juridique sur la qualité de zone privée des exploitations agricoles», explique Mickaël Guilloux, secrétaire général de la FNP, d’autant que les éleveurs n’ont pas l’habitude de tout verrouiller. Il faut pourtant «mettre un terme à ces provocations avant que ne s’installe un climat insurrectionnel dans nos campagnes», alerte Paul Auffray.
La situation est en effet vécue comme une injustice profonde pour les éleveurs, qui font le maximum pour s’adapter aux attentes sociétales, alors que l’on oublie que «le pas de temps nécessaire pour gérer toutes ces évolutions dans nos métiers, c’est une génération», indique le président de la FNP.
En attendant, face aux attaques, «on a fait notre maximum pour éviter les dérapages», précise de son côté Etienne Gangneron, vice-président de la FNSEA, qui estime que les éleveurs doivent aussi prendre la parole pour témoigner de la réalité de leur métier. «Il faut que l’on aille dans les écoles. Ce sont les consommateurs de demain», ajoute Mickaël Guilloux, même si ce n’est pas toujours possible. Car «dans les écoles, même en milieu rural, il y a des profs végans qui veulent faire passer leurs messages», témoigne Carole Joliff, secrétaire générale adjointe de la FNP.
«A notre niveau, il faut faire des alliances avec les associations environnementales, les associations pour la bien-traitance animale, même si on a des approches différentes. Le chemin est encore long, mais on doit recréer du lien», estime Etienne Gangneron. Et si le travail est, pour l’instant, peu gratifiant, il n’en est pas moins indispensable au regard des évolutions sociétales. «En 1970, 70 % des hommes de 40-59 ans étaient fils d’agriculteurs. Aujourd’hui, c’est 3 %», précise Eric Birlouez, sociologue de l’alimentation, évoquant «une amnésie générationnelle agricole».
Le chercheur reste cependant optimiste. Pour lui, quand on parle aux gens les yeux dans les yeux, ils sont prêts à écouter. «Il faut une communication locale de circuit ultra court, une communication directe de l’agriculteur auprès de ses proches, de ses voisins, et là, on arrive à des basculements de représentation», ajoute-t-il. «Il va falloir qu’on reste à l’écoute, et que nous, les agriculteurs, travaillions ensemble pour en tenir compte et le traduire dans nos pratiques de tous les jours. Nous avons vraiment besoin de travailler de façon transversale», conclut ainsi Paul Auffray.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde