Aller au contenu principal

Gagner 2,30 € par agneau en achetant un bon bélier

Acheter plutôt des agneaux : il y a plus de choix et ils s’adaptent mieux que les Antenais.
Acheter plutôt des agneaux : il y a plus de choix et ils s’adaptent mieux que les Antenais.
© Agathe Cheype (Idele)



La moitié des gènes des agneaux est transmise par les béliers. Le choix d’un bélier a ainsi plus de conséquences dans un élevage que celui d’une femelle. En effet, son potentiel génétique sera transmis à de nombreux descendants, sachant qu’un mâle reproducteur produit de deux-cents à cinq-cents agneaux sur sa carrière selon le niveau de prolificité et le système d’élevage. Le gain apporté par un bélier qualifié est évalué à 2,30 € par agneau, achat du bélier déduit.
Acheter des béliers issus d’élevages en sélection est essentiel pour améliorer la qualité du troupeau. Ils apportent des garanties génétiques. Les béliers qualifiés sont issus du schéma de sélection de la race et validés par l’organisme de sélection. N’hésitez pas à demander leur certificat d’origine et de qualification lors du choix.

Des béliers choisis sur leurs papiers
Trois cas de figure se présentent. Pour produire des agnelles de renouvellement, mieux vaut choisir un bélier «type élevage», qui présente un bon potentiel sur les valeurs maternelles, c’est-à-dire avec des index prolificité et valeur laitière de bon niveau. Pour vendre des agneaux de boucherie, un bélier «type viande» avec de bonnes caractéristiques bouchères, c’est-à-dire de la croissance et de la conformation, convient parfaitement. Enfin, il s’agit de trouver le meilleur compromis avec un bélier mixte ou en privilégiant le bélier de «type élevage» pour produire à la fois des agneaux de boucherie et des agnelles.
Dans tous les cas, le bélier doit présenter des testicules normaux, de bons aplombs et un développement morphologique suffisant.

Pour en savoir plus, une vidéo est disponible sur www.idele.fr , rubrique réseaux et partenariats/Ciirpo : «Savoir lire les papiers des béliers».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde