Aller au contenu principal

Garder la tête haute malgré les annulations à répétition

Sans la possibilité d’organiser et de participer à des concours de races, l’année 2021 s’annonce elle aussi particulière pour l’association des éleveurs Prim’Holstein 80. 

Remplacer le  traditionnel concours de la race Holstein de la foire agricole de Montdidier par un événement numérique, c’est l’idée avancée  par Elie Vermersch  et qui a recueilli une large approbation au sein de l’association. Son nom ?  Le «e-Montdidier Show». 
Remplacer le traditionnel concours de la race Holstein de la foire agricole de Montdidier par un événement numérique, c’est l’idée avancée par Elie Vermersch et qui a recueilli une large approbation au sein de l’association. Son nom ? Le «e-Montdidier Show».
© Annick Conté

Selon les mots du président de l’association, Martin Lévêque, ils espèrent y voir «un peu plus clair d’ici la fin d’année». Mais pour l’heure, force est de constater que l’année 2021 s’engage de la même manière que 2020. Autrement dit, avec des occasions de réunir les éleveurs peu nombreuses. Lors de l’assemblée générale de l’association qui s’est tenue en ce début de semaine à Maizicourt (80), ses responsables ont d’abord dressé une triste liste puisqu’il s’agissait de celle des événements annulés en 2020, en raison de la Covid-19 : concours départemental de la race Holstein lors de la foire agricole de Montdidier, Terres en fête, Campagne en fête organisé par les JA de l’Oise… Seuls deux événements ont pu se tenir et accueillir des éleveurs : un Salon international de l’agriculture à Paris amputé de deux jours auquel ont participé la SCEA Popot et le Gaec de Saint-Landon, puis le concours Prim’Team Show, les 23 et 24 octobre derniers, en Seine-Maritime.  

 

Chamboulement d’activités

Dans ces conditions, pas facile de motiver des éleveurs et de recueillir des adhésions. Mais du côté de l’association des éleveurs Prim’Hostein 80, on assure avoir toutefois tenu bon. Le nombre d’adhérents en 2020 s’est porté à 37, soit 3 de moins qu’en 2019. Derrière ce chiffre, on comptabilise trois non-renouvellements lié à l’arrêt de la production laitière ou le départ d’un salarié, et deux nouvelles adhésions. Du côté d’Avenir conseil élevage (ACE), qui s’occupe de l’animation quotidienne de l’association, on rappelait aussi que l’année 2020 a laissé des traces dans l’activité, même si le bilan est finalement moins plombé par la crise sanitaire qu’on aurait pu le penser : «Nous avons aussi connu des difficultés dans la poursuite de nos activités, en particulier des pesées que nous avons dû interrompre avant un retour à la normale à partir de fin avril. 1 200 pesées n’ont pas été réalisées sur les 14 000 pesées contractualisées avec les éleveurs. C’est finalement assez peu», s’est réjouie Isabelle Holvoet, directrice d’ACE. 

 

Retour des concours en septembre ?

Qu’en sera-t-il en 2021 ? Si l’on sait d’ores et déjà que le concours départemental de la race Holstein n’aura pas lieu lors de la foire de Montdidier (5 avril), ni le concours d’Abbeville dans le cadre du Festival de l’agriculture en Picardie Maritime (29 et 30 mai) et encore moins celui de Terres en Fête, un espoir reste ouvert, en septembre prochain. Les JA de l’Oise n’ayant pas pris la décision de maintenir (ou pas) leur événement Campagne en fête en septembre 2021, tout reste ouvert. 

 

Pour remplacer le concours de Montdidier, une présentation de race en vidéo

Remplacer le traditionnel concours de la race Holstein de la foire agricole de Montdidier par un événement numérique, c’est l’idée avancée par Elie Vermersch et qui a recueilli une large approbation au sein de l’association. Son nom ? Le «e-Montdidier Show». Le principe, explique Elie, «c’est d’organiser un concours dématérialisé. Deux ans sans concours, c’est long…» Chaque participant, éleveur de vaches de race Holstein, installé dans la Somme ou dans l’Oise, est invité à réaliser une vidéo d’une minute trente de l’un de ses animaux, sous différents angles. La vidéo est ensuite présentée à un juge officiel chargé de noter l’animal, comme s’il s’agissait d’un concours en présentiel. Chaque éleveur pourra présenter deux vaches et deux génisses. Chaque année, le concours de Montdidier rassemble entre 70 et 80 animaux, pour une vingtaine d’éleveurs participants. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde