Aller au contenu principal

Garder toujours un œil sur son troupeau

Les réseaux sans fil et l’internet mobile permettent de surveiller son troupeau quel que soit l’endroit où on se trouve.

La visualisation sur un smartphone impose une couverture suffisante du réseau de téléphonie mobile pour disposer d’une bonne qualité d’image.
La visualisation sur un smartphone impose une couverture suffisante du réseau de téléphonie mobile pour disposer d’une bonne qualité d’image.
© Camerail

Les caméras de surveillance ont depuis longtemps fait leur entrée dans les bâtiments d’élevage. Mais le téléviseur est longtemps resté le seul moyen de visualiser les images de son troupeau. Aujourd’hui, elles peuvent être consultées de n’importe où dans le monde. Amener les images d’une stabulation jusqu’à l’éleveur se fait en trois actes : filmer les animaux, transmettre le signal, recevoir les images sur un écran. Il faut aussi commander la caméra à distance. Si les caméras numériques ont apporté de nouvelles fonctionnalités et une qualité d’image très appréciables, ce sont les deux dernières étapes, désormais totalement numérisées, qui ont le plus profité des récentes évolutions technologiques.
Classiquement, la transmission se faisait par câble ou par ondes radio. Le câble coaxial est sans doute le plus fiable pour transmettre des données, sauf que la stabulation et la maison ne doivent être séparées que de quelques centaines de mètres. Quant aux ondes radio hertziennes (en 2,4 GHz, la gamme de fréquence autorisée), elles peuvent être perturbées par des interférences d’appareils domestiques fonctionnant sur la même fréquence ou la présence d’obstacles. La portée est tout de même de plusieurs kilomètres en vue. Autre solution de proximité très simple à mettre en œuvre : les courants porteurs en ligne (CPL), une technique de transfert d’informations numériques par le réseau électrique. Mais la stabulation et la maison doivent être alimentées par le même compteur électrique et la distance ne pas dépasser 200 mètres. Pour de courtes distances, les fournisseurs proposent également la technologie sans fil Wi-Fi : facile à mettre en œuvre, sans qu’il soit nécessaire d’être connecté à internet, elle a l’avantage de ne pas souffrir des interférences. Le Wi-Fi à longue portée, qui utilise des antennes extérieures professionnelles, permet de transmettre les données sur des distances plus longues, de l’ordre de trois à cinq kilomètres, selon le relief.

Des images sur PC, tablette et smartphone
Depuis quelques années, ces limitations de distance sont révolues grâce à internet haut débit (ADSL, satellite). Il faut pour cela disposer d’une connexion d’au moins 2 Mo dans chaque bâtiment équipé d’une caméra et dans chacune des maisons où l’on souhaite recevoir les images. Mais le coût de plusieurs abonnements ADSL n’est pas négligeable.
La visualisation des images se fait généralement sur un ordinateur, voire sur le téléviseur par l’intermédiaire d’un modem spécifique. Pour le visionnage sur ordinateur, les trois principaux fournisseurs français ont adopté des solutions différentes : soit à partir d’un portail internet (Agri Video System), soit avec un logiciel installé sur l’ordinateur (Camérail) ou en direct par le biais d’un serveur et d’une adresse IP propre à la caméra (Detecvel). De plus, il est généralement possible de planifier l’enregistrement de séquences vidéo, une fonction très utile pour la surveillance des chaleurs.
Mais, aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’être à la maison pour surveiller ses vaches. Grâce aux réseaux internet mobiles (Edge, 3G/3G+, Wi-Fi), il est possible de se connecter de n’importe où, à condition d’avoir un abonnement permettant l’accès à internet ou une connexion Wi-Fi et que le réseau soit présent. Ce qui n’est pas toujours le cas en zone rurale, notamment pour le 3G+. Les images peuvent être visualisées sur un smartphone, une tablette ou un ordinateur portable. Les fournisseurs ont développé des interfaces adaptées à chaque support.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde