Aller au contenu principal

Fnams Nord-Picardie : nouveau nom, nouveau président

Les producteurs de semences céréalières et fourragères, ainsi que les établissements, étaient réunis, mercredi 26 septembre à Amiens, lors de l’assemblée générale de la Fnams Nord- Picardie, à Amiens.

Présidée par Olivier Petit, agriculteur à Bonnay, l’assemblée a débuté avec le rapport financier et le rapport d’activité de la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences (Fnams) Nord-Picardie. «L’activité de la fédération se concentre essentiellement autour du pôle technique semences fourragères», explique le président. A ce sujet, quelques nouveautés sont à noter.
Pour rappel, le pôle technique de la Fnams Nord-Picardie a été créé il y a une quinzaine d’années, dans l’objectif d’établir des références techniques locales. Pour cela, différents essais, menés en partenariat avec les établissements SFP - Noriap, Benoist Sem - Agrial et la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences sont conduits chaque année. Dirigés par des producteurs de semences fourragères, les essais conduits découlent des attentes et des problématiques rencontrées dans les parcelles par les établissements et les producteurs de la région, mais aussi des évolutions réglementaires liées à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.
Président jusqu’alors du pôle technique, Maurice Loyer a cédé, cette année, sa place à Christophe Damonneville, agriculteur et producteur de semences fourragères à Fontaine-sur-Somme. De plus, le nom a été changé. On parlera donc dorénavant du pôle technique Semences Hauts-de-France.
Ainsi, pour cette année, les membres du pôle technique ont fait le choix de mettre en place essentiellement des essais désherbage, soit des essais antigraminées sur la fétuque élevée et sur le ray-grass anglais. Au total, plus d’une trentaine de modalités vont être testées et les premiers résultats devraient être communiqués en janvier prochain.

Création d’un GIEE
En parallèle, Christopphe Damonneville a annoncé la création d’un groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE) qui se veut dans la continuité du pôle technique (cf. p.11). L’idée, à travers ce GIEE, est d’étudier les solutions alternatives à certaines pratiques, comme le désherbage chimique, mais aussi les rotations, l’effet des intercultures pour la production de semences fourragères, etc. «L’objectif premier de ce GIEE est, de chercher à maintenir dans le temps la production régionale de semences fourragères, source de diversification et de revenu», explique-t-il.
Un dossier a été déposé et il est passé en commission la semaine dernière. La réponse devrait arriver dans les jours qui arrivent. Si celle-ci revient favorable, la phase d’émergence de ce projet débutera.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde