Aller au contenu principal

Elevage
Gagner du temps pour l’abreuvement en prairie des ovins

Éleveur d’ovins dans l’Aisne, Jérôme Grocaux a conçu une cuve d'abreuvement à laquelle il a ajouté un support de pierre à lécher, réalisée à partir d'une réserve de 1 000 litres. Son invitation a tapé dans l’œil de l’équipe d’organisation du concours «Trucs et astuces».

Fixée sur un socle en fer pouvant être manipulé au téléscopique afin d'abreuver  les bêtes en pâture, la réserve alimente un abreuvoir individuel.
Fixée sur un socle en fer pouvant être manipulé au téléscopique afin d'abreuver les bêtes en pâture, la réserve alimente un abreuvoir individuel.
© D. R.

Le premier aliment en élevage c’est l’eau. Afin d’assurer performances, santé et bien-être, il est essentiel de garantir un abreuvement suffisant et de qualité toute l’année. Lors du pic estival de chaleur, la consommation d’eau du cheptel peut doubler.  

Au pâturage, même si la consommation d’herbe riche en eau satisfait une partie des besoins, la quantité d’eau bue peut être très élevée en raison des chaleurs estivales surtout ces dernières années. En plus des autres facteurs de variation habituels (poids vif, quantité d’aliment consommée, etc.), la consommation d’eau au pâturage est particulièrement dépendante de la teneur en matière sèche de l’herbe, de la présence de points d’ombre, de la température et de la pluviométrie. 

Les vaches et les ovins vivent et se déplacent en troupeau donc si la distance entre l’abreuvoir et la zone de pâturage est faible, les animaux vont venir s’abreuver régulièrement, seuls ou en petits groupes. Si la distance entre l’abreuvoir et la zone de pâturage est importante (> 200 m), ils viendront boire moins souvent et en grands groupes. Cela signifie que si l’abreuvoir est éloigné et trop petit pour tous les animaux ou qu’il n’y a pas assez d’eau, les dominés risque de ne pas boire suffisamment et avoir de moindres performances. L’approvisionnement régulier par l’éleveur, le temps passé et le coût sont également à prendre en compte. Découvrez ci-dessous une astuce pour simplifier le travail autour de l’abreuvement estival. Cette astuce a obtenu le troisième prix au «Trucs et Astuces des éleveurs des Hauts-de-France» de 2019. 

L’astuce, une cuve d’abreuvement au pâturage

Jérôme Grocaux, éleveur d’ovins dans l’Aisne, a conçu cette cuve d'abreuvement et support de pierre à lécher, réalisée à partir d'une réserve de 1 000 l. Elle alimente un abreuvoir individuel. La cuve est fixée sur un socle en fer pouvant être manipulé au téléscopique afin d'abreuver les bêtes en pâture. L'abreuvoir fixé au socle est à niveau constant et permet d'éviter le gaspillage en eau dû à l'évaporation, ce qui permet également de conserver l'eau saine et propre. Le support peut également recevoir une pierre à lécher. «Les avantages de cette cuve sont qu’elle est facilement déplaçable, ce qui peut, dans certaines situations, inciter à valoriser davantage certaines prairies par le pâturage. L’abreuvoir a un niveau constant, ce qui permet de garder une eau propre et limite l’évaporation. Le coût de cette réalisation est également suffisamment faible à 100 €
hors cuve (récupération). Au contraire, le fait d’avoir une cuve blanche et transparente induit que l’eau subit le soleil
» explique Jérôme Grocaux. La réalisation de cet équipement a permis de résoudre un problème technique (pâture ne possédant pas l’eau), faire des économies (abreuvoir simple et peu couteux), gagner en efficacité (réserve d’une autonomie de plusieurs jours), gagner en sécurité (transportable au manitou), avoir un travail moins pénible (pas de charge à porter). Et vous quelles sont vos trucs et astuces ? 

À vos crayons pour le concours 2023 

Comme Jérôme Grocaux, participez à l’édition 2023 du concours «Trucs et Astuces» organisé par les Chambres d’agriculture des Hauts-de-France, en partenariat avec le service de remplacement, la Mutualité sociale agricole, Groupama, le Crédit agricole, le Crédit mutuel, les Jeunes agriculteurs et la région des Hauts-de-France. L’objectif est que vous éleveurs, nous fassiez part de vos inventions. Les trucs ou astuces retenus doivent permettre d’améliorer le travail, d’être peu coûteux, d’être faciles à réaliser, d’assurer la sécurité et le confort de l’éleveur, de rendre moins contraignant certaines tâches et de respecter le bien-être animal. Le concours est lancé depuis le 3 janvier. Les candidatures sont à déposer jusqu’au 31 mars 2023. Il vous suffit de remplir la fiche candidature disponible sur le site internet de la chambre d’agriculture (https://hautsdefrance.chambres-agriculture.fr/) ou de contacter votre conseiller.
Tout éleveur des Hauts-de-France en productions bovins, ovins, caprins, volailles, porcs et lapins peut participer gratuitement. En participant, remportez des bons cadeaux, des journées de service de remplacement et de nombreux lots.

Contact dans la Somme :  Somme – Cloé Parcy 06 77 64 05 61 c.parcy@somme.chambagri.fr

Règlement et fiche d'inscription disponibles sur : www.hautsdefrance.chambres-agriculture.fr
Action financée dans le cadre du Programme régional élevage et du Casdar.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde