Aller au contenu principal

Gérer les insectes sur pois et féverole de printemps

Les semis de pois et féverole de printemps ont débuté et l’activité des ravageurs de début de cycle va bientôt suivre. Afin de prévenir toute nuisibilité, l’observation régulière de ses parcelles reste la meilleure solution.

Encoches de sitone sur pois.
Encoches de sitone sur pois.
© Laurent Jung



Le sitone est un coléoptère de 3,5 à 5 mm de long, de couleur gris brun, avec des yeux proéminents, de la famille des charançons. Il s’attaque au pois et à la féverole de printemps par beau temps, lorsque la température dépasse les 12°C. Les adultes se nourrissent des feuilles, leurs morsures créant des encoches bien visibles. La nuisibilité réelle du sitone est liée aux larves issues des pontes au pied de la plante. Ces larves s’attaquent au système racinaire et, en particulier, aux nodosités, perturbant la nutrition azotée de la plante. Dans le cas du pois, la nuisibilité peut atteindre 10-12 q/ha. La nuisibilité est d’autant plus élevée que la légumineuse est peu développée. La féverole est généralement moins sensible que le pois.

Les encoches à surveiller
Il n’y a pas de solution pour atteindre les larves dans les nodosités, la lutte vise donc les adultes. Il est recommandé d’observer la présence d’encoches sur les feuilles des parcelles entre les stades levée et 6 feuilles, stades correspondant aux périodes d’alimentation et de ponte des adultes.
Un traitement à base d’un pyréthrinoïde homologué à cet usage peut se justifier selon les observations d’encoches et la culture. Sur pois, intervenir si cinq à dix encoches sont observées sur les dernières feuilles émises. Sur féverole, intervenir si présence de nombreuses encoches sur toutes les feuilles. Passer ce stade 6 feuilles, l’intervention n’est plus utile, car les adultes ont déjà pondu.
Les sitones arrivant en général après les thrips, il est rare de pouvoir maîtriser ces deux ravageurs par une seule application en végétation.  

Le thrips du pois peu nuisible
Insecte de petite taille (1 à 2 mm) et de couleur brun foncé-noir, le thrips peut nuire au développement du pois par ses piqures d’alimentation. Le thrips pique la plante pour se nourrir et injecte une salive toxique qui initie de nombreuses ramifications. Les plantes sont naines et portent peu de gousses. Le stade sensible va de la levée à 2-3 feuilles. Les thrips sont peu nuisibles si la croissance est rapide. Si la levée est lente et les pois peu poussants, la nuisibilité peut être élevée.
À noter que les précédents lin et céréales peuvent favoriser la présence de ce ravageur. Le thrips est actif à partir de 7- 8°C.

Un test simple pour bien observer l’insecte
Prélever une dizaine de plantes entières dans la parcelle au hasard, enlever la terre des racines, puis mettre les plantes dans un sac plastique qui sera laissé quelques heures au soleil. Compter alors les thrips sur les parois du sac.

Intervenir au seuil de nuisibilité avec un pyréthrinoïde homologué
La protection de sa parcelle peut se justifier à partir du seuil de 1 thrips par plante en moyenne avec un pyréthrinoïde homologué. Le pois d’hiver, par son cycle avancé, évite la phase de sensibilité au thrips. Le thrips est sans conséquence pour la féverole. Retrouver les produits homologués sur pois et féverole sur le site www.terresinovia.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde