Aller au contenu principal

France Télévisions à l’heure agricole et rurale

Même si rien ne remplacera le Salon international de l’Agriculture, il faut néanmoins saluer l’initiative de France Télévisions de mettre l’agriculture et la ruralité à l’honneur dans ses programmes, du 23 février au 7 mars.

Au moment où le Salon International de l’Agriculture aurait dû ouvrir ses portes, France 2 propose mardi 23 février  une grande soirée continue consacrée au monde agricole, en partenariat avec France Bleu.
Au moment où le Salon International de l’Agriculture aurait dû ouvrir ses portes, France 2 propose mardi 23 février une grande soirée continue consacrée au monde agricole, en partenariat avec France Bleu.
© France 2

Le coup d’envoi de ces semaines consacrées à l’agriculture va être donné le mardi 23 février prochain par la diffusion sur France 2, en prime time, d’un documentaire d’1h30 intitulé «Nous paysans». Un débat animé par Julian Bugier rassemblera la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, Michel Teyssedou, ancien secrétaire général adjoint de la FNSEA et maire de Parlan (Cantal), Perrine Hervé-Gruyer, fondatrice de la ferme du Bec-Hellouin, Émilie Jeanin, éleveuse, créatrice du boeufethique.com, et Valentin Werther, agriculteur en formation. 

 

Vision du métier

Chaque samedi, à partir du 27 février, France 3 diffusera à partir de 16h15, une salve de documentaires dans la série «Vie d’ici». Cette série va raconter la vie des Français à travers le regard de ces héros du quotidien qui œuvrent dans l’ombre pour construire notre présent et préparer notre avenir :
des agriculteurs aux soignants, en passant par les éducateurs, les bénévoles, les professionnels de santé, les commerçants, les artisans… et tous ceux qui, avec eux, réinventent nos vies et notre quotidien. Cette diffusion devrait s’étaler sur environ huit semaines. Dans la collection “vie rurale”, la caméra va à la rencontre de Pierre, 59 ans, éleveur bovin en Ardèche, un futur retraité en quête d’un successeur. Il va rencontrer de jeunes agriculteurs qui pourraient être intéressés pour reprendre son exploitation. Il lui faut trouver le bon repreneur, celui qui aura la même vision du métier que lui, celui qui perpétuera le travail qu’il a commencé, notamment en bio depuis plus de vingt ans, celui qui aimera ses bêtes autant que lui… Une quête bien compliquée. Cette même caméra s’intéresse aussi à Yolande, originaire de Guyane, maraîchère en permaculture dans le Lot-et-Garonne ; à Emanuele, 47 ans, castanéiculteur en Corse et aussi à Audrey, trufficultrice dans la Drôme. La série suit également la vie quotidienne de Mélanie, 32 ans, mère d’un enfant et vétérinaire en milieu rural, installée depuis presque quatre ans en Normandie. Elle estime que «les éleveurs ne sont pas rémunérés au juste prix». Elle voudrait que «cela change». Les auteurs du documentaire focalisent enfin leur attention sur Vincent, arboriculteur et maraîcher en Moselle. L’heure est venue, à 49 ans, de former l’un de ses trois fils. Comment cela va-t-il se passer ? Père et fils vont-ils s’entendre, se comprendre ?
Vincent va-t-il réussir à transmettre son savoir ?

 

Infrarouge et La Quotidienne

Par ailleurs, France 2 diffusera deux reportages dans le cadre de l’émission «Infrarouge». Le premier sera consacré à l’installation. Réalisé par la journaliste Agnès Poirier, il met l’accent sur le fait que chaque semaine, plus de 200 fermes ne trouvent pas de repreneurs et que l’attrait du métier s’amenuise au fil des ans. Cependant, des jeunes hors cadre familial tentent l’aventure. C’est le cas d’Audrey et de Lauriane, deux citadines qui reprennent la ferme laitière de Kervily. Ce film de 53 mn décrit le passage de relais entre deux générations d’agriculteurs. Le second reportage, déjà diffusé en juin 2019, intitulé «La nouvelle clé des champs», propose une immersion en Puisaye, dans l’Yonne, un territoire où l’agriculture n’est plus la principale activité et où les clichés sur la ruralité et l’agriculture demeurent. En outre, du lundi 1er au vendredi 5 mars, l’émission «La Quotidiennsur France 5 offrira aux téléspectateurs, une semaine spéciale «Agriculture française». 

Au cours de cette semaine spéciale, producteurs et éleveurs seront au cœur de l’émission, afin de montrer comment le monde agricole a su s’adapter aux nouveaux modes de consommation. Chaque jour, un dossier sera consacré à une catégorie de produits. Lundi 1er : Les produits laitiers ; mardi 2 : La pêche durable ; mercredi 3 : Les viandes et volailles (bien-être animal) ; jeudi 4 : Les fruits et légumes ; vendredi 5 : Les vins et alcools. 

 

Dimension internationale

De plus, d’autres émissions comme «Météo à la carte» (France 3) «Télématin» (France 2), ou encore «Thalassa» (France 3) et «Les Carnets de Julie» (France 3) mettront à l’honneur des personnes et des initiatives qui font l’agriculture d’aujourd’hui en France métropolitaine et en Outre-Mer. L’occasion également de faire un tour du monde agricole en Grèce, en Inde, au Royaume-Uni et en Thaïlande, afin de mieux souligner la dimension internationale du Salon qui n’a pas pu se tenir pour cause de pandémie mondiale. L’émission «La Ligne bleue», diffusée tous les jeudis à 22h30 sur France 3 s’intéressera, dans un documentaire nommé «La terre du milieu», à Camille, une universitaire, Camille, devenue paysanne. Elle a choisi la Creuse pour y vivre avec ses trois enfants, ses animaux pour le labour, la forêt pour le bois… 

La jeunesse n’est pas oubliée à travers les programmes «Lumni» qui vont proposer pas moins de dix-huit vidéos didactiques autour du thème «Nourrir l’humanité» abordant quatre sujets : la gestion des agrosystèmes, l’impact sur l’environnement, le contenu de nos assiettes et l’agriculture durable, avec en toile de fond le défi majeur de nourrir 9 milliards d’humains en intégrant des considérations géopolitiques, socio-économiques et environnementales.

 

«Grande nation agricole»

Du 1er au 5 mars, le Feuilleton du journal de 13h sur France 2 dressera des «Portraits de familles d’agriculteurs». L’édition suivra cinq familles de paysans, éleveurs, vignerons… qui se lancent dans l’aventure agricole en famille ou qui se transmettent, les terres, les vignes, les bêtes… d’une génération à l’autre. Des fictions et des courts-métrages seront également diffusés : «Intraitable», avec Fred Testot dans le rôle principal d’un agriculteur travaillant en biodynamie, sera diffusée, le 2 mars, dans le cadre d’une soirée continue et suivie d’un débat animé par Julian Bugier. Le 5 mars, les téléspectateurs pourront découvrir trois courts-métrages. Le premier, «Breton» (20 mn) qui raconte l’histoire d’un jeune fils de viticulteur, en 1965.  Premier de la classe, certificat d’études en poche, il ne sait pas s’il doit arrêter ses études pour aider son père sur la ferme. Il se confie au cheval de la ferme, appelé Breton. Le deuxième, «La Parcelle» (20 mn) raconte l’histoire de l’implantation d’une parcelle de maïs expérimental sur l’exploitation d’Yves. Cette décision permet à son couple de retrouver une meilleure santé financière. D’autant qu’un bébé s’annonce. Tout semble aller pour le mieux. Jusqu’au jour où Yves découvre une étrange sève coulant le long d’un épi. Le troisième, «Bonne route papa» (17 mn) narre le départ de Vali, paysan roumain pour l’Angleterre où il a trouvé du travail. Enfin, le pôle Outre-mer de France Télévisions a aussi mobilisé ses antennes télé, radio et numériques pour mettre en lumière les atouts des territoires ultramarins «qui contribuent à faire de la France une grande nation agricole», souligne le service de presse de France Télévisions

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde