Aller au contenu principal

Fnams Nord-Picardie : nouveau nom, nouveau président

Les producteurs de semences céréalières et fourragères, ainsi que les établissements, étaient réunis, mercredi 26 septembre à Amiens, lors de l’assemblée générale de la Fnams Nord- Picardie, à Amiens.

Présidée par Olivier Petit, agriculteur à Bonnay, l’assemblée a débuté avec le rapport financier et le rapport d’activité de la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences (Fnams) Nord-Picardie. «L’activité de la fédération se concentre essentiellement autour du pôle technique semences fourragères», explique le président. A ce sujet, quelques nouveautés sont à noter.
Pour rappel, le pôle technique de la Fnams Nord-Picardie a été créé il y a une quinzaine d’années, dans l’objectif d’établir des références techniques locales. Pour cela, différents essais, menés en partenariat avec les établissements SFP - Noriap, Benoist Sem - Agrial et la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences sont conduits chaque année. Dirigés par des producteurs de semences fourragères, les essais conduits découlent des attentes et des problématiques rencontrées dans les parcelles par les établissements et les producteurs de la région, mais aussi des évolutions réglementaires liées à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.
Président jusqu’alors du pôle technique, Maurice Loyer a cédé, cette année, sa place à Christophe Damonneville, agriculteur et producteur de semences fourragères à Fontaine-sur-Somme. De plus, le nom a été changé. On parlera donc dorénavant du pôle technique Semences Hauts-de-France.
Ainsi, pour cette année, les membres du pôle technique ont fait le choix de mettre en place essentiellement des essais désherbage, soit des essais antigraminées sur la fétuque élevée et sur le ray-grass anglais. Au total, plus d’une trentaine de modalités vont être testées et les premiers résultats devraient être communiqués en janvier prochain.

Création d’un GIEE
En parallèle, Christopphe Damonneville a annoncé la création d’un groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE) qui se veut dans la continuité du pôle technique (cf. p.11). L’idée, à travers ce GIEE, est d’étudier les solutions alternatives à certaines pratiques, comme le désherbage chimique, mais aussi les rotations, l’effet des intercultures pour la production de semences fourragères, etc. «L’objectif premier de ce GIEE est, de chercher à maintenir dans le temps la production régionale de semences fourragères, source de diversification et de revenu», explique-t-il.
Un dossier a été déposé et il est passé en commission la semaine dernière. La réponse devrait arriver dans les jours qui arrivent. Si celle-ci revient favorable, la phase d’émergence de ce projet débutera.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde