Aller au contenu principal

FNPL : comment retrouver une dynamique collective

Après deux années difficiles pour les éleveurs laitiers, la Fédération nationale des producteurs de lait souhaite retrouver une dynamique, portée par le plan de filière et les Etats généraux de l’alimentation, dont les mesures concrètes sont attendues en 2018.

Thierry Roquefeuil, président de la FNPL.
Thierry Roquefeuil, président de la FNPL.
© D. R.


«Nous voulons sortir du mode de survie et voir comment on est capables, à travers France Terre de Lait, de retrouver une dynamique», explique Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), lors de la conférence de presse de rentrée de l’organisation, le 17 janvier.
Si la situation s’est améliorée depuis la crise de 2015-2016, il reste «encore des nuages» concernant le prix du lait pour 2018, précise Thierry Roquefeuil, président de la FNPL. En effet, plus de 300 000 tonnes de poudre de lait sont encore stockées par l’Union européenne, ce qui risque d’impacter les prix pendant encore trois ans.
Cependant, la demande importante en matière grasse devrait contribuer à tendre le marché sur le beurre, comme en 2017, ce qui devrait permettre au prix du lait de se tenir. «Pour nous, ce n’est pas satisfaisant», commente Thierry Roquefeuil, pour qui syndicalement, le fil rouge de l’année restera le prix payé au producteur.

De la valeur sur le marché intérieur
En ce sens, le marché intérieur, qui représente 60 % des débouchés pour le lait français, doit être privilégié : c’est l’objectif du plan de filière, France Terre de Lait, rédigé par l’interprofession dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation. «Nous voulons faire de France Terre de Lait une signature dans laquelle les éleveurs se retrouvent aussi», explique Marie-Thérèse Bonneau. L’objectif est de renforcer la qualité des produits laitiers, avec des éléments de traçabilité et un cahier des charges précis, «en corrélation avec la valeur de l’amont dans le marché intérieur», ajoute-t-elle.
Le plan de filière est également un nouveau départ pour l’interprofession, dans laquelle les distributeurs devraient rentrer de façon plus concrète, estime Thierry Roquefeuil. La question de la cohésion et de la transparence au sein de la filière est d’autant plus importante après l’affaire Lactalis. Le plan de filière doit donc contribuer à faire monter la valeur sur le marché intérieur, d’autant que le cadre des négociations commerciales s’y prête un peu mieux après la loi Sapin II. En effet, les transformateurs doivent désormais intégrer un prix prévisionnel payé aux producteurs dans leurs conditions générales de vente présentées aux distributeurs.
D’après les premiers retours des négociations commerciales actuelles, des écarts importants existent, allant de 335 E à 375 E, explique André Bonnard, secrétaire général de la FNPL. Une situation qui n’est pas satisfaisante, puisqu’«historiquement, le marché français rémunère au-delà de 335 E», ajoute-t-il. Il manque néanmoins un certain nombre de précisions concernant ces tarifs (s’agit-il du lait standard, d’une moyenne, etc.). Le projet de loi suite aux Etats généraux de l’alimentation pourrait permettre d’affiner cette disposition.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde