Aller au contenu principal

Gamm vert, l’atout grand public de Noriap

Le nouveau Gamm vert de Poix-de-Picardie, ouvert le 30 septembre, a déjà conquis ses clients. La jardinerie fait partie des 22 franchises gérées par Sicap, filiale de Noriap. Une diversification intéressante.

Avec 350 m2 de surface de vente, ainsi qu’une réserve, le nouveau Gamm vert village de Poix se targue d’un rayon végétal bien fourni.
Avec 350 m2 de surface de vente, ainsi qu’une réserve, le nouveau Gamm vert village de Poix se targue d’un rayon végétal bien fourni.
© Alix Penichou

Chantal n’a pas encore parcouru tous les rayons, mais son chariot est déjà bien rempli de fleurs. Elle faisait partie des premiers clients du tout nouveau Gamm vert de Poix-de-Picardie, qui a ouvert ses portes le 30 septembre, accolé à l’Intermarché Super ouvert le même jour, rue de Menesvillers. «J’habite à 10 km et je suis venue exprès faire un tour pour voir ce qu’ils proposent pour le jardin. C’est pas mal, c’est spacieux, lumineux, bien rangé… Ça manquait par ici», se réjouit-elle. Mireille, elle aussi venue «pour les fleurs», ajoute : «Le parking est pratique. À l’ancien Gamm vert, on se garait comme on pouvait, sur le trottoir.»

«Depuis trois ans, nous menons un programme de modernisation de nos Gamm vert, à raison de deux magasins par an. Celui de Poix-de-Picardie en avait grandement besoin», explique Jérôme Oger, directeur de Sicap (filiale du groupe Noriap), qui détient un réseau de vingt-deux jardineries franchisées sous l’enseigne Gamm vert en Picardie et en Seine-Maritime. Avec 350 m2 de surface de vente, ainsi qu’une réserve, la surface du magasin, format «village», est en réalité plus petite que l’ancienne. Le magasin de Poix est même l’un des plus petits Gamm vert de Sicap. «Mais dans ce local neuf, nous avons pu agencé les rayons intelligemment. L’offre est repensée. Nous pouvons présenter plus de produits dans un espace moins grand. Avec la grande verrière, qui offre une grande clarté ; le confort est indéniable», assure Jérôme Oger. 

Les plantes et accessoires de jardin sont les principaux produits, mais comme dans toutes les autres enseignes, un rayon d’aliments et de produits animaliers, ainsi qu’un rayon terroir (produits secs et boissons), sont aménagés. Pour faire fonctionner le tout, trois salariés s’y activent, contre deux auparavant. «Nous sommes fiers d’avoir créé un emploi. Cela signifie que nous visons une augmentation du chiffre d’affaires dès cette année», assure le directeur, confiant. 

 

Le jardinage à la mode

Pour la coopérative Noriap, sa filiale Sicap est un atout. Voilà trente ans qu’elle détient un réseau de magasins, d’abord Point vert, puis Gamm vert, animé par 140 salariés. «Les Gamm vert sont rentables. Ils doivent représenter 4 ou 5 % du chiffre d’affaires de la coopérative, mais il est toujours agréable de savoir qu’une diversification comme celle-ci peut compenser d’éventuelles faiblesses», soulève Jérôme Oger. La conjoncture sourit d’ailleurs à l’enseigne. Le rayon végétal connaît un vrai développement. «Le marché du jardin était plutôt plat depuis une petite dizaine d’années. Puis il a connu une accélération de 5 % en 2019 et de 10 % en 2020.» Le rayon terroir, alimenté en grande partie de produits locaux, connaît aussi son succès, même s’il reste une petite activité. «Pour moi, il y a une tendance de fond axé sur le mieux vivre et le mieux manger, et la crise du Covid a accéléré cela», analyse Jérôme Oger.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde