Aller au contenu principal

Franck Sander réélu à la tête de la CGB : les dossiers sur lesquels il est attendu

Élu pour la première fois en 2019 à la tête du syndicat betteravier, l'Alsacien entame son troisième mandat avec encore pas mal de pain sur la planche.

Franck Sander
Franck Sander repart pour un nouveau mandat à la tête du syndicat betteravier.
© CGB

Le conseil d’administration de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) qui s’est réuni le 28 janvier dernier a réélu à sa tête Franck Sander. Élu initialement en 2019, M. Sander s’engage pour un troisième mandat afin de représenter et défendre les betteraviers, livrant aux coopératives et aux groupes privés. Les autres membres, qui constituent le Bureau de la CGB, ont également été réélus. Il s’agit du seine-et-marnais Jean-Philippe Garnot au poste de secrétaire général, de l’axonais Guillaume Gandon et Alexandre Pelé (Essonne/ Centre Val-de-Loire) en tant que vice-président. Président de la CGB Somme, Dominique Fievez reste trésorier de la structure nationale. Les autres membres du bureau sont Alexis Hache, agriculteur dans l’Oise, Alexandre Quillet, agriculteur dans l’Eure et président de l’Institut technique de la betterave (ITB), et Patrick Dechaufour, agriculteur dans le Calvados.

Une année tout sauf « normale »

Il faudrait ne pas avoir suivi du tout l’actualité de la filière betteraves pour dire que l’année 2020 a été « normale ». Car c’est bien tout le contraire d’une campagne classique et sans accrocs à laquelle ont fait face les différents maillons de la filière, dont les planteurs.

Ainsi, « après une année 2020 très difficile pour les betteraviers », la tâche de la CGB consiste à continuer de « travailler activement à une sortie de crise et à la pleine mise en œuvre du plan de soutien gouvernemental », explique l’organisation syndicale. Ces chantiers – parce qu’ils sont multiples -, consistent en premier lieu à suivre la mise en œuvre de la loi permettant l’usage dérogatoire des néonicotinoïdes promulguée à la mi-décembre 2020.

Après la mise en place d’une consultation publique sur l’arrêté officialisant la dérogation d’utilisation de semences traitées aux néonicotinoïdes pour les semis 2020, la publication dudit arrêté serait désormais « imminente », selon la CGB. Au sein de la filière « betteraves », tous continuent de croiser les doigts en attendant un arrêté qu’ils espèrent « mesuré et pragmatique », « prenant en compte la réalité des rotations ».

L’autre sujet du moment est bien entendu le volet indemnisation des pertes induites par la jaunisse en 2020. D’après la CGB, « les modalités sont en cours de finalisation ». Et le syndicat betteravier de prévenir qu’il « veillera au respect des annonces faites par le ministre ». Le 12 janvier dernier, Julien Denormandie confirmait en effet que « l’indemnisation aura bien lieu » pour les betteraviers victimes de la jaunisse catastrophique de 2020.

« Le montant de l’enveloppe sera autour de 100 millions d'euros », avait-t-il déclaré. En décembre, lors du congrès de la CGB, le ministre avait assuré qu’« une majorité de planteurs sera éligible » au dispositif. Selon les premières simulations, « plus de la moitié des betteraviers bénéficieront de cette indemnisation », avait-il précisé.

En dernier lieu, la CGB réaffirme son rôle dans la mise en œuvre du plan de prévention et du plan national de recherche et d’innovation, « piliers de la transition agro-écologique de notre filière », conclut-elle. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde