Aller au contenu principal

Gervais Grare : les charolaises par passion et par nécessité

Retour sur la porte ouverte Bovins croissance chez Gervais Grare, à Buigny-St-Maclou, le 23 mai.

Gervais Grare : «L’élevage est incontournable économiquement sur la ferme, et la passion qu’il suscite pour notre famille nous permet de mieux en accepter la charge de travail.» 
Gervais Grare : «L’élevage est incontournable économiquement sur la ferme, et la passion qu’il suscite pour notre famille nous permet de mieux en accepter la charge de travail.» 
© D. R.



Quel est l’historique de l’exploitation ?

Je me suis installé en 1981. Papa avait des Normandes et, mal équipé pour traire, il commençait à utiliser un taureau charolais. Très vite, sur les conseils de M. Vancraeynest d’Yzeux, nous sommes partis sur un achat de génisses inscrites en 1985, puis en 1991, et une des génisses achetées à cette époque est à l’origine d’une bonne partie du troupeau.

Quelle est la place de l’élevage et de la génétique dans votre exploitation ?
Les 66 ha d’herbe, c’est 30 % de ma surface, donc j’essaie de les faire le mieux possible. Je fais partie du réseau viande bovine et, à ce titre, je peux comparer mes chiffres aux autres et savoir où je peux progresser. Pour la génétique, j’ai toujours fait attention aux taureaux que j’achetais. Maintenant, 75 % des veaux sont issus d’IA (AVel-ALait-DS). Je connais les origines de mes vaches et comment elles reproduisent. La génétique est une passion qui agrémente mon métier d’éleveur, et encore plus depuis que les unités de sélection s’intéressent à mon troupeau. En m’installant, jamais je n’aurais pensé avoir des taureaux dans les catalogues d’insémination artificielle.

Et votre participation aux concours ?
Oui, je sais, je vous ai déjà dit que j’avais autre chose à faire que balader mes vaches sur les concours. Mais ça, c’était avant, et c’est Eric François qui nous a mis le pied sur le ring, à Hautvillers, en 2010. Mes enfants ont découvert, à cette occasion, l’ambiance des concours. Depuis, pour eux, c’est devenu une passion. Je dois dire que l’on se prend au jeu, et c’est le côté humain, le fait d’être entre éleveurs qui ont la même passion qui prime. C’est toujours difficile pour la famille, quand il faut se séparer de la vache fétiche. Chez nous, on préfère les vaches aux tracteurs.

Economiquement, le troupeau est-il rentable ?
Lors de la porte ouverte, tous les chiffres ont été exposés, j’ai joué le jeu car, moi aussi, j’ai souvent bénéficié de ce genre de journée. La marge brute moyenne est d’environ 1 100 € par ha de surface fourragère (85 ha), plus que le blé ces dernières années. Ce n’est pas assez pour le mal que l’on se donne, mais comme dit un certain conseiller dont je ne citerai pas le nom, cela vient en plus du reste, puisque l’on fait nos vaches le matin avant d’aller dans nos champs et le soir en rentrant. C’est un peu ironique, mais ce n’est pas faux. Chez moi, d’après les calculs, les quatre-vingt vêlages, c’est un poste de travail. Les éleveurs travaillent beaucoup mais, en 2016, j’étais content d’avoir mes vaches, et puis le fumier est un plus pour les cultures. De toute manière, je n’ai pas le choix, les prairies font partie de la  ferme et 80 % sont  situées le long de la Somme. Et puis, c’est devenu pour ma famille une passion partagée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde