Aller au contenu principal

Formation
Forêt : la branche qui recrute

Au lycée forestier de Crogny, dans l'Aube, une nouvelle formation pourrait voir le jour à la rentrée prochaine autour du management en commerce de bois, en partenariat avec l’école de commerce Yschools de Troyes.

Le Bachelor management option Bois et dérivés se composera à la fois de cours théoriques et de pratiques mais aussi de visites et de rencontres avec  des professionnels, transformateurs, scieries, ainsi que les acteurs du bois  privés, comme publics.
Le Bachelor management option Bois et dérivés se composera à la fois de cours théoriques et de pratiques mais aussi de visites et de rencontres avec des professionnels, transformateurs, scieries, ainsi que les acteurs du bois privés, comme publics.
© D. R.

Une option de plus pour consolider son parcours professionnel. C’est ce que souhaite proposer le lycée forestier public de Crogny, dans l’Aube. Pour permettre à ses apprenants de compléter leur formation BTS, l’établissement veut aménager un Bachelor GBM (Global Bachelor in Management) en management, option bois et dérivés. Ce nouveau cursus s’organiserait en partenariat avec l’école de commerce de Troyes, Y Schools. «Nos jeunes qui sortent de BTS agricole en gestion forestière pourraient ainsi intégrer une troisième année, à l’école de commerce pour se former au management et au droit fiscal, des compétences très recherchées pour les vendeurs de bois», soulève Agathe Chevalier, proviseur au lycée de Crogny. 

 

Deux diplômes en trois ans

De quoi acquérir, en trois années, une double compétence, et donc un double diplôme, qui plus est reconnu nationalement, à la fois côté production (avec une formation technique de la plantation à l’abattage) et côté première et deuxième transformation autour de connaissances sur la destination finale du bois et l’étude des marchés du bois et du bois transformés à l’international. «Il manquait à notre cursus la connaissance autour de cette étape clé dans le commerce du bois, admet Agathe Chevalier. Un forestier doit savoir pourquoi il plante, quel est l’objectif final du bois qui n’est pas le même selon que l’on vende le bois pour en faire des merins pour les futurs tonneaux, du contreplaqué ou des parquets. L’arbre doit avoir poussé d’une certaine manière selon l’utilité finale. Et le vendeur de bois doit savoir ce que l’acheteur recherche comme qualité Tout comme un commercial en bois et dérivés doit savoir expliquer le processus de production.»

 

Réciprocité

Le Bachelor management option Bois et dérivés se composera à la fois de cours théoriques et de pratiques mais aussi de visites et de rencontres avec des professionnels, transformateurs, scieries, les acteurs du bois privés, comme publics. «Il s’agit d’une formation professionnelle», précise Agathe Chevalier, qui répondait à un vrai besoin sur le marché du travail. La forêt est en effet une branche qui recrute beaucoup : «un élève sortant de BTS a au moins trois offres d’emplois en face de lui», illustre la responsable. 

Autre atout de cette spécialité, la formation de manager, c’est-à-dire la capacité pour les élèves sortis de BTS de savoir gérer une équipe. Ce cursus pourrait se mettre en place dès la rentrée prochaine et se déroulerait alternativement, au sein des deux établissements. Ce partenariat actif s’envisage aussi sous l’angle de la réciprocité. Ainsi, des élèves en deuxième année de Bachelor en management de l’école Yschools intéressés pour se spécialiser en forêt, pourraient bénéficier de cette spécialité pour avoir un pied dans la culture forestière. Elle s’articulerait ainsi dans un module de 84h avec des cours autour de la connaissance des acteurs de la filière, de la gestion de la forêt durable, de l’environnement législatif socio-culturel de la forêt et l’exploitation durable des forêts.

Pour compléter cette nouvelle formation, qui pourrait aussi être ouverte en apprentissage, le lycée forestier pourrait même nouer des liens avec le Cameroun, un pays forestier ; avec pourquoi pas des stages à envisager sur place pour appréhender une autre façon d’appréhender la forêt. Si cette formation en partenariat avec une école de commerce répond à un besoin, elle représente aussi un axe de développement pour le lycée forestier aubois qui espère attirer plus d’élèves. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde