Aller au contenu principal

Fourrages : valorisez les cultures dérobées

La couverture des sols en intersaison est une démarche agronomique et environnementale intéressante dans la gestion de l’assolement. C’est aussi l’opportunité de produire davantage de fourrage.

Brebis pâturant des cultures dérobées en hiver.
Brebis pâturant des cultures dérobées en hiver.
© D. R.



Il faut bien distinguer deux situations au moment du semis pour un couvert en interculture. En effet, soit il s’agit d’une interculture purement agronomique, environnementale et réglementaire, auquel cas, aucun traitement, ni fertilisation ne sont autorisés. Soit il s’agit de cultures dérobées avec un objectif de récolte, dans ce cas, la fertilisation est alors permise et une simple fiche culturale est à tenir.
Il est important de préciser que la récolte d’un couvert ne compromet pas un objectif environnemental tel que l’impact sur la structure du sol, la lutte contre des parasites ou adventices, le piégeage ou la fixation d’azote, la lutte contre l’érosion.
La culture dérobée fourragère peut permettre d’amener plusieurs tonnes de matière sèche, souvent de bonne valeur, selon les espèces, et avec un faible coût si on considère que l’essentiel des charges de structure sont imputées à la culture principale.

26 espèces pour répondre aux différentes situations
Pour optimiser la production de fourrage dérobé, il est essentiel de bien choisir les espèces, puis les variétés et surtout de bien soigner le semis afin de garantir une bonne implantation. Pas moins de vingt-six espèces sont utilisables. Pour les sélectionner, huit questions clés sont à se poser.
A quelle date la parcelle de la culture précédente se libère-t-elle ? Certaines plantes doivent être semées tôt, d’autres plus tard. Où la parcelle se situe-t-elle par rapport à la stabulation ou à une prairie que les animaux connaissent bien ? Ceci permet d’estimer la possibilité de pâturage.
Avant même le semis, il faut penser au moyen de destruction. Certaines plantes sont détruites par l’exploitation, d’autres doivent être détruites chimiquement ou mécaniquement. Puis, il faut se demander quelle sera la culture suivante ? En effet, y a-t-il un risque de parasitisme commun, un risque de repousse, d’allélopathie, de concurrence quant à la réserve en eau ?
Comment, par ailleurs, envisage-t-on d’exploiter le couvert végétal ? Par pâturage, en fauche, en affouragement en vert ? A quelle période la parcelle va-t-elle être exploitée ? Est-ce dès la fin de l’été, de l’automne, en hiver, au printemps ou à plusieurs de ces périodes ?
Les climats automnaux se suivent et ne se ressemblent pas. Il est intéressant d’associer des espèces dont au moins une d’entre elles se développera bien s’il fait chaud et sec, une autre s’il fait froid et sec, et une autre s’il fait froid et humide.
Il est aussi possible d’associer des espèces qui se complètent, et dont certaines s’exprimeront à l’automne et d’autres au printemps. Les doses de semis de ces espèces complémentaires seront alors additionnées et non pas effectuées au prorata.

Culture fourragère et bien plus…
Pour finir, on peut joindre à l’objectif fourrager un ou plusieurs objectifs agronomiques ou environnementaux : mellifères, cynégétiques, sur la structure du sol, sur la gestion de l’azote, sur la lutte contre l’érosion, les adventices.
La qualité de l’implantation est essentielle pour que les espèces semées expriment leur potentiel. D’une façon générale, il faut semer le plus tôt possible après la récolte de la culture principale, sur une terre affinée, ameublie en surface et aplanie. Il faut rouler pour favoriser le contact terre graine et respecter les doses de semis préconisées.

Quelles sont les 26 espèces ?
Il y a le sorgho monocoupe et le sorgho multicoupe, le chou, le radis fourrager, le colza fourrager, le navet et la navette fourragère, les ray-grass italiens alternatifs et non alternatifs, les pois d’hiver ou de printemps, fourragers ou protéagineux, l’avoine rude, l’avoine d’hiver et de printemps, le seigle classique et le seigle forestier, le triticale, le moha et le millet, les vesce de printemps et d’hiver, la vesce velue, les trèfles d’Alexandrie, incarnats, de Michelli.
Pour aider à la prise de décision sur le choix des espèces, le Gnis propose désormais une réglette similaire à la célèbre réglette qui existe déjà pour le choix des espèces prairiales. En attendant, ci-dessous le tableau de synthèse qui permet d’avoir les réponses aux questions posées précédemment.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde