Aller au contenu principal

Fiscalité : cotisation foncière et photovoltaïque

Ceux qui produisent de l’électricité à l’aide de panneaux photovoltaïques sont redevables de la cotisation foncière des entreprises. L’administration vient de faire le point.

Les bâtiments agricoles produisant de l’électricité sont désormais soumis à la CFE minimum.
Les bâtiments agricoles produisant de l’électricité sont désormais soumis à la CFE minimum.
© Christian Gloria



En principe, les entreprises sont redevables à la fois de la taxe foncière sur les propriétés bâties, ainsi que la cotisation foncière des entreprises (CFE), appelée antérieurement taxe professionnelle. Les activités agricoles exercées au sein des exploitations agricoles sont exonérées de taxe foncière sur les propriétés bâties et de la cotisation foncière des entreprises. Toutefois, l’exonération ne s’étend pas aux activités industrielles et commerciales réalisées par un exploitant agricole. Ainsi, un agriculteur qui produit et vend de l’électricité à partir de panneaux photovoltaïques est considéré comme exerçant une activité commerciale. De ce fait, il est redevable de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la taxe foncière bâtie.
La CFE est déterminée à partir de la valeur locative retenue pour le calcul de la taxe foncière. Or, lorsque des panneaux photovoltaïques sont posés sur un bâtiment agricole, l’administration a parfois considéré que les bâtiments dédiés à la fourniture d’électricité avaient un caractère industriel et qu’ils étaient soumis à la taxe foncière. Le montant de la CFE dû au titre de la production d’électricité était appelé sur la base de la valeur locative du bâtiment concerné et déterminé dans les conditions applicables aux bâtiments industriels. Evidemment, cette méthode d’évaluation entraînait une imposition supplémentaire, qui n’était pas neutre.

Situation clarifiée
Dans la mesure où des panneaux solaires sont fréquemment installés sur des bâtiments agricoles, la question a alors été soulevée, relayée par les parlementaires, du régime d’imposition applicable, tant lorsque l’activité de production d’électricité est exercée par l’agriculteur lui-même que lorsqu’elle est exercée par un tiers.
La réponse de l’administration figure désormais dans le Bofip (Bulletin officiel des finances publiques), qui reprend les solutions édictées par deux réponses ministérielles en date du 4 septembre 2018 et du 22 mai. Elle est venue clarifier cette situation pour les exploitants producteurs d’électricité.
Si l’agriculteur qui utilise le bâtiment agricole pour son activité agricole est également le producteur d’électricité qui exploite les panneaux solaires, il convient de considérer que cet agriculteur exerce une activité de production d’électricité imposable et une activité agricole exonérée dans le même bâtiment. En conséquence, ni le bâtiment, ni les panneaux photovoltaïques qui y sont posés, ne sont redevables de la taxe foncière bâtie. Il n’y a donc pas lieu de qualifier le bâtiment agricole en bâtiment industriel. Compte tenu de ces réponses ministérielles, les bâtiments étant exonérés de taxe foncière bâtie, il n’existe plus de valeur locative servant au calcul de la cotisation foncière des entreprises (CFE). Traduction : le montant de cotisation minimum de la CFE pour l’exploitant agricole est fixé par la commune.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde