Aller au contenu principal

Robots Lely : flexibilité et facilité de travail

Éleveur de vaches laitières à Auve, Jean-Luc Doyen utilise différents robots de la gamme Lely pour gagner en souplesse et efficacité de travail.

Utilisateur du robot de traite Lely depuis onze ans, l’éleveur marnais dispose également de robots d’alimentation et d’un autre destiné au nettoyage.  

«Nous profitons sur l’exploitation de quatre robots de traite. Nos outils d’alimentation amène notamment de la pulpe de betterave, ensilage d’herbe, de luzerne, paille d’orge, foin de luzerne, paille de blé. Le Vector donne une ration par vache, en fonction de ce qu’on lui aura mis. Il va gérer selon les besoins, tout est pesé», explique Jean-Luc Doyen, éleveur bovin à Auve.  

 

Quatre robots de traite 

Propriétaire de quatre robots de traite, d’un système d’alimentation avec deux bols Lely, appelé le Vector, d’un robot Collector et d’un racleur, l’exploitation compte au total huit appareils de la gamme Lely.  

«Ce dispositif sous-entend des astreintes car les machines travaillent non-stop et nous devons être présents en cas de panne.  Le robot travaille selon les besoins, parfois il est arrêté car il a fini son circuit. Le Vector respecte une route et il est rechargé le lendemain matin au sein de la «cuisine». Cette zone de chargement est agrémentée du mardi au vendredi. Nous essayons de quantifier au mieux la dose de matières à renflouer. Il est important de prévoir une réserve suffisante pour ne pas avoir à réajuster la quantité en pleine nuit, par exemple. J’optimise mon système d’alimentation pour mes vaches avec des produits frais, et un bon complément alimentaire», ajoute Jean-Luc Doyen.  

 

Une traite optimisée 

Les quatre robots de traite Lely interviennent sur 225 vaches, avec deux lots de deux robots, ce qui équivaut environ entre 110 et 115 vaches par lot. Le système de traite tourne 24h/24. «Notre rôle principal est de surveiller le robot et de gérer les vaches en retard à la traite. Nous comptabilisons environ 2,7 à 2,8 passages par vache. Certaines d’entre elles ne vont plus à la traite, nous les poussons donc à y aller le soir. Elles disposent d’une aire d’attente par laquelle elles sont obligées de passer par le robot pour sortir de prison», précise le propriétaire de l’exploitation. Pour chaque traite, un temps de passage de neuf à treize minutes est nécessaire. Les vaches viennent au robot pour se faire traire mais aussi manger en fonction de leur production. La ration est adaptée à la quantité de production de la vache.  

 

Un usage multifonction 

En plus d’une traite classique, le robot Lely propose d’autres fonctions comme laver les mamelles, peser et analyser le lait, peser les vaches. «Un ensemble d’informations que nous utilisons selon nos besoins. Il propose aussi de surveiller la rumination des vaches, leur activité. C’est une mine de renseignements», poursuit Jean-Luc Doyen.  

Ainsi, chaque matin l’éleveur bovin peut dresser des constats et suivre les vaches à problèmes. «Que ce soit au niveau de la température, ou de la baisse de lait. Ces données nous permettent de cibler et suivre ces vaches.» 

 

Souplesse de travail 

«L’ensemble de ces outils apportent de la souplesse de travail. Nous gagnons également de l’espace sans perturber le bâtiment. Au niveau de notre organisation, c’est aussi une liberté de temps de travail. Mais la robotique ne fait pas tout. Nous sommes avant tout éleveur et nous gardons l’œil sur nos vaches. Mais le robot Lely nous soulage, c’est certain», se satisfait Jean-Luc Doyen.  

 

11 800 l de lait par vache 

En 2020, 11 800 l de lait ont été récoltés par vaches pré-sentes. «C’est un bon indicateur, nous faisons partie du système Bleu blanc cœur, ce qui intensifie la production. Pour rejoindre cette charte nationale, nous sommes obligés d’avoir assez à manger pour respecter la quantité d’oméga 3 qualitatifs dans notre lait par exemple. Les vaches expriment ainsi davantage leur potentiel.» 

 

Une charte nationale de qualité

Bleu blanc cœur est une charte nationale qui donne une obligation de moyens et de résultats.
«Il faut amener des IT3. Une analyse de lait est réalisée trois fois par mois pour voir s’il existe bien un transfert d’oméga dans le lait. Si ce n’est pas le cas, un réajustement de l’alimentation est réalisé. C’est un contrat de cinq ans qui offre une plus-value», conclut Jean-Luc Doyen.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde