Aller au contenu principal

Gare aux larves d’altises dans les pétioles du colza

La culture du colza est une culture aux multiples atouts, mais celle-ci est sensible à de nombreux ravageurs. Les larves d’altises sont particulièrement à surveiller en ce moment afin d’éviter d’importants dégâts sur la culture. 

La méthode Berlèse permet de détecter et de dénombrer toutes les larves de grosses altises rapidement.
La méthode Berlèse permet de détecter et de dénombrer toutes les larves de grosses altises rapidement.
© Laurent Jung/Terres Inovia

L’altise est la bête noire des producteurs de colza. Ce ravageur de début de cycle fait son arrivée généralement fin septembre. Il est responsable des morsures sur les plantes, mais ce sont surtout les larves issues des pontes des altises qui sont les plus nuisibles pour les colzas. Elles sévissent en ce moment.

Un peu de biologie … Les altises adultes arrivent fin septembre dans les parcelles de colza. Les femelles vont alors pondre dans le sol à l’automne, et les œufs vont éclore environ trois semaines après les pontes donnant naissances aux larves d’altises. Les larves se déplacent de pétiole en pétiole et creusent des galeries pouvant atteindre le cœur des plantes. En cas de forte présence, le cœur de la plante peut être détruit, impactant gravement la croissance du colza au printemps, et donc le rendement. 

À la montaison, les colzas attaqués sont buissonnants et montrent un fort retard de croissance. La nuisibilité de ces larves dépend directement de l’état végétatif du colza. La robutesse du colza est donc un levier important dans la lutte contre ce ravageur.

 

Quand et comment les observer ?

Cette année, nous avons pu observer une forte activité des altises adultes autour du 20-25 septembre, où les captures se sont multipliées dans l’ensemble des parcelles de notre réseau. Ces derniers jours, les conditions météo ont également été favorables à l’activité des altises adultes et des morsures ont pu être observées directement au champ.  Les parcelles les plus sensibles sont les parcelles où le colza a levé tardivement (après le 15 septembre), et qui sont aujourd’hui à des stades peu avancés. Les larves d’altise, quant à elles, apparaissent en général vers mi-octobre, en fonction des conditions météorologiques et des pics de vol des adultes. 

Pour observer ces larves, deux méthodes sont possibles : l’observation directe au champ de la présence de larve par une coupe longitudinale des pétioles dans une vingtaine de pieds, et la méthode Berlèse.

 

Une méthode rapide 

La méthode Berlèse consiste à prélever une vingtaine de pieds au champ et à les mettre à sécher dans une pièce chauffée sur du grillage au-dessus de bacs remplis d’eau. Le colza se dessèche, les larves d’altises sortent progressivement et tombent dans le récipient d’eau. Après sept jours, il est possible d’observer, ou non, la présence de larves dans les bacs. Cependant, attention à ne pas confondre la larve d’altise avec d’autres larves. Elles sont de couleur blanche avec comme caractéristique les extrémités noires. La surveillance des larves d’altises dans les pétioles peut débuter dès à présent. 

Les larves d’altises sont atteignables par les insecticides de contact lorsqu’elles quittent l’intérieur des plantes pour passer d’un pétiole à l’autre, c’est le stade «baladeur». L’intervention doit être appliquée en conditions favorables, à l’activité des larves. Le positionnement du traitement permet de l’optimiser. L’observation est de mise avant d’estimer le besoin d’une intervention.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde