Aller au contenu principal

Gestion des bords de chemins en milieu agricole

Souvent considérés comme une perte de surface agricole pour les agriculteurs, ils ont pourtant un intérêt agronomique. Explications avec Caroline Le Bris, du groupe technique national Agrifaune.

Caroline Le Bris.
Caroline Le Bris.
© F. G.



De quoi parle-t-on quand on parle d’un bord de chemin ?

Il s’agit d’une zone de végétation spontanée entre une parcelle agricole et un autre milieu jusqu’au passage des roues.

Les agriculteurs les considèrent comme des foyers d’adventices et des nids de ravageurs. Quel est votre avis ?
Les relevés, que nous avons réalisés dans plusieurs régions de France, ont démontré que les adventices présents sur les bords ne représentent que 20 %. Les 80 % restants se composent de fleurs de type prairial (dactyle, trèfle rampant, pâturant des prés…). Or, quand des fleurs pérennes sont installées, il n’y a plus de place pour les adventices. Enfin, si on met à nu des bordures de champs, on crée un terrain favorable pour le développement des adventices.

Votre groupe met en avant l’intérêt de la biodiversité dans ces bords de chemins. Mais comment concilier biodiversité et intérêt agronomique ?
Cela passe par une bonne gestion de ces lieux. L’entretien doit se faire en fonction de l’état de la bordure du chemin. Si toutes les bordures sont sans adventice de culture, un entretien mécanique doit être réalisé assez haut, et plutôt entre août et septembre, puis début avril, pour l’intérêt de la flore et de la faune. En revanche, dans le cadre de bordures avec des adventices, on conseille un broyage ciblé s’il n’y a que des taches, assez haut et au printemps ou à l’été. Dans le cas où il y a beaucoup trop d’adventices, les pratiques de resemis d’espèces sauvages diversifiées et prairiales sont conseillées, mais uniquement sur des bordures où l’agriculteur n’a pas besoin de rouler. Ensuite, il faut laisser s’exprimer la flore. Les tests réalisés ont montré que cela permet une bonne gestion des adventices et de limiter l’usage de produits phytosanitaires.

Je suppose que le resemis de semences a un coût. Quel est-il ?
Le coût est de 15 € pour 100 m de long et deux fois 2 m de large, soit pour 200 m2. C’est, en effet, un élément rédhibitoire pour les agriculteurs, car ces semences sont plus chères que les autres types de couverts végétaux. En revanche, il ne faut pas oublier que cela permet le développement de la flore et de la faune, et que l’on ne sème qu’une fois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde