Aller au contenu principal

François Desprez : «Toutes les agricultures doivent trouver leur place au sein du Gnis»

Fin septembre, François Desprez, vice-président de la section betteraves et chicorée-industrielle, a été réélu à la présidence du Gnis pour un deuxième mandat de trois ans. Avec Pierre Pagès, le vice-président, ils ont annoncé le projet stratégique de l'interprofession des semences et plants.

© D. R.



Quel est l'objet de ce plant stratégique du Gnis ?

Notre plant stratégique trouve ses racines dans le plan de filière semences et plants issu des États généraux de l'alimentation, qui affirmait déjà la volonté du Gnis de s'inscrire dans une démarche de durabilité et d'ouverture, en se rapprochant notamment des clients, des consommateurs et des citoyens. Nous avons débuté notre réflexion par une phase de diagnostic. Cela impliquait de recevoir les critiques, qui peuvent s'avérer constructives. Ce diagnostic a permis de réaffirmer les cinq objectifs du Gnis : susciter et organiser des actions collectives, garantir la qualité des semences, assurer la pérennité économique des acteurs, prendre en compte les différences entre espèces, et prendre en compte les attentes sociétales.

La principale orientation de ce projet stratégique est l'ouverture. Pouvez-vous préciser ?
L'ouverture de notre interprofession est une dynamique engagée depuis 2018 par le plan de filière. Nous avons sollicité le ministère de l'Agriculture pour que le décret qui fonde le Gnis soit modifié, et que son conseil d'administration puisse accueillir les représentants de tous les utilisateurs de semences. Ainsi, des syndicats tels que les Jeunes agriculteurs, la Confédération paysanne ou la Coordination rurale peuvent nommer des représentants au conseil d'administration du Gnis. C'est d'ailleurs déjà le cas pour les JA. Nous devons aussi prendre contact avec les trieurs à façon et les réseaux de semences paysannes et fermières pour définir les modalités de leur participation. Toutes les agricultures, qu'elles soient conventionnelles, bio ou de conservation, utilisent des semences et plants, qu'il s'agisse de lignées, d'hybrides, de semences de ferme... Et toutes ces agricultures doivent trouver leur place au sein du Gnis.   L'ouverture concerne aussi celle à la société, en étant davantage à l'écoute des enjeux sociétaux et en mettant en place des actions pour y répondre.

Quelles actions sont-elles mises en place pour répondre à ces enjeux sociétaux ?
Nous avons créé un comité des enjeux sociétaux, qui a déjà démarré ses travaux. Son président, Pierre-Benoît Joly, est aussi président du centre Inrae Occitanie-Toulouse (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement, ndlr). Il s'agit d'une interface entre la société et l'interprofession des semences. Le comité doit nous alerter et nous éclairer sur les questionnements autour de nos métiers. Nous sommes parfois attaqués sur des sujets comme le traitement de semences ou le mode d'obtention. Nous devons pouvoir nous justifier. Nous attendons ainsi de ce comité qu'il nous permette de communiquer sur nos actions. En bref, il est un facilitateur de notre ouverture.
Le développement de l'agriculture bio fait également partie des attentes sociétales. À ce sujet, nous avons créé une commission transversale dédiée à l'agriculture biologique. Les besoins en semences et plants bio sont importants et nous nous devons d'y répondre.

Vous évoquez également l'accès à l'innovation. En quoi est-ce indispensable pour la filière ?
L'accès à l'innovation sera majeur dans la transition agro-écologique et les semences en font partie. La filière semences et plants française est une filière d'excellence, et nous devons maintenir les conditions qui nous permettent de l'être. Pour cela, nous avons également besoin d'un cadre juridique qui, parfois, tarde à se préciser. L'ouverture de l'interprofession doit aboutir au développement de discutions équilibrées, autour des sujets de la recherche et de l'innovation comme de la production de semences. Ces débats apaisés éclaireront, je l'espère, les pouvoirs publics en charge d'élaborer la réglementation.

Quelles sont les prochaines échéances ?
Les semaines qui viennent donneront lieu à des échanges des membres du conseil d'administration avec l'ensemble des parties prenantes représentant d'autres formes de semences pour les inviter, elles aussi, à rejoindre l'Interprofession. Il est de notre responsabilité collective de réussir cette évolution qui est certainement la plus importante et la plus structurante depuis la création de l'Interprofession en 1962. Les premières actions du plan seront de se donner les outils pour atteindre nos objectifs. Nous allons mettre en place trois commissions : la communication, essentielle pour expliquer ce que l'on est, l'innovation, et une troisième commission sur la répartition des moyens. Pour entrer dans les détails, rendez-vous le 27 janvier 2021, date à laquelle nous présenterons publiquement ce projet stratégique, finalisé pour les cinq années à venir.


Biographie

François Desprez, ingénieur agronome de formation, est le président de Maison Florimond Desprez, à Cappelle-en-Pévèle (59), une entreprise indépendante et familiale de sélection et de production multi-espèces de grandes cultures, avec un leadership marqué en betterave à sucre, céréales, et pomme de terre. Cette entreprise a été créée en 1830. François Desprez est également président de la Sicasov, société qui gère les droits des obtenteurs de nouvelles variétés. Il s'agit de son deuxième mandant en tant que président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde