Aller au contenu principal

Application française de la PAC 2014-2020
François Hollande fixe les grands axes

Au Sommet de l'Elevage, le chef de l'Etat a annoncé faire «le choix des éleveurs et de l’emploi».

«Nous devons changer de critère mais aussi prendre le temps nécessaire pour ne pas bouleverser l’emploi, pour ne pas remettre en cause l’équilibre de certaines exploitations», a indiqué François Hollande, en évoquant les nouvelles modalités de répartition des aides.
«Nous devons changer de critère mais aussi prendre le temps nécessaire pour ne pas bouleverser l’emploi, pour ne pas remettre en cause l’équilibre de certaines exploitations», a indiqué François Hollande, en évoquant les nouvelles modalités de répartition des aides.
© Actuagri



Très attendu sur la réforme de la Pac au Sommet de l’élevage, le 2 octobre, le Président de la République ne s’est pas dérobé. Tout au long du parcours, dans les échanges qu’il a eus avec les éleveurs et dans son discours final, François Hollande a exprimé à plusieurs reprises «son attachement à l’élevage», son rôle dans l’économie agricole et des territoires, les créations d’emplois qu’il génère dans les abattoirs et l’industrie alimentaire… Il faut donc mieux répartir les aides, sans déséquilibrer les autres productions. C’était le postulat du chef de l’Etat qui a détaillé les choix qu’il a effectués, avec son ministre de l’Agriculture, sur la mise en œuvre de la réforme de la Pac en France.

Une nouvelle aide à la vache laitière et à l’engraissement
D’abord, les possibilités offertes par le couplage des aides du premier pilier seront intégralement utilisées. Ce niveau de couplage qui était de 10,2 % des aides, a été porté à 13% dans la réforme avalisée à Bruxelles en juin dernier.
Cette nouvelle marge de manœuvre permettra d’accorder une aide couplée non seulement à la vache allaitante, aux ovins, aux caprins, au veau sous la mère, au lait de montagne qui en bénéficient déjà, mais aussi, une nouvelle aide à la vache laitière et à l’engraissement des bovins. Interrogé sur son montant de l’aide laitière, le ministre de l’Agriculture ne s’est pas engagé, laissant entendre, cependant, qu’elle serait certainement plafonnée.

Revalorisation des ICHN
Les indemnités compensatrices de handicap (ICHN) feront l’objet «d’une première revalorisation de 15 % en 2014 dans toutes les zones» a indiqué le président de la République, avant de préciser que la prime herbagère agro-environnementale (PHAE) «sera fusionnée avec l’ICHN, en 2015». En outre, son plafond sera porté à 75 hectares et étendu aux producteurs de lait des zones défavorisées et de piémont.
«En quarante ans, c’est la plus forte valorisation jamais opérée, qui nous permettra d’atteindre en fin de période 1,1 milliard d’euros», a insisté le chef de l’Etat. Les éleveurs à l’herbe qui ne bénéficient pas de l’ICHN (mais de la PHAE) devraient bénéficier d’un soutien au titre de mesures agro-environnementales, a précisé Stéphane Le Foll.

Une autonomie fourragère via des contractualisations
Pour réduire la dépendance des exploitations françaises aux importations des protéines végétales, le gouvernement mettra en place des aides destinées à encourager la production nationale et ainsi, améliorer l’autonomie fourragère.
La proposition mixte, luzerne et protéagineux, aurait été retenue. La mise en oeuvre a été laissée ouverte avec l’idée que les élevages puissent améliorer leur assolement pour faire des protéagineux, des couverts en plus. Mais pas seulement les éleveurs : les cultivateurs seront aussi susceptibles de s’engager.

Un plan de modernisation des bâtiments d’élevage
François Hollande a également annoncé un coup de pouce pour les jeunes agriculteurs qui bénéficieront d’une enveloppe spécifique portant sur 1 % des aides du premier pilier, «soit 100 millions d’euros chaque année». Au programme également, l’annonce souhaitée par les responsables agricoles d’un plan de modernisation des bâtiments d’élevage. Doté par l’Etat, l’Europe et éventuellement les collectivités locales, il recevra une enveloppe de 200 millions d’euros par an, un niveau «multiplié par deux par rapport à la situation actuelle».

Convergence à 70 %
Le verdissement, «sera appliqué de manière proportionnelle» comme le souhaitaient les organisations professionnelles et non forfaitaires. Quant à la convergence, le président de la République a exprimé son intention de l’introduire progressivement pour ne pas trop pénaliser «les filières laitières de l’Ouest et les filières spécialisées du Sud-Ouest» notamment. Elle atteindra 70 % au terme de la réforme avec une limitation des pertes à 30 % pour chaque exploitation.

Surprime progressive aux 52 premiers hectares
Au Sommet de l’Elevage, le chef de l’Etat a acté le choix controversé en faveur d’une revalorisation de l’aide sur les 52 premiers hectares, de manière «à favoriser le maintien du plus grand nombre de chefs d’exploitation sur le territoire». Sa mise en œuvre sera progressive pour atteindre 20 % (et non 30% comme le proposait le ministre) de l’enveloppe du premier pilier, en 2018, avec un rapport d’étape dans deux ans.
Il ne s’agit «pas d’un soutien pour ceux qui n’auraient pas la taille. C’est un soutien par rapport à un certain type d’exploitations particulièrement utile pour notre pays et qui peut atteindre un haut niveau de compétitivité. C’est un choix économique», a commenté François Hollande.
Et pour les sociétés agricoles, les Gaec seront la forme juridique qui permettra aux différents actifs de bénéficier de la surdotation. «Les autres formes juridiques pourront aller vers les Gaec», a précisé le chef de l’Etat.
Ce qui n’a pas manqué de susciter un certain nombre de remous sur un discours qui a recueilli, dans son ensemble, les applaudissements de la salle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde