Aller au contenu principal

Gagner du temps pour l’abreuvement en prairie

Le premier aliment en élevage c’est l’eau. Afin d’assurer performances, santé et bien-être, il est essentiel de garantir un abreuvement suffisant et de qualité toute l’année.

Cuve d’abreuvement pour ovins.
© D. R.

La consommation d’eau du cheptel lors du pic estival peut doubler 

Au pâturage, même si la consommation d’herbe riche en eau satisfait une partie des besoins, la quantité d’eau bue peut-être très élevée en raison des chaleurs estival surtout ces dernières années. En plus des autres facteurs de variation habituels (poids vif, quantité d’aliment consommée, etc.), la consommation d’eau au pâturage est particulièrement dépendante de la teneur en matière sèche de l’herbe, de la présence de points d’ombre, de la température et de la pluviométrie. (Abreuvement au pâturage : à consommer sans modération – Chambre d’agriculture des Ardennes mai 2019)

Les vaches et les ovins vivent et se déplacent en troupeau donc si la distance entre l’abreuvoir et la zone de pâturage est faible, les animaux vont venir s’abreuver régulièrement, seuls ou en petits groupes. Si la distance entre l’abreuvoir et la zone de pâturage est importante (>200 m), ils viendront boire moins souvent et en grands groupes. Cela signifie que si l’abreuvoir est éloigné et trop petit pour tous les animaux ou qu’il n’y a pas assez d’eau, les dominés risque de ne pas boire suffisamment et avoir de moindres performances. Lorsque la solution d’abreuvement au pâturage et l’approvisionnement régulier par l’éleveur le temps passé et le coût sont également à prendre en compte. Découvrez ci-dessous une astuce pour simplifier le travail autour de l’abreuvement estival. Cette astuce a obtenu le troisième prix au «Trucs et Astuces des éleveurs des Hauts-de-France» de 2019. 

 

Astuce : cuve d’abreuvement au pâturage

Jérôme Grocaux, éleveur d’ovins dans l’Aisne, a conçu cette cuve d’abreuvement et support de pierre à lécher, réalisée à partir d’une réserve de 1 000 l. Elle alimente un abreuvoir individuel. La cuve est fixée sur un socle en fer pouvant être manipulé au manitou afin d’abreuver les bêtes en pâture. L’abreuvoir fixé au socle est à niveau constant et permet d’éviter le gaspillage en eau dû à l’évaporation, ce qui permet également de conserver l’eau saine et propre. Le support peut également recevoir une pierre à lécher. «Les avantages de cette cuve sont qu’elle est facilement déplaçable, ce qui peut, dans certaines situations, inciter à valoriser davantage certaines prairies par le pâturage. L’abreuvoir a un niveau constant ce qui permet de garder une eau propre et limite l’évaporation. Le coût de cette réalisation est également suffisamment faible à 100  hors cuve (récupération). Au contraire, le fait d’avoir une cuve blanche et transparente induit que l’eau subit le soleil», explique Jérôme Grocaux.

La réalisation de cet équipement a permis de résoudre un problème technique (pâture ne possédant pas l’eau), faire des économies (abreuvoir simple et peu couteux), gagner en efficacité (réserve d’une autonomie de plusieurs jours), gagner en sécurité (transportable au manitou), avoir un travail moins pénible (pas de charge à porter). Et vous, quelles sont vos trucs et astuces ? Les Chambres d’agriculture des Hauts-de-France, en partenariat avec le service de remplacement, la Mutualité sociale agricole, Groupama, le Crédit agricole et la région des Hauts-de-France organisent une nouvelle édition du concours en 2021 ! Faites nous connaitre vos astuces en candidatant au concours «Trucs et Astuces des éleveurs des Hauts-de-France» sur https://hautsdefrance.chambres-agriculture.fr 

 

À vos crayons pour le concours 2021 !

L’objectif est que vous nous fassiez part de vos inventions. Les trucs ou astuces retenus doivent permettre d’améliorer le travail, d’être peu coûteux, d’être faciles à réaliser, d’assurer la sécurité et le confort de l’éleveur, de rendre moins contraignant certaines tâches et de respecter le bien-être animal.
Le concours est lancé depuis le 4 janvier. Les candidatures sont à déposer jusqu’au 31 mars 2021.
Il vous suffit de remplir la fiche candidature disponible sur le site internet de la Chambre d’agriculture (https://hautsdefrance.chambres-agriculture.fr/) ou de contacter votre conseiller.
Tout éleveur des Hauts-de-France en productions bovins, ovins, caprins, volailles, porcs et lapins peut participer gratuitement.
En participant, remportez des séjours en famille, des journées de service de remplacement et de nombreux lots !

Votre contact par région : 
Aisne - Oise - Anne-Laure Cazier - 03 23 22 51 11 - anne-laure.cazier@aisne.chambagri.fr
Hauts-de-France – Bernard Fiévet – 03 22 33 69 44 - b.fievet@hautsdefrance.chambagri.fr
Nord-Pas-de-Calais - Gwendoline Elluin - 06 08 56 16 25 - gwendoline.elluin@npdc.chambagri.fr 
Somme - Stéphane Verscheure - 03 22 33 69 00 - s.verscheure@somme.chambagri.fr
Règlement et fiche d’inscription disponibles sur : www.hautsdefrance.chambres-agriculture.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde